mercredi 11 décembre 2019
L'événement «Clos et château scintillants» propose de nombreuses animations les 15 et 22 décembre à Vougeot. Au programme : visites guidées théâtralisées au rythme des contes de Noël de Bourgogne-Franche-Comté, des démonstrations et bien sûr des dégustations gourmandes.
Questions à...
Depuis mars 2018, Sophie Harent occupe la direction du musée Magnin. À l'occasion d'un nouvel accrochage, elle explique pour Infos-Dijon comment elle donne un nouveau souffle à ce musée national.
> Dijon Metropole > Dijon Metropole

CHENÔVE : La première forêt comestible de la métropole dijonnaise se plante sur la plaine Herriot, «au pied» des immeubles

24/11/2019 13:33Imprimer l’article
Son implantation au coeur de l’espace sportif de la plaine Herriot à Chenôve ainsi que sa composition est le résultat du travail de l’association Pirouette Cacahuète mais aussi d’une concertation avec les habitants.
Depuis maintenant quatre ans et jusqu’à fin 2021, une convention lie l’association Pirouette Cacahuète et la Ville de Chenôve. L’objectif majeur de ce partenariat est la sensibilisation des habitants de la commune à la préservation de leur environnement. Il se décline par des animations et des projets sur le terrain visant à impliquer les habitants dans les quartiers. Le réaménagement de la plaine Herriot en est un fort exemple, tant pour la collectivité locale que pour l’association.






A la question du réaménagement global de la plaine développée avec les riverains et le Conseil citoyen, s’est alors ajoutée l’idée de créer une forêt comestible, avec l’envie partagée par l'association de «montrer que l’alimentation ne se résume à quelques aliments pouvant être mauvais pour la santé à force et surtout de redonner cette idée qu’on peut manger plus varié, avec plus de végétaux».
Directrice de l’association citée, Cécile Artale confirme aussi la démarche de base : «On a conçu cet espace avec les habitants. C’est faire de la concertation pour être sûr que le projet parle aux habitants, un projet pour eux».

Les réunions régulières avec une cinquantaine de riverains ont alors apporté des touches au projet : la conception de chaises longues - autrement appelées méridiennes - fabriquées par des adultes et adolescents au collège Herriot fin octobre, la volonté d’avoir non pas plusieurs tables de pique-nique mais une seule grande pour favoriser la convivialité de groupe selon les habitants, l’installation envisagée de bancs sur l’allée des Mazières…

Sur l’espace sportif de la plaine Herriot, la forêt comestible devrait être implantée dans son ensemble à la fin du premier trimestre 2020, en attendant de pouvoir profiter des premiers cassis et premières framboises en été.
«On trouvera 1.000 plantes de 150 espèces différentes !», annonce Cécile Artale. Le choix des plantes et leur disposition dans la forêt ont été logiquement confiés à l’association pour son expertise. Les habitants intéressés ont eux eu droit à une conférence sur les forêts comestibles mi-novembre, animée par Fabrice Desjours, fondateur de la Forêt gourmande à Diconne en Saône-et-Loire.

Ce week-end (jusqu’à 17 heures ce dimanche 24 novembre), les premières plantations se font avec soin et pédagogie. Elles sont justement l’occasion de sensibiliser les jeunes comme les adultes à ce qu’est une bonne plantation. Quelle orientation choisir ? Jusqu’à qu’elle profondeur doit-on l’enterrer ? Doit-on ajouter plus ou moins de terreau ? Les membres de Pirouette Cacahuète veillent à ce que la pousse de la forêt soit une réussite.

À partir de la semaine prochaine et durant tout le mois de décembre, une bonne centaine d’élèves - 5 classes de l’école Bourdenières et 1 du collège Herriot - sera invitée à participer à la plantation.
L’accent pédagogique sera mis sur le dérèglement climatique et «l’importance du retour de la nature en ville». C’est notamment ce sur quoi a insisté Thierry Falconnet, maire de Chenôve, au moment d’accueillir les nouveaux arrivants dans la commune samedi en fin de matinée. Cela avec la conviction que le réchauffement climatique «impose de repenser la ville et de créer de ilots de fraîcheur».

Cécile Artale s’enthousiasme quant à elle à «repenser le jardin» (1.200 m2 exploités), à côté duquel l’aire de jeux actuellement en place sera remplacée par de nouvelles installations ludiques.
La municipalité rappelle à propos de la plaine Herriot : «Des ateliers et des groupes de travail avec les habitants ont permis de faire ressortir le souhait de créer une unité, un espace public de nature et de jeux à destination de tous. Un espace dédié aux sports collectifs, une aire de street workout, un espace pour les vélos, trottinettes et roller, un nouvel espace à venir de jeux sécurisé pour les plus petits et un espace de détente font déjà partie de ce réaménagement».

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier