jeudi 25 avril 2019
Moins d’un mois avant la grande réouverture, le 17 mai prochain, voici un aperçu du musée des Beaux-Arts de Dijon, en travaux depuis février 2016.
Questions à...
Après l’affaire Christophe Dettinger, sur laquelle il revient largement pour Infos-Dijon, l’avocat dijonnais Jean-Philippe Morel représentera aussi l’association «Gendarmes et Citoyens» dans l’affaire de la caserne de Dijon et plaidera pour des policiers victimes en décembre dans le cadre du mouvement des gilets jaunes. Interview.
> Dijon Metropole > Dijon Metropole

CHENÔVE : Quarante habitants ont participé au premier grand débat

07/02/2019 13:53Imprimer l’article
La ville de Chenôve organisait ses deux premiers grands débats, hier soir. Deux autres auront lieu vendredi.
En réponse au mouvement des gilets jaunes et à l’appel du Président de la République, le maire de Chenôve, Thierry Falconnet, organise quatre réunions citoyennes dans sa commune. Les deux premières avaient lieu mercredi 6 février, l’une à l'Escale Charcot et l’autre à l’Hôtel des Sociétés.

« Tous les habitants de Chenôve ont été informés par courrier de l’organisation de grands débats, explique Christiane Jacquot, adjointe au maire déléguée à la solidarité. On a choisi d’organiser des échanges directs plutôt que de mettre des cahiers de doléances. »

Le débat était articulé autour de quatre grands thèmes : la transition écologique, la fiscalité et les dépenses publiques, la démocratie et la citoyenneté, et l'organisation des services publics.

Un débat de proximité nécessaire pour Christiane Jacquot : «La participation citoyenne, c’est dans l’ADN de la ville de Chenôve depuis longtemps. Nous organisons des réunions de quartier chaque mois, ainsi que des visites de quartiers avec Monsieur le maire et les élus. Ce grand débat, c’est une continuité de notre politique. »

L’ensemble du débat a été enregistré. Il sera transmit au gouvernement, qui se chargera de retranscrire les échanges.
Marie-Paul Cros, Christiane Jacquot, Claudine Dal Molin et Bernard Buigues, quatre élus cheneveliers, étaient en charge d’encadrer ce débat. 
Des coûts d’organisation à la charge de la ville

« Nous ne sommes pas là pour influencer le débat ou émettre un avis, indique Marie-Paul Cros. Notre rôle est de faire en sorte que la parole circule. »
Avant que le débat soit lancé, l’adjointe au maire a précisé que les coûts liés à l’organisation des débats sont à la charge de la ville, et qu’il n’y a aucune aide de la part du gouvernement.

Au total, 33 questions ont été soumises par le gouvernement pour guider les échanges. Mais quelques habitants de Chenôve expriment leur méfiance vis-à-vis de la méthode : « Le débat va être stérile, nous sommes tributaires des questions posées par Macron ! Comment faire si nos questions ne sont pas celles posées par le gouvernement ? » .

« Réduire  le nombre de hauts-fonctionnaires »

Malgré la défiance de certains, les échanges vont bon train. Parmi les thèmes qui suscitent le plus de réactions, les dépenses de l’Etat : « Il faut réduire le nombre de fonctionnaires, lance un participant. Mais pas les infirmières ni les policiers, les hauts-fonctionnaires de l’Etat. » Un autre réplique : « Et le train de vie des parlementaires, les retraites des présidents et des ministres, ça représente des frais exorbitants ! ».

« Il faut des élus proches de leurs concitoyens »

La centralisation des pouvoirs publics préoccupent aussi les cheneveliers. « Il faut que les élus soient au plus près de leurs concitoyens, lâche un habitant. Avec les communautés de communes, les départements, les grandes régions, on ne sait plus qui fait quoi. Le système est trop complexe, il faudrait une remise à plat des compétences de toutes les collectivités. »

Au total, le débat aura duré un peu plus de deux heures.

Deux autres débats sont prévus ce vendredi 9 février à Chenôve. Le premier se tiendra au gymnase Gambetta, et le second au gymnase Ferry, à partir de 19 heures.

Charlotte Meunier