jeudi 21 mars 2019
Avec notre vidéo de la manifestation.
Youth for climate Dijon a réussi à mobiliser environ 2000 lycéens et étudiants dijonnais à l'occasion de la grève et marche pour le climat ce 15 mars, suite à l'appel de Greta Thunberg.
Questions à...
Après l’affaire Christophe Dettinger, sur laquelle il revient largement pour Infos-Dijon, l’avocat dijonnais Jean-Philippe Morel représentera aussi l’association «Gendarmes et Citoyens» dans l’affaire de la caserne de Dijon et plaidera pour des policiers victimes en décembre dans le cadre du mouvement des gilets jaunes. Interview.
> Dijon Metropole > Dijon Metropole

CÔTE-D’OR : La Chambre de Métiers et de l’Artisanat et Dijon Métropole s’accordent sur des axes de travail pour renforcer et développer l’artisanat

25/10/2018 15:08Imprimer l’article
Une convention a été signée en ce sens ce mercredi. Avec notamment un soutien financier d’un peu plus de 80 000 euros à la Chambre.
«Enfin». C’était le sentiment exprimé d’entrée par Régis Penneçot à l’heure d’introduire la signature de la convention à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Côte-d’Or, rue Daubenton, ce mercredi en fin de journée.
Le président de la CMA 21 a en effet commencé par souligner «le fruit d’une longue et persévérante collaboration», en profitant de l’occasion pour se réjouir de la venue du président de Dijon Métropole François Rebsamen mais aussi pour rappeler l’indéfectible soutien à l’artisanat affirmé depuis des années aussi par Nathalie Koenders ainsi que Danielle Juban au travers de leurs implications en tant qu'élues pour l’artisanat sur la mandature précédente et celle actuelle.

Dynamiser le secteur


«Apprendre à se connaître, comprendre les attentes des uns et des autres, ce temps nous a permis de nous essayer à des collaborations sur des événements ponctuels, comme le Village de la réparation, l’aide aux métiers d’art et différentes autres manifestations». Pour Régis Penneçot, les concertations et autres partenariats s’affirment encore plus, pour compter dans le développement de la métropole dijonnaise et pouvoir se fier à, s’appuyer sur l’économie de proximité.
La convention vient alors conforter et a comme buts de développer le secteur par de multiples engagements. En citant le projet de la Cité internationale de la gastronomie et du vin, le président de la CMA 21 pense à «dynamiser les métiers de bouche». Il s’agit aussi de «développer l’économie circulaire, réduire notre impact sur l’environnement». A cette responsabilité environnementale, Régis Penneçot ajoute la responsabilité sociétale de l’artisanat, en donnant «une chance à ceux qui restent au bord du chemin».

Ne pas s'arrêter à la forme et agir sur le fond


Pourquoi cette convention ne doit pas qu’être symbolique ? Le président de la CMA 21 l’a expliqué en tenant à s’adresser aux élus du territoire mais aussi aux représentants de la Chambre : «Dans cette région Bourgogne-Franche-Comté, le département de la Côte-d’Or et sa métropole sont prépondérants. Une attention particulière doit être apportée pour conforter la place vis à vis des autres secteurs. Les chiffres de l’artisanat dans les autres métropoles montrent une accélération du modèle économique, de l’emploi et de la montée en compétences, pour peu que les moyens dédiés soient mis en place... Cette première année nous permettra si besoin de réajuster les items de cette convention, mais nous avons beaucoup d’idées à vous proposer pour conforter et développer la première entreprise de la métropole».
François Rebsamen a parlé d'une coopération fortement souhaitée et de la volonté réaffirmée de Dijon Métropole d’être partenaire du développement économique local. «L’entreprise est le moteur du redressement économique de notre pays», a insisté le président de Dijon Métropole, en rappelant que le CICE et le Pacte de responsabilité et de solidarité datent bien de 2012…

Plaidoyer pour l’apprentissage


Selon François Rebsamen, l’enjeu est de «soutenir les entrepreneurs pour créer les emplois et reprendre des entreprises», en l’occurrence soutenir l’artisanat dont il a souligné que c’est même la première entreprise de France. «Un secteur économique à part entière avec un formidable potentiel de croissance, d’innovation et d’emploi qualifié».
Aujourd’hui en Côte-d’Or, le cap du 10 000ème artisan est franchi. Et dans un contexte où l’artisan a besoin d’être accompagné, renforcé, François Rebsamen a plaidé en parallèle pour l’apprentissage «pour répondre aux besoins en compétences, dans une transmission des savoir-faire». Cet apprentissage qui, pour les jeunes, est «un passeport pour l’emploi».
L’occasion pour le président de Dijon Métropole de saluer la tradition de l’artisanat qu’est le compagnonnage. L’occasion également de dire que la question de l’emploi des jeunes («parmi les plus bas aujourd’hui dans l’OCDE») doit être considérée comme fondamentale, qui plus est dans l’artisanat.

Axes de travail et échanges


La CMA 21, François Rebsamen lui a réaffirmé le soutien de la collectivité territoriale qu'il préside, en lui témoignant une reconnaissance et en lui assurant une place forte et appréciée à Dijon, que ce soit sur des aménagements, des rénovations (musée des Beaux Arts) ou bien lors de manifestations qui plaisent (exposition lors des Journées européennes des métiers d’art).
Les axes majeurs de la convention ont enfin été énoncés par le président de la métropole : «aider les entreprises présentes sur le territoire, dans la mesure du possible, à pérenniser et développer leurs activités ; accompagner et dynamiser l’artisanat des métiers de bouche pour lesquels les besoins en main d’oeuvre sont préoccupants ; reconduire les ateliers de recyclage et de prolongement de vie des produits ; organiser, mais vous le faites déjà, une exposition sur les métiers d’art ; essayer de promouvoir l’artisanat local lors du marché de Noël de Dijon, question complexe qui n'est pas liée qu'au marché de Dijon mais plutôt à une certaine uniformisation».
Dijon Métropole apporte pour tout cela un soutien financier de 80 300 euros à la CMA. François Rebsamen a aussi rappelé qu’au mois de juin dernier le conseil métropolitain a voté une mesure tarifaire permettant des droits de stationnement aux artisans se déplaçant en centre-ville.
La signature de la convention s’est d’ailleurs prolongée par des échanges entre François Rebsamen, les représentants de la chambre consulaire et les artisans eux-mêmes. Les conditions de circulation des artisans ont été évoquées, avant de faire le point sur la place de l’artisanat au sein de la Cité internationale de la gastronomie et du vin. Un dossier sur lequel François Rebsamen a appelé au soutien des artisans contre les recours déposés, notamment par le conseiller municipal d’opposition Emmanuel Bichot. Les réponses apportées sur ce dossier à ce dernier ont aussi été remises à Régis Penneçot.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier

Les chiffres clés de l’artisanat dans la métropole :


- 1/3 des entreprises de la Métropole sont artisanales,
- +15% d’entreprises immatriculées entre 2013 et aujourd’hui,
- 27% de femmes chefs d’entreprise dans la Métropole,
- Environ 5 000 salariés dans la Métropole,
- 600 jeunes en contrat d’apprentissage dans une entreprise artisanale de la Métropole.

Les points clés de la convention :


- La mise en place de diagnostic et d’accompagnement gratuits pour les entreprises artisanales de la métropole : stratégie globale d’entreprise, marketing, commercial, gestion, ...
- La présence d’artisans (dont les produits sont en lien avec les fêtes de fin d’année) au sein de chalets du marché de Noël de Dijon,
- L’accueil de l’artisanat dans la Cité Internationale de la Gastronomie et du Vin, pour la mise en place d’actions continues et d’animations ponctuelles,
- La promotion de la marque «répar’acteur» associée aux artisans de la réparation, la mise en avant du village de la réparation et de l’annuaire national de la réparation (www.annuaire-reparation.fr).








 
?>