mercredi 11 décembre 2019
L'événement «Clos et château scintillants» propose de nombreuses animations les 15 et 22 décembre à Vougeot. Au programme : visites guidées théâtralisées au rythme des contes de Noël de Bourgogne-Franche-Comté, des démonstrations et bien sûr des dégustations gourmandes.
Questions à...
Depuis mars 2018, Sophie Harent occupe la direction du musée Magnin. À l'occasion d'un nouvel accrochage, elle explique pour Infos-Dijon comment elle donne un nouveau souffle à ce musée national.
> Dijon Metropole > Dijon Metropole

DIJON METROPOLE : Bientôt une extension et une mutualisation du centre de tri de déchets

22/04/2019 03:15Imprimer l’article
Dijon Métropole s’inscrit au coeur d’une démarche avec huit collectivités voisines pour intégrer les objectifs fixés par la Loi de transition énergétique.
La Métropole est propriétaire d’un centre de tri de déchets non dangereux issus de la collecte sélective des ménages et des entreprises d’une capacité à ce jour de 30.000 tonnes par an. La zone de chalandise des déchets admis sur le site est la Côte-d’Or et ses départements limitrophes à savoir l’Aube, le Jura, la Haute-Marne, la Nièvre, la Haute-Saône, la Saône-et-Loire et l’Yonne.
L’équipement doit aujourd’hui évoluer pour intégrer les objectifs fixés par la Loi de transition énergétique pour la croissance verte. En effet, dans ce cadre, la généralisation de l’extension des consignes de tri des emballages ménagers à l’ensemble des emballages plastiques d’ici à 2022 a été acté.

Les objectifs communs des collectivités




Pour s’inscrire dans cette démarche, Dijon métropole a lancé une étude territoriale en collaboration avec les collectivités voisines (SMHCO, SMICTOM Plaine Dijonnaise, CAP Val de Saône, SMOM Is sur Tille, Communauté de communes de Pouilly en Auxois et Bligny sur Ouche, Communauté de communes d’Ouche et Montagne, Communauté de communes de Gevrey et NSG, SDED52). Il est apparu qu’en matière de déchets, les différentes structures poursuivaient des objectifs communs de prévention, de réduction et de traitement des déchets. Pour généraliser l’extension des consignes de tri, l’étude territoriale à fait apparaitre la nécessité de disposer de nouvelles capacités de tri sur le territoire métropolitain comprises entre 31.000 tonnes et 40.000 tonnes.

Dans cette perspective, les collectivités ayant participé à cette enquête souhaitent s’inscrire dans une démarche durable de coopération pour mutualiser les moyens et ressources dont elles disposent afin d’optimiser leurs efforts respectifs en matière de tri des déchets recyclables. Cette entente intercommunale n’impliquera aucun transfert de compétence mais un simple partage de moyens. Elle se matérialisera par la conclusion d’une convention à des fins non lucratives.