mardi 16 juillet 2019
Les conditions météorologiques actuelles sont favorables à la pollinisation des graminées, espèce fortement allergisante, explique Atmo.
Questions à...
A l’issue d’une saison régulière historique en Jeep Elite avec la 3ème place au classement pour la JDA Dijon Basket et à l’approche du premier tour des playoffs, l’entraîneur Laurent Legname fait le point avec Infos-Dijon sur la réussite de son équipe ainsi que ses forces pour poursuivre l’aventure. Entretien.
> Dijon Metropole > Dijon Metropole

DIJON METROPOLE : Entreprises et acteurs économiques du territoire ouvrent leurs portes à la Chambre de commerce franco-arabe

12/07/2019 16:50Imprimer l’article
Une délégation d’une trentaine de personnes, dont plusieurs ambassadeurs de pays arabes, ont tenu à faire le déplacement sur le territoire métropolitain cette semaine.
La Chambre de commerce franco-arabe est une structure paritaire qui fêtera en 2020 ses 50 ans. Paritaire dans le sens où elle rassemble des chefs d’entreprises françaises mais aussi les ambassadeurs des 22 pays de la Ligue arabe. C’est cette Chambre qui a manifesté auprès du président de Dijon Métropole, François Rebsamen, sa volonté de tisser des liens avec le territoire.

«Paris est la capitale, mais Paris n’est pas la France


Vincent Reina, président de la Chambre de commerce franco-arabe, explique : «Depuis quelques années, nous nous orientons vers une action beaucoup plus commerciale d’accompagnement de nos entreprises et pour mieux aider nos amis arabes dans leurs projets qu’ils ont écrits à 2025, 2030, 2035… Pour aller plus loin, nous pensons que Paris est la capitale mais Paris n’est pas la France. Il se passe beaucoup de choses dans les territoires et dans l’un des premiers d’entre eux, Dijon Métropole. Nous ne voulons pas nous arrêter à ces deux journées, nous allons continuer à écrire cette histoire de relations fortes, avec des objectifs. Notre esprit n’est pas de cultiver une chapelle, nous sommes là pour travailler avec les autres structures que sont Business France, les CCI, le Medef International…».
Et il insiste sur la nécessité de la démarche : «Le constat est que nous ne pouvons pas être satisfaits des résultats du commerce extérieur d’une façon générale. Autant les importations sont bonnes, autant les exportations sont en stagnation. Nous n’arriverons à développer beaucoup plus la présence de nos entreprises françaises dans les exportations vers les pays arabes que si nous sommes dans l’esprit de tirer dans le même sens et de les accompagner. Notre vocation n’est pas qu’institutionnelle. Ça ne peut pas s’arrêter à des simples visites d’entreprises, tant la demande, les besoins et les opportunités existent».

«Plus de 30 % des visas délivrés par la CCI Côte-d’Or» vers les pays arabes


Ce sont en effet deux journées en ce milieu de semaine qui ont été consacrées à la réception d’une délégation de 35 personnes, dont des ambassadeurs - et ambassadrice - de différents pays arabes (Djibouti, Egypte, Arabie Saoudite, Koweit, Oman, Liban, Libye, Yémen, Comores, Palestine, Algérie, Emirats Arabes Unis, Bahrein, Maroc). La Chambre de commerce et d’industrie de Côte-d’Or, en partenariat avec le service international de la CCI de Bourgogne-Franche-Comté, avaient concocté aux invités «un programme orienté sur le dynamisme et l’innovation locale, en lien avec Dijon Métropole».
En préambule d’un déjeuner dans les locaux de la CCI Côte-d’Or à Dijon, son président Xavier Mirepoix a rappelé que le département est riche de 22.000 entreprises, «dans le commerce, l’industrie, les services et le tourisme», en parlant plus particulièrement de la métropole dijonnaise tel le «poumon économique de la région» dont elle est «la première zone d’emploi ainsi que le premier pôle commercial».
Quant à l’export, en l’occurrence vers les pays arabes, il est loin d’être négligeable selon Xavier Mirepoix, qui s’est adressé aux ambassadeurs : «Sur 12.000 formalités enregistrées par la CCI en 2018, plus de 3.500 visas ont été apposés sur des documents d’exports à destination de vos pays, ce qui représente plus de 30 % des visas délivrés par la CCI Côte-d’Or. 2.400 l’ont été depuis le site de Dijon, dont près de 1.000 rien que pour l’Arabie Saoudite dans le domaine de l’industrie, 500 pour les Emirats et 390 pour l’Algérie. 1.100 ont été établis depuis le site de Beaune, dont 700 pour les Emirats et 170 pour l’Algérie». Pour le président de la CCI Côte-d’Or, l’exportation est un besoin primordial.

«Des portes ouvertes à encore bien des développements»


Rémy Laurent, président de la CCI Bourgogne-Franche-Comté l’assure : «Les entreprises dijonnaises rayonnent et jouent un rôle significatif dans le commerce international». Plus largement, il qualifie la Bourgogne-Franche-Comté de dynamique sur plusieurs indicateurs de l’exportation : «Avec ses 2,8 millions d’habitants, c’est la première région française exportatrice pour le montant de ses exportations par habitant, de même que pour son solde commercial excédentaire». Rémy Laurent poursuit : «Les cinq premiers secteurs d’activité en région représentent 50 % des exportations : l’automobile, les machines et équipements, les produits sidérurgiques, les vins et les équipements pour l’industrie automobile».
Ce que réaffirment les deux CCI, c’est que la région, plus particulièrement le territoire métropolitain dijonnais est «un territoire d’entrepreneurs et d’industriels», porté notamment par «un éco-système public-privé, des stratégies bien ciblées» et des dynamiques de recherche et développement bien structurées. Rémy Laurent ajoute : «Notre rôle est de promouvoir les exportations au travers du Team France Export. 18 conseillers internationaux sont là pour faciliter l’accès à 65 marchés, dont les vôtres».
Autour de l’accueil de la délégation de la Chambre de commerce franco-arabe, il conclue avec optimisme : «La balance commerciale de la Bourgogne-Franche-Comté est excédentaire avec les pays arabes de l’ordre d’un demi-milliard d’euros de produits et de services… Ce qui laisse des portes ouvertes à encore bien des développements entre nos entreprises et vos pays respectifs. C’est avec une bonne marge que nous nous retrouvons sur une coopération qui ne demande qu’à être davantage éveillée, dans la co-construction de programmes».
Agroalimentaire, industrie, pétrochimie, économie d’énergies, sports… Le déjeuner à la CCI de Côte-d’Or mercredi visait à faire se rencontrer entrepreneurs, représentants d’institutions et ambassadeurs de pays arabes afin de renforcer des liens déjà existants ou bien d’approfondir de nouvelles collaborations.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier