dimanche 17 novembre 2019
Experts du quotidien, les membres de l'association Envie d'aller plus loin avec mon handicap étudient l'accessibilité des événements ou des moyens de déplacement à Dijon. Après deux années de déboires, ils espèrent que les prochaines animations des Féeries de Noël seront réellement inclusives.
Questions à...
Depuis mars 2018, Sophie Harent occupe la direction du musée Magnin. À l'occasion d'un nouvel accrochage, elle explique pour Infos-Dijon comment elle donne un nouveau souffle à ce musée national.
> Dijon Metropole > Dijon Metropole

ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : L'ESTP Paris, une nouvelle école d'ingénieurs inaugurée à Dijon

05/11/2019 15:16Imprimer l’article
L'ESTP Paris vient d'installer un campus à Dijon pour ses étudiants en travaux publics à l'occasion de la rentrée de septembre 2019. L'aménagement des locaux dans l'ancien bâtiment de la CPAM du quartier des Grésilles a été inauguré ce mardi.
Une nouvelle école privée d'ingénieurs en travaux publics s'est installée durant l'été à Dijon. L'ESTP Paris se revendique «spécialisée dans la construction durable, l'aménagement urbain et des territoires». Après le campus historiques de Cachan et l'ouverture du campus de Troyes, c'est son deuxième campus en région.

Dans l'immédiat une quarantaine d'étudiants suivent des cours sur le campus dijonnais, accueillis dans les anciens locaux de la CPAM dans le quartier des Grésilles, renommé «campus des savoirs» au numéro 6 de la place du même nom.



Des ingénieurs managers pour les entreprises locales


L'ESTP Paris forme à de nombreux métiers dans plusieurs domaines : bâtiment, transport, énergie, développement immobilier, génie civil, les ports ainsi que les voies fluviales ou ferrées. L'accès aux trois années de formation se fait par concours (Centrale Supélec, ENSAM ou ENSEA) ou sur titre (en première année après une licence 3 scientifique ou en deuxième année après un master 1 scientifiques). Des étudiants étrangers peuvent aussi être admis, c'est le cas de six d'entre eux pour la rentrée 2019 à Dijon (venant du Maroc, d'Algérie, de Tunisie, de Guinée, de Suisse et de Hollande).

Sur son campus dijonnais, l'ESTP Paris entend favoriser «l'émergence de partenariats avec des laboratoires et des pôles de compétitivité régionaux sur des thèmes tels que le développement du numérique dans l'acte de construire, les infrastructures du futur, les éco-matériaux, le génie civil nucléaire». Les liens locaux ne devraient pas être oubliés avec les projets de développement du territoire ceci afin de faciliter l'embauche et l'intégration d'«ingénieurs managers locaux» par les entreprises régionales.

À ce titre, quelques élèves précédemment installé sur le campus de Cachan ont décidé de venir faire leur dernière année 2019-2020 à Dijon pour bénéficier de l'option «Smart City» liée au projet On Dijon (retrouver notre article sur l'inauguration du poste de pilotage On Dijon). Ils suivront donc en direct la mise en œuvre de ce projet.

Portée par une association à but non lucratif, cette «école des grands projets» a reçu le label Enseignement supérieur privé d'intérêt général. Les cours délivrés à Dijon ont le même niveau de formation que ceux du campus de Cachant et c'est le même diplôme au final.

«Une école moderne et accueillante»


La Caisse Primaire d'Assurance Maladie logeait dans un bâtiment issu de la rénovation urbaine du quartier des Grésilles. La CPAM a déménagé en mars 2018 pour aller dans le Quartier des Affaires, près de l'Auditorium (lire le communiqué). Après rénovation, les salles de cours et les espaces de vie étudiante se déploient sur 2.300 m².

L'inauguration a eu lieu ce mardi 5 novembre 2019 en présence de nombreux élus, de collaborateurs de l'ESTP Paris, de représentants des entreprises du secteur de la construction ainsi que des agents de la SPLAAD (Société Publique Locale Aménagement de l'Agglomération Dijonnaise).

François-Xavier Clédat (président du conseil d'administration de l'ESTP Paris) a célébré «une étape importante dans la vie de notre école». Il a remercié les «deux grands partenaires» de l'installation de l'école que sont Dijon métropole et le conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté. Un partenariat qui a permis la rénovation des locaux et le financement de l'équipement.

À son tour, Florence Darmon (directeur général de l'ESTP Paris) a remercié les partenaires académiques que sont le Rectorat de Dijon et l'Université de Bourgogne-Franche-Comté en indiquant que les laboratoires de l'ESTP Paris étaient ouverts aux chercheurs. Les partenaires économiques que sont la Fédération du Bâtiment et la Fédération des Travaux Publics ont aussi été salués.

Florence Darmon a brièvement évoqué l'historique d'un campus «ouvert en moins de deux ans». Le point de départ étant une visite de François Rebsamen sur le camps de Cachan en septembre 2017. Pour autant, la localisation de l'école n'a été déterminée qu'en juin 2019. Le bâtiment de l'ancienne CPAM – «des bureaux vieillots» – a donc été transformé en trois mois pour loger les locaux d'«une école moderne et accueillante».

Dijon métropole, «locomotive» de la région


Denis Hameau (vice-président PS du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté) a évoqué «le développement durable, le développement écologique et le développement sociétal» de la région face aux transitions industrielles, agricoles, énergétiques et numériques. L'élu a vanté le dynamisme de la capitale régionale : «Dijon métropole, en tant que locomotive, aide la région à avancer de manière significative». Et de souligner le contrat métropolitain entre les deux collectivités dont 22 millions d'euros étaient apportés par la région dans l'enseignement supérieur et l'innovation à Dijon (lire notre article).

Pour sa part, François Resbamen (maire PS de Dijon et président de Dijon métropole) a lui aussi fait un point d'histoire en rappelant la rénovation urbaine du quartier des Grésilles et la construction du bâtiment actuel il y a douze ans. Il a salué la «réactivité» des services de Dijon métropole pour avoir géré cette fois la rénovation intérieure du présent bâtiment.

À son tour, il a martelé les atouts de Dijon : «c'est la capitale économique, c'est la capitale sociale, c'est la capitale écologique, c'est la capitale culturelle». Et de lancer : «pour avancer dans cette idée de la construction, nécessaire et indispensable, on construit 1.000 logements chaque année, et on va continuer malgré les pétitions, malgré les oiseaux de mauvais augure» car «il y a encore trop de personnes mal logées ou pas logées y compris dans la métropole dijonnaise». Une adresse à l'opposition municipale dijonnaise qui critique le futur plan local d'urbanisme métropolitain.

En conclusion, après les discours inauguraux, Laurence Mangenot (directeur du campus de Dijon de l'ESTP Paris) a salué les 41 étudiants de la première promotion «qui resteront toujours les premiers».

Pour autant, l'histoire n'est pas terminée. En effet, le projet stratégique de François-Xavier Clédat pour l'ESTP Paris se déploie jusqu'en 2030. Pierre Pribetich (vice-président PS de Dijon métropole et président de la SPLAAD) a présenté un projet à venir. Pour continuer le développement de l'ESTP Paris à Dijon, un bâtiment est en cours de conception par Dijon métropole – pose de la première pierre prévue en septembre 2020 – en vue d'accueillir l'ESTP Paris à partir de septembre 2021 aux côtés de l'autre école d'ingénieurs en électronique et informatique ESEO. À terme, en 2035, les deux écoles espèrent compter 800 étudiants à Dijon.

Jean-Christophe Tardivon