mardi 22 mai 2018
Questions à...
Médecin régulateur au Samu 21 et conseiller départemental, Christophe Avena décrit les difficultés des médecins régulateurs, confrontés à une augmentation continue des appels. Sans se prononcer sur le contenu de la conversation entre le Samu de Strasbourg et Naomi Musenga, il note une anomalie dans cette affaire, symptomatique d'un manque de médecins régulateurs.
> Dijon Metropole > Dijon Metropole

RANDONNEE : Découvrir Dijon autrement avec le GR 2

18/05/2018 08:56Imprimer l’article
Depuis le jardin Darcy, partez à l'aventure le long du GR 2. Prenez les chemins de traverse pour sillonner Dijon et sa périphérie d'une nouvelle façon. Infos-Dijon a interrogé Claude Baroudel qui a dessiné le trajet de Dijon aux sources de la Seine pour la Fédération de Randonnée en Côte-d'Or. Parcourez les premiers kilomètres avec nous.
La marche connaît un grand succès ces dernières années. Les randonneurs sont de plus en plus nombreux sur les chemins de France, que ce soit pour des balades, de grands parcours ou des pèlerinages. À Dijon, un nouveau point de départ a été installé en avril dernier au jardin Darcy. Il marque une des extrémités du GR 2, chemin de grande randonnée qui va de Dijon au Havre. Intitulé «Au fil de la Seine», il invite à longer le fleuve de sa source, dans le Châtillonnais, jusqu'à son embouchure, en Normandie.

Un itinéraire particulier rallie Dijon aux sources de la Seine. Les premiers kilomètres permettent déjà de se promener et poser un regard différent sur l'agglomération dijonnaise, entre ville et campagne. En deux à trois heures, vous pouvez, par exemple, marcher jusqu'à Plombières-lès-Dijon et revenir en bus après avoir admiré les superbes paysages des combes entourant le lac Kir.

Si vous voulez aller plus loin, comptez deux à trois jours de marche pour vous rendre aux sources de la Seine et six jours en tout pour rejoindre Châtillon-sur-Seine. Un retour à Dijon est alors possible en car régional Transco.

2.700 km de randonnée en Côte-d'Or


Claude Baroudel est responsable des circuits de Dijon Métropole pour le Comité départemental de la Randonnée Pédestre de Côte-d'Or, affilié à la Fédération Française de Randonnée. Le local du comité est situé dans le quartier du Petit-Cîteaux. Claude Baroudel a été président du comité départemental pendant 14 ans puis Gilles Michel lui a succédé. Le comité est financé par les licences des 3.600 adhérents, par une subvention du conseil départemental et par des prestations facturées aux collectivités dont Dijon Métropole.

250 personnes entretiennent les balises et indicateurs des 2.700 km de randonnées sur l'ensemble de la Côte-d'Or, elles sont réparties sur 10 secteurs. Quarante baliseurs veillent plus particulièrement sur les parcours de Dijon Métropole. En ville, ce travail de repérage est difficile car «il y a une ou deux dégradations par mois, on arrive à nous couper parfois un poteau de départ, ce qui nous coûte 1500 euros » précise Claude Baroudel.

Les itinéraires proposés par la FFR sont sécurisés juridiquement : les comités départementaux demandent des autorisations de passage aux communes et aux propriétaires privés. Ce n'est pas le cas des itinéraires que l'on retrouve parfois dans les nouvelles applications de randonnée sur smartphone où un utilisateur peut inventer un parcours sans avoir fait les démarches nécessaires.

«Les communes se font à la randonnée»


Le balisage du GR 2 a commencé dans les années 1970 et s'est terminé dans les années 2000. Le point de départ précédent était à Sainte-Foy, un hameau du Val-Suzon. Claude Baroudel est à l'origine d'un départ du GR 2 depuis Dijon, une réflexion qui a démarré en 2013 : «je voulais surtout que l'on puisse démarrer du square Darcy parce qu'il y avait une gare et des hôtels autour».

«Le trajet s'est fait en fonction des autorisations de communes» indique-t-il. Une commune a refusé le passage ce qui a compliqué la définition du parcours. Dans le tracé initial, le premier gîte, à Étaules, était situé après 25 km de marche : «celui qui fait beaucoup de randonnée, ça ne le gêne pas mais pour une famille, c'est trop». D'où une première étape à Plombières-lès-Dijon qui compte deux gîtes. «Les communes, maintenant, se font à la randonnée mais les agriculteurs n'aiment pas bien» précise Claude Baroudel. La Ville de Châtillon-sur-Seine était, notamment, très intéressée par un développement du GR 2.

Les marcheurs ont des rythmes très variés comme le signale Claude Baroudel : «on a prévu Dijon-Châtillon en cinq ou six étapes, certains peuvent le faire en deux jours. Il y en a qui font 25 km par jour, même plus. La majorité, c'est une quinzaine de kilomètres. Une famille en fait dix-douze, pas plus».

«Dans Dijon métropole, il y a des sentiers partout»


Concernant la métropole, «le but du jeu est de découvrir Dijon autrement» s'enthousiasme Claude Baroudel, «j'ai toujours considéré que la randonnée, ça devait être avec le tourisme, ça peut apporter du monde. On est jumelé avec le comité de Paris et on veut faire en sorte que les randonneurs du comité de Paris viennent à Dijon et que les Dijonnais aillent à Paris». Par exemple, les Parisiens peuvent arriver à Dijon en marchant et repartir par le GR213a pour continuer de découvrir la Côte-d'Or et aller à Montbard pour prendre le train.

«Les boucles sont sympa et l'on peut rejoindre une autre boucle si l'on veut en faire plus» dit-il à propos des trajets dans la capitale. «Le but est de dire que, dans Dijon métropole, il y a des sentiers partout. D'ailleurs toutes les communes, sauf une, ont un circuit». Parmi les sentiers qu'il affectionne, il cite «le sentier du Pic-vert [qui] part du parc de la Colombière et passe dans l'université, ça c'est intéressant». Le touristique parcours de la Chouette fait partie des sentiers de randonnée lui aussi : «c'est déjà une randonnée, pour touristes, et cela fait connaître la ville». Ce travail se fait en lien avec Destination Dijon, l'office du tourisme de Dijon Métropole.

Le responsable des circuits cite aussi le Martin Pêcheur qui mène du centre-ville à la Fontaine-d'Ouche avec un faible dénivelé. Il souligne la création d'un nouveau chemin pour découvrir les alentours de la future Cité Internationale de la Gastronomie et du Vin (l'Ouche, l'ancien hôpital, la combe Persil...) ; une boucle qui peut être parcourue en 2h30 par une famille. Pour se repérer facilement, il existe des TopoGuides qui contiennent bien sûr les descriptions des parcours ainsi que des informations sur le patrimoine ou les curiosités à découvrir. Vendu par le comité départemental, «Dijon métropole... à pied» contient 37 promenades et randonnées en zones urbaines et rurales totalisant 350 km.

Concernant les outils numériques, Claude Baroudel se révèle critique des applications de randonnée : «ce sont des gens qui  utilisent notre travail et qui n'est pas rémunéré» alors que le comité a parfois du mal à trouver des financements pour les dispositifs les plus chers comme les panneaux indicateurs. «La plupart des gens voient le balisage mais ils ne savent pas qui le fait, ils ne se rendent pas compte qu'il y a des gens qui font le boulot !»

L'aventure commence dès Dijon avec le GR 2


Un sentier de grande randonnée se mérite aussi commencez par prendre quelques précautions. Même si la partie urbaine du GR 2 est très praticable, quand on arrive dans une combe, le chemin peut être glissant. Une carte, des chaussures adaptées voire des bâtons, des vêtements pour les temps changeants, de l'eau et des aliments énergétiques, une boussole, du papier toilette, une lampe de poche, etc. Un parcours détaillé se trouve dans le guide de randonnée gratuit édité spécialement par le comité départemental.

Le GR 2 part donc du jardin Darcy, du côté de la place du Rosoir, il faut suivre le marquage blanc-rouge (le jaune concerne les sentiers locaux). La première voie à prendre est la rue Pierre-Paillot. La rue Henri-Vincenot mène jusqu'au-dessus de la gare puis on se dirige vers les carrières Bacquin pour traverser le parc et remonter vers Talant. En passant au pied du plateau de la Cour-du-Roy, il est possible de faire un détour pour admirer la vue depuis le belvédère ainsi que l'église Notre-Dame.

De retour sur le GR 2, il s'agit de longer les jardins familiaux et de passer par le parc de la Fontaine aux fées. Un autre détour peut permettre de découvrir une curiosité géologique, la Roche fendue, située entre la bifurcation de la combe Valton et le skatepark (attention, terrain rocailleux et glissant). En revenant sur le GR 2, l'aventure commence avec la descente de la combe Valton permettant d'admirer le paysage autour du lac Kir.

«Faire du sport sans en avoir l'impression»


Cette partie est bien connue des habitants de l'agglomération, les joggueurs et les randonneurs se saluent au passage. Habitant Dijon, Marion et Thibault partagent leur goût de la marche avec leurs enfants Lucien, Virgile et Justine : «on se balade, on fait une petite randonnée d'une heure et demie. On fait une balade tous les quinze jours. Quand on se lève trop tard, on reste dans les parages. Parfois, on va plus loin, dans le Val-Suzon ou dans un rayon de 50-60 km. On regarde le site Internet Visorando. Là, c'est une petite rando bien sympathique, on est déjà venu deux-trois fois. En regardant le balisage rouge et blanc, on a vu qu'on était sur un GR».

Pour leur part, Éric de Longvic et Agnès de Talant cherchent des parcours bucoliques sans craindre des dénivelés : «on fait entre dix et quinze kilomètres tous les week-ends. Généralement, on part de Talant et on va côté Fontaine-d'Ouche à la combe à la Serpent ou alors, on passe directement du côté de Plombières. Parfois, on prend la voiture et on va du côté de Messigny ou Marsannay. Sur Internet, on peut trouver des randos, des points de départ. On a l'intention de faire le sentier Batier sur deux jours. On randonne aussi l'hiver, avec les chaussures de marche, avec les bâtons, on peut aller n'importe où mais il faut faire attention. C'est faire du sport sans avoir l'impression d'en faire !»

Une fois en bas de la combe Valton, le GR 2 passe sous la voie rapide mais pas sous la voie ferrée. Le chemin se poursuit sur la droite en remontant vers le plateau. Là, c'est l'église de Plombières-lès-Dijon qui s'offre à la vue au travers des frondaisons. Une église qu'il est possible de rejoindre en descendant vers les habitations. L'arrêt Plombières-Mairie permet de prendre le bus Diva B12 pour retourner au jardin Darcy. Néanmoins, le GR 2 continue en direction de Val-Suzon, de Saint-Seine-l'Abbaye puis des sources de la Seine.

Jean-Christophe Tardivon

Comité départemental de la Randonnée Pédestre de Côte-d'Or
9, rue Jean-Renoir à Dijon
Téléphone : 03.80.41.48.62
Mail : cote-dor@ffrandonnee.fr
Web : www.cotedor-randonnee.com

Cars régionaux en Côte-d'Or, horaires des lignes Transco

Divia













Au local du comité départemental de la FFR, Claude Baroudel présente le TopoGuide des circuits dans Dijon Métropole



Point de départ du GR 2 au jardin Darcy



De Dijon au Havre en passant par les sources puis les bords de la Seine



Suivre le marquage blanc-rouge



Exemple d'immeubles haussmanniens du quartier Montchapet



Un nom célèbre pour une des premières rues du GR 2



La tour Bagatelle en surplomb de la gare



Au hasard des rencontres, en toute convivialité



Réservoir des eaux de la source de Morcueil



Jardins familiaux sans pesticide



Détour vers le plateau de la Cour-du-Roy



Église Notre-Dame de Talant



Belvédère de la Cour-du-Roy



Jardin familiaux et quartier de la Fontaine-d'Ouche



Retour sur le GR 2



Attention, terrain glissant



Détour vers le skatepark



La Roche fendue et le quartier du Belvédère à Talant



Paysage autour de la curiosité géologique



D'où son nom



  Marion et Thibault partagent leur goût de la marche avec Lucien, Virgile et Justine



On reprend le fil du GR 2



Quand les arbres manquent, le marquage se fait sur les pierres



La combe Valton, le lac Kir et le quartier de la Fontaine-d'Ouche



Eric et Agnès randonnent tous les week-ends



Il faut de bonnes chaussures pour gravir ou descendre la combe Valton



Le bas de la combe Valton



Les croix indiquent une direction à ne pas prendre



Le chemin du plateau



En surplomb de la LINO



L'église Saint-Baudèle de Plombières-lès-Dijon



N'oubliez pas d'admirer la flore autour de vous



Respectez les propriétés privées



Maison Gauthier



Arrêt Divia Plombières-Mairie