dimanche 17 novembre 2019
Experts du quotidien, les membres de l'association Envie d'aller plus loin avec mon handicap étudient l'accessibilité des événements ou des moyens de déplacement à Dijon. Après deux années de déboires, ils espèrent que les prochaines animations des Féeries de Noël seront réellement inclusives.
Questions à...
Depuis mars 2018, Sophie Harent occupe la direction du musée Magnin. À l'occasion d'un nouvel accrochage, elle explique pour Infos-Dijon comment elle donne un nouveau souffle à ce musée national.
> Dijon > Dijon

CONSTRUCTION : Elithis, l'énergie positive pour tous

15/09/2019 03:15Imprimer l’article
Les dix ans de la tour Elithis ont été fêtés à Dijon. Son concepteur, Thierry Bièvre, est revenu sur les qualités de ce démonstrateur qui reste un modèle en termes de performance énergétique.
Élus, clients, partenaires, amis... bien du monde se presse à l'Auditorium de Dijon pour célébrer les dix ans de la construction de la tour Elithis ce jeudi 12 septembre 2019. Les animations de la LISA 21 ainsi que les interventions musicales de la soprano Axelle Fanyo et de son accompagnant au piano sont très appréciées. Néanmoins, l'anniversaire prendra une tonalité douce-amère puisque les concepteurs reconnaîtront une certaine déception concernant le nombre de constructions après dix ans.

Inaugurée le 2 avril 2009, la tour Elithis a été signée par  l'architecte Jean-Marie Charpentier. Décédé en décembre 2010, il avait aussi dessiné l'opéra de Shanghai en 1998.

«La planète crie et on ne l'entend pas»


Dans le sillage de Greta Thunberg, Suédoise de 16 ans qui milite pour la «grève pour le climat», Timothée, 10 ans, appelle à respecter l'environnement : «je ne comprends pas que j'ai le même âge que la tour Elithis et que l'on continue encore à abîmer notre planète». Timothée a peur : de moins en moins d'abeilles, moins de place pour les ours polaires, des tempêtes et tsunamis partout. «Parfois j'ai l'impression que la planète crie et qu'on ne l'entend pas» s'inquiète-t-il.



«Pas plus cher qu'un bâtiment standard»


Thierry Bièvre, président du groupe d’ingénierie Elithis, est un pionnier du secteur de la construction pour un avenir durable. Il vante les «résultats exceptionnels» du bâtiment dont il est à l'origine : 11 kWhEP/m²/an d'énergie primaire consommée en moyenne sur 10 ans alors que la consommation d'un bâtiment tertiaire serait généralement de 400 kWhEP/m²/an. Cela représente 450 tonnes de CO2 qui n'auraient donc pas été émises dans l'atmosphère.

Thierry Bièvre attend «une réponse à l'urgence climatique» en constatant que 5.000 immeubles de même taille ont été construits en France en 2018. Selon lui, la tour Elithis n'ayant «pas coûté plus cher qu'un bâtiment standard», elle pourrait être reproduite (le bâtiment de 9 étages a coûté 7 millions d'euros soit 1.400 euros/m²).

Conçue il y a quinze ans, la tour représente encore le futur, c'est «un anachronisme décevant» devant les ambitions françaises de la COP 21 notamment. Si Nadine Barralon, qui dirige C3B Dijon (filiale du groupe Vinci), salue «un projet innovant qui a beaucoup apporté aux équipes», Thierry Bièvre s'étonne que «certains se congratulent d'avoir réussi à faire retarder la mise en application de la future réglementation environnementale, la RE 2020».

La RE 2020 remplacera la RT 2012 le 31 décembre 2020. La RT 2012 plafonne la consommation des bâtiments neufs à 50 kWhEP/m²/an. La RE 2020 intégrera plus d'éléments pour favoriser les constructions à énergie positive et l'empreinte carbone sera calculée sur tout le cycle de vie du bâtiment. De sa réflexion sur les résistances du secteur de la construction, Thierry Bièvre a fait un livre : «2009-2019, retour sur le futur», préfacé par Jean Jouzel climatologue du GIEC.

«Réconcilier écologie et économie»


Avec la tour Elithis, Thierry Bièvre dit stop aux préjugés sur l'écologie, au climato-scepticisme. La preuve, les 430.000 euros de revenus liés à l'électricité produite par la pile photovoltaïque installée sur le toit de la tour font que les occupants ont reçu 3 euros/m²/an en guise de facture de chauffage. «De quoi réconcilier écologie et économie» aux yeux de l'ingénieur.

Dans la nouvelle tour d'habitation à énergie positive construite à Strasbourg, soixante ménages vivent avec une facture énergétique quasi nulle : «écologie et économie fonctionnent très bien ensemble». «Le défi était de rendre l'énergie positive accessible à tous» résume-t-il avant de se tourner vers les élus présents : «est-ce que l'audace est encore ce qui caractérise notre classe politique ?»

Une consommation énergétique réduite de 40% dans le tertiaire d'ici 2030


Pour sa part, François Rebsamen (maire de Dijon) appelle de ses vœux pour le quartier de l'Arsenal un immeuble similaire à l'immeuble d'habitation construit à Strasbourg, insistant sur les «gains de pouvoir d'achat pour les plus modestes». François Patriat (sénateur de la Côte-d'Or) salue la culture entrepreneuriale et l'audace. Il invite à ne pas opposer les producteurs aux consommateurs. Michel Neugnot (vice-président du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté) annonce que la Région occupera dans la tour Elithis un étage qu'elle a acheté, là où se situait auparavant l'ADEME.

Un message vidéo d'Emmanuelle Wargon (secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire) conclut le temps des discours en rappelant l'objectif de réduction de 40% de la consommation énergétique de tous les bâtiments tertiaire en France caractérisé dans la loi Elan à l'horizon 2030.

Les participants peuvent finalement se rafraîchir autour du buffet, prendre des photos de l'habillage lumineux de la tour ou bien aller admirer la fresque réalisée en anamorphose au pied de l'Auditorium par le graffeur parisien Shadow. Une fresque qui représente un univers idyllique à partir de paysages bourguignons quelque peu augmentés pour laisser imaginer, selon l'artiste, «une vision futuriste de la nature telle qu'on pourrait la souhaiter pour tout le monde».

Jean-Christophe Tardivon