jeudi 19 septembre 2019
Le mosaïste a ajouté Dijon à la longue liste des villes du monde qui hébergent ses oeuvres. Il en a fixé six sur des façades du centre-ville.
Découvrez notre carte Google pour retrouver les six oeuvres.
Questions à...
La conseillère métropolitaine déléguée à l’emploi témoigne de la volonté de la Métropole d’accompagner les acteurs du territoire pour favoriser la création d’emplois et «permettre un développement économique harmonieux et solidaire».
> Dijon > Dijon

CULTURE : Le Conseil départemental supprime des subventions, La Vapeur, l’Opéra et la Ville de Dijon dans l’incompréhension

09/09/2019 19:33Imprimer l’article
En cette rentrée, La Vapeur et l’Opéra de Dijon doivent faire sans leurs subventions de la part du Conseil départemental de la Côte-d’Or. Incompréhension et indignation du côté des acteurs culturels et de la municipalité de Dijon, changement d’approche de la part de la collectivité territoriale… Eclairage.
Pour le tout premier point presse de la saison 2019-2020 concernant la programmation et les actions artistiques et culturelles de La Vapeur, la scène de musiques actuelles dijonnaise, le directeur de la structure Yann Rivoal a annoncé notamment «des propositions variées et un réel travail sur le territoire», avec d’autres partenaires pour toucher différents publics et pas seulement au sein de La Vapeur.

50.000 euros, en moins, pour La Vapeur


Les points forts de ce premier trimestre, nous y reviendrons ultérieurement. L’affaire sur laquelle il convient de s’arrêter, le directeur de La Vapeur la déplore. «Mi-juillet, nous avons reçu un courrier du Conseil départemental de la Côte-d’Or nous informant que la subvention de cette collectivité est supprimée», nous a-t-il fait savoir.
Pour la scène de musiques actuelles de Dijon, il s’agit d’une aide de 50.000 euros, en moins. «Le budget de La Vapeur représente environ 2 millions d’euros, dont 900.000 euros de subventions publiques. C’est sûr que cette subvention peut paraitre minime mais quand on compte vraiment dessus dans un budget, c’est embêtant… Surtout que nous sommes je dirais en sous-effectifs par rapport à d’autres structures comme la nôtre. Nos autres partenaires sont d’ailleurs sollicités pour nous aider et ça va plutôt dans le bon sens».

«Un coup porté à la Culture»


Pour Yann Rivoal, la décision du Conseil départemental est «un coup porté à la Culture», d’autant plus qu’il ajoute qu’«il n’y a pas eu réellement d’explication, si ce n’est que le Département veut apparemment passer d’une logique de subventions à une logique d’appel à projets». Pour l’équipe de La Vapeur en tout cas, la décision est une très mauvaise surprise. Et son directeur appuie cette incompréhension en répétant que les actions menées ne se limitent pas au public dijonnais mais aussi que La Vapeur est la seule scène labellisée SMAC (musiques actuelles) en Côte-d’Or.

Le président du Département s’explique


«Le Département n'est pas un guichet où les associations viennent retirer leurs subventions - pour La Vapeur, on parle de 50.000 euros - sans fournir une contrepartie identifiée au bénéfice de tous les Côte-d'Oriens», avance François Sauvadet, président du Conseil départemental, pour en partie justifier la suppression évoquée. Dans sa réponse qu’il nous a transmise, il persiste : «J’ai effectivement envoyé un courrier à Christine Martin, Présidente de La Vapeur, le 12 juillet dernier, dans lequel je lui annonçais l'intention du Département de ne plus subventionner le fonctionnement de l'établissement public. Dans ce courrier, j'ai rappelé qu'en raison des contraintes financières imposées par l'Etat, le Conseil départemental avait décidé de substituer aux traditionnelles subventions de fonctionnement au bénéfice des acteurs de la Culture une logique d'appel à projets. Une position qui avait été initialement présentée aux différents partenaires du Département en septembre 2018. Il est donc erroné de dire que le Département n'avait pas clairement présenté les nouvelles règles d'attribution des crédits départementaux ! Le 2 août, j'ai de nouveau écrit à la Présidente de La Vapeur pour lui rappeler et lui préciser le nouveau cadre partenarial que le Département souhaite nouer avec les acteurs du domaine culturel. Ma position est très claire : je souhaite dorénavant que le Département, qui initie de nombreux projets culturels, engage un vrai partenariat, avec de vraies contreparties, avec tous les acteurs culturels, La Vapeur comprise».
La même démarche a touché l’Opéra de Dijon cet été. Christine Martijn, adjointe au maire de Dijon déléguée à la Culture, en est également la présidente. L’élue est montée au créneau auprès de la collectivité territoriale pour lui faire part elle aussi de sa désagréable surprise.

Nathalie Koenders :

«Cette décision marque une rupture d'égalité territoriale inacceptable»


Ce lundi, c’est Nathalie Koenders, première adjointe au maire, qui a réagi sur le réseau social Twitter. «La Vapeur deviendrait ainsi la seule scène de musiques actuelles à ne pas être soutenue par le Département de son territoire. Une décision difficile à comprendre et regrettable pour les Côte-D’oriens qui sont nombreux parmi les spectateurs de ces deux établissements», résume-t-elle.
Selon l’élue municipale et métropolitaine, le Conseil départemental devrait assumer ses responsabilités, en totale égalité territoriale : «Dans le même temps, d'autres structures culturelles du département ne connaissent pas le même sort. Cette décision marque une rupture d'égalité territoriale inacceptable, une rupture d'égalité entre les différents publics devant l'accès à la Culture».
Et Nathalie Koenders conclut : «Nous connaissons le contexte de défiance installé par le président du Conseil départemental de la Côte-d'Or vis à vis de la métropole de Dijon dans le cadre des transferts de compétence. Or, la Culture est et restera une compétence partagée. Donc une compétence qui doit également être portée par le Département».

Alix Berthier
Photo d’archives : Alix Berthier