mercredi 11 décembre 2019
L'événement «Clos et château scintillants» propose de nombreuses animations les 15 et 22 décembre à Vougeot. Au programme : visites guidées théâtralisées au rythme des contes de Noël de Bourgogne-Franche-Comté, des démonstrations et bien sûr des dégustations gourmandes.
Questions à...
Depuis mars 2018, Sophie Harent occupe la direction du musée Magnin. À l'occasion d'un nouvel accrochage, elle explique pour Infos-Dijon comment elle donne un nouveau souffle à ce musée national.
> Dijon > Dijon

DIJON : 20 ans après le drame du 145 avenue Eiffel

03/12/2019 05:03Imprimer l’article
La nuit du 4 au 5 décembre 1999 reste et restera une plaie ouverte pour toutes les familles des victimes. Le drame du 145 Avenue Eiffel survenu à Dijon avait eu un retentissement national. 20 ans après, l’association a fait éradiquer les canalisations en fonte, mais pas uniquement.Le point sur les évolutions et sur la cérémonie du souvenir de ce mercredi. 
Il est presque minuit, ce 4 décembre 1999 lorsqu’une explosion au gaz souffle une partie d’un immeuble du 145 avenue Eiffel à Dijon, faisant onze morts et trois blessés. Les victimes étaient âgées de 6 à 71 ans. Dans un livre «Fanny ma fille» aux Editions Bénévent, Sylvie Forest pointait du doigt, à l’époque, les grands industriels qui ne voulaient pas «dépenser » pour la sécurité parce que ce n’était «pas rentable».




20 ans après, après de longues et interminables procédures notamment judiciaires, l’Association a réussi à éradiquer toutes les canalisations en fonte grise cassante en France. «On a aussi beaucoup travaillé sur la prévention du gaz» nous explique Sylvie Forest, Présidente de l’association 145 Avenue Eiffel, «notamment lors de travaux pour éviter des explosions, sur la rapidité des interventions lors d’accidents mais aussi sur la mise à jour des cartographies des canalisations souvent fausses»



L’accueil des familles après un drame


 «En 1999, les cellules d’accueil et d’information pour les familles n’existaient pas» poursuit Sylvie Forest. «Rien n’existait pour la réception des familles des victimes. Nous avons vécu, à Dijon, un véritable enfer en arrivant sur les lieux du drame. Personne n’était là pour nous recevoir. On ne se savait pas où aller. Nous avons vu des gens, et notamment le maire de l’époque, piétiner les décombres sous lesquels les corps des victimes n’avaient pas été extraits. On est resté toute la nuit, seuls, devant les gravas en attendant le triste verdict. Plus tard, les effets personnels de notre fille nous ont froidement été donné sur un bureau dans un salle quelconque . Les séquelles sont irréversibles en plus le fait d’avoir perdu un proche»

Le soutien de la Préfecture de Côte-d’Or


«Nous avons beaucoup travailler pour que jamais les familles des victimes ne vivent cet enfer. Avec la Préfecture de Côte-d’Or nous avons mis en place, dans les années suivantes, des cellules d’accueil pour que les familles soient immédiatement prises en charge, soutenues, entendues lors de drames en tout genre. Ce système a fait école et a été repris dans de nombreux départements»

                                                      

                                                                            La stèle après le vol du 24 septembre 2019

Le souvenir bafoué


En 2003 une stèle créée par le sculpteur bourguignon Michel Couqueberg, scellée dans un bloc de pierre a été installée non loin du drame. Mais le vol de ce monument de quelques 180 kilos, le 24 septembre dernier avait totalement bouleversée les familles des victimes. Retrouvée en pleine nature proche de Longvic une semaine avant la cérémonie des 20 ans, la stèle brisée en plusieurs morceaux ne pourra pas être réinstallée dans l’immédiat. En attendant la Ville de Dijon a fait faire, en accord avec l’association 145 avenue Eiffel, une plaque mémorial en métal avec le nom des victimes ajouré.
 

La cérémonie des 20 ans


«Pour nous familles des victimes, la douleur est constante et plus difficile au moment de certains anniversaires et notamment le 4 décembre » nous confie avec émotion Sylvie Forest «Mais ce sera le dernier hommage collectif. On a fait les 10 ans, on fait les 20 ans. On a une plaque souvenir et espérons-le, le retour de la stèle. C’est ce qui restera.»
La cérémonie débutera à 16h devant le monument souvenir en présence des familles des victimes, des élus de la ville de Dijon et autres personnalités. Entres les discours, des chants de gospel seront interprétés avant un lâcher de ballons.

Le quartier interdit à la circulation


Au moment de la cérémonie, la circulation sera modifiée à l’angle de l’avenue Eiffel et de la rue des Valendons.
- La rue des Valendons sera neutralisée entre 15h et 18h dans le sens Chenôve-Dijon
- La circulation se fera en sens unique dans le sens Dijon-Chenôve de l’avenue Eiffel à la rue du Colonel Picard
- Une déviation sera mise en place par la rue du colonel Picard pour rejoindre l’avenue Eiffel et le boulevard des Bourroches.
- Le cheminement piéton sera conservé.

                                                                                                                                                                                Norbert Banchet

                                                                       La stèle en 2003


Photos : NB