samedi 29 avril 2017
Questions à...
Dans une interview accordée à infos-dijon, la présidente de la Région Bourgogne - Franche-Comté donne sa vision de la future métropole dijonnaise et relève notamment, «il n’y a surtout pas un problème de concurrence entre la région et la future métropole».
> Dijon > Dijon

DIJON : Au parc des expos en attendant Jean-Luc Mélenchon

18/04/2017 18:44Imprimer l’article
Alors que Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France Insoumise, est à Dijon ce mardi, l’avant-meeting est déjà tout un programme…
Ambiance, préparatif et réactions des premiers «Insoumis» sur place.
Ce mardi, c’est à Dijon que Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France Insoumise, a posé ses valises pour le dernier meeting de sa campagne tonitruante pour cette présidentielle des plus incertaines.
Entre 6500 et 8000 personnes sont attendues au parc des expos de Dijon pour ce meeting pas comme les autres. En effet, via la fameuse technique de l’hologramme, Jean-Luc Mélenchon sera également «présent» à Nantes (6500 places assises), Montpellier (4500), Clermont-Ferrand (4500), Nancy (2200), Grenoble (5000), Le Port à La Réunion (1500). Autant dire «une capacité de 30000 places  assises», comme l’ont annoncé en préambule trois de ses porte-paroles, Manuel Bompard, Charlotte Girard et Gabriel Amard, le régional de l’étape puisqu’il est originaire de Lons-le-Saunier, en plein coeur de la Bourgogne - Franche-Comté.
Des chiffres qui impressionnent, notamment après le tour de force de son meeting à Toulouse où l’on parlait de 60 000 personnes dans la ville rose pour écouter le candidat.
Sur le thème du discours de ce soir, Manuel Bompard a expliqué, «il va d’abord parler de l’égalité puis rapidement de comment gouverner le pays».
Autre chiffre à retenir, le nombre de volontaires sur l’ensemble des meetings du jour, qui seront 2000.

Pourquoi avoir choisi Dijon pour ce dernier meeting avant le 1er tour?


C’est donc à Dijon que Jean-Luc Mélenchon a décidé de terminer cette campagne audacieuse de 1er tour. «Dans le cadre du maillage du territoire, c’était la seule région où nous n’avions pas tenu de meeting», a expliqué Manuel Bompard. D’autant que le candidat était déjà attendu le 6 avril dernier mais avait du annuler pour enregistrer l’émission «on est pas couché» sur France2.
Vers 16h45, la foule était déjà massée devant l’entrée du parc des expos, attendant, fébrile, l’ouverture des portes qui a eu lieu à 17h pétante.
Dans une ambiance festive, le public s’est mis à remplir la salle. On notait même dans la salle la présence d’un adjoint de François Rebsamen, Joël Mekhantar.
Reportage : Bruno Lédion et Nicolas Richoffer

Alain Thomas, de Tonnerre (89)

«Une démonstration de force»


«Je soutiens la campagne de Jean-Luc Mélenchon sur le terrain à Tonnerre donc je voulais aller voir son meeting le plus proche. Un meeting, c'est une démonstration de force, donc je trouve important de venir le soutenir physiquement. J'avais commencé à m'intéresser à lui lors de la campagne présidentielle de 2012 et aujourd'hui plus encore, après le mandat calamiteux de François Hollande. La France Insoumise est un mouvement qui va au-delà des forces de gauche traditionnelles.»


Patricia et Fred, d'Aubenas (07)

«Une campagne plus convaincante et originale»


«Nous sommes venus d'Ardèche voir la famille mais nous avons choisi la date exprès pour être là ce soir. En 2012, nous avions déjà fait son meeting du Prado, et nous avons été très déçus que son vote n'ai pas été plus pris en compte par les électeurs. Mais cette fois-ci, c'est différent : cette campagne est plus professionnelle, plus efficace, plus convaincante, et plus originale aussi, avec la péniche et les hologrammes par exemple. Et puis on aime sa culture : c'est lui qui, aujourd'hui, correspond le plus à la gauche. On se sent plus joyeux en l'écoutant, il tient un discours très positif sur l'avenir.»


Rosalie et Eléna, de Dijon

«L'écologie, son point fort»


«Je suis venue d'abord parce que ça m'intéressait de voir un meeting en vrai» commence Rosalie. «Nous sommes sûres de voter pour Jean-Luc Mélenchon depuis un moment déjà : pour nous, c'est incontestablement lui le meilleur même si on a encore quelques doutes. En particulier sur l'Europe, on ne pense pas trop que les autres pays accepteront ses conditions de renégociation des traités. A l'inverse, l'écologie est le vrai point fort de ses propositions. Ce sont le programme et le candidat les plus humains de cette campagne présidentielle.»

Nicolas Boufelda, de Dijon

«Je suis encore indécis»


«Je suis venu car à vrai dire, je suis encore indécis : je suis assez séduit mais j'ai encore quelques a priori sur sa façon de draguer son électorat. Il a un fort pouvoir de séduction, il donne une lueur d'espoir et fait plaisir mais j'ai peur d'être cocufié comme on l'a été avec François Hollande. C'est mon premier meeting, un baptême en quelques sortes, et je compte sur ce moment pour me décider»