mercredi 17 octobre 2018
La soirée de présentation de la nouvelle JDA, résultat de la fusion entre la JDA (Basket masculin) et le CDB (Hand féminin), s'est déroulée ce mardi soir au Palais des Sports de Dijon.
Questions à...
Dans une longue interview à Infos-Dijon, l’élu de Côte-d’Or, patron des Sénateurs «En Marche» au Sénat, et proche d’Emmanuel Macron, dit sa foi dans les réformes.
Il parle aussi des élections européennes, d'Arnaud Danjean, d'agriculture, et des municipales à Dijon et en Bourgogne-Franche-Comté.
> Dijon > Dijon

DIJON : «Cuisine Mode d'Emploi(s)», le centre de formation de Thierry Marx, inauguré au cœur de la Fontaine d'Ouche

12/04/2018 18:40Imprimer l’article
La première promotion, de dix boulangers, finira sa formation à la fin du mois. L'occasion, ce mercredi, d'une inauguration de «Cuisine Mode d'emploi(s)», le centre de formation du chef étoilé Thierry Marx, dédié aux métiers de la restauration. Avec, pour tous les présents, une grosse pensée pour François Rebsamen, qui a toujours soutenu ce projet et la redynamisation de la Fontaine d'Ouche.
Il y avait du monde, ce mercredi, à l’inauguration du centre de formation dédié aux métiers de la restauration «Cuisine Mode d’Emploi(s)», au centre commercial Fontaine d’Ouche. Thierry Marx bien-sûr, chef deux étoiles rendu célèbre auprès du grand public par sa participation à Top Chef de 2010 à 2014. Autour de lui, Véronique Carrion, directrice de Cuisine Mode d'emploi(s), dont c'est le 6e centre de formation en France, Edouard Sauvage, Directeur général de GRDF, partenaire, la préfète, Christiane Barret, Myriam El Khomri, ancienne ministre du travail, Françoise Tenenbaum pour le Conseil régional et Nathalie Koenders pour la ville, ainsi que de nombreux autres élus du conseil municipal.

«Soutien et énergie positive»


Bien-sûr, au lendemain de l'annonce de sa maladie, François Rebsamen n'était pas de la fête, et les différents intervenants n'ont pas manqué de lui adressé une pensée chaleureuse, à l'image de Véronique Carrion : «nous communiquons à François Rebsamen tout notre soutien et notre énergie positive».
Le maire était aussi très présent dans les mots de sa première adjointe, Nathalie Koenders : «Malgré ce contexte, je suis ravie d'être là, dans ce quartier de la Fontaine d'Ouche qui nous est cher, et qui l'est particulièrement au maire, qui en a été le conseiller général. François Rebsamen s'est investi sans relâche pour défendre la formation professionnelle. Trop souvent en effet, les formations s'avèrent inadaptées : trop longues, trop théoriques ou trop onéreuses. C'est fort de ce constat que vous, Thierry Marx, avez conçu cette formation qui permet de faire en quelques semaines ce que d'autres font en deux ans, et gratuitement grâce aux partenaires».

Cuisine Mode d'emploi(s) «va renforcer la position de Dijon»


Pour Nathalie Koenders, Cuisine Mode d'emploi(s) «va renforcer la position de Dijon dans le domaine du goût, de l'alimentation et de la formation». Et d'inviter d'ores-et-déjà l'école à participer au prochain Brunch des Halles, en rappelant combien cette ouverture est un succès pour «l'équipe municipale qui s'investit pour la solidarité et la formation professionnelle».

Françoise Tenenbaum juge elle aussi «normal d'accompagner et de cofinancer» de tels projets. «Vous avez bousculé la manière traditionnelle d'apprendre». «Dijon, capitale de la Gastronomie, s'allie tellement bien avec la baguette !» conclu la conseillère régionale : «les touristes veulent du vin, du fromage et des baguettes, et ici, en Bourgogne-Franche-Comté, nous avons les trois».

«Cette école ne s'est pas multipliée par hasard»


La préfète, Christiane Barret, a également salué ce projet, «qui suscite beaucoup d'intérêt, à juste titre». «Vous alliez l'envie de métier, ici la boulangerie, et l'envie d'insertion. D'ailleurs, cette école ne s'est pas multipliée par hasard. Dans les quartiers Politique de la Ville, les jeunes ont envie. François Rebsamen a été très vite convaincu par l'idée, et a voulu une antenne à Dijon. Tout ça est très cohérent».

Cette école, la 6ème en France, est consacrée aux métiers de la boulangerie et du petit snacking. Après un cursus court de huit semaines de formation et de trois semaines de stage pendant lesquelles ils apprennent la boulangerie, la viennoiserie, la pâtisserie boulangère et le snacking, les élèves obtiennent un diplôme et peuvent profiter du réseau de l’école pour s’insérer dans le monde professionnel. 50 personnes seront formées par an à raison de 10 par session. Cette approche innovante de la formation professionnelle permet aux personnes les plus éloignées de l’emploi et en situation de précarité économique et sociale de bénéficier d’une formation gratuite. Les premiers élèves ont été accueillis le 5 mars dernier.

Ce projet a bénéficié du soutien financier de la ville de Dijon, de Dijon métropole, de la Région Bourgogne-Franche-Comté, de l'État, des fonds de la formation professionnelle du FORCO et de la Fédération du Commerce et de la Distribution (FCD), de mécènes tels GRDF, et de la réserve ministérielle.

Valorisation de la Fontaine d’Ouche


Avec la création de l’école Ferrandi Paris et d’une école des vins de Bourgogne au sein de la Cité internationale de la gastronomie et du vin qui ouvrira ses portes en 2019, l’ouverture de «Cuisine Mode d’Emploi(s)» conforte le positionnement de Dijon, forte de sa double reconnaissance Unesco au titre du Repas gastronomique des Français et des Climats du vignoble de Bourgogne, dans le domaine du goût, de l’alimentation et de la formation aux métiers de la gastronomie.

Cette implantation, que Thierry Marx a souhaité dans un quartier politique de la ville, valorise Fontaine d’Ouche, un quartier redynamisé et vivant dont la métamorphose a été engagée il y a maintenant plus d’une décennie, à travers un programme volontariste de renouvellement urbain porté par le Grand Dijon, aujourd’hui Dijon métropole, la ville de Dijon et leurs partenaires.

Le concept «Cuisine Mode d’Emploi(s)»


Créé en 2012 par Thierry Marx, «Cuisine Mode d’Emploi(s)» est un dispositif de formation aux métiers de la restauration qui propose des parcours d’insertion professionnelle de courte durée, mettant l’accent sur la pratique et l’opérationnel. Gratuit pour les bénéficiaires grâce au soutien de nombreux partenaires publics et privés, il est destiné aux personnes les plus éloignées de l’emploi et en situation de précarité économique et sociale : demandeurs d’emploi de longue durée, bénéficiaires du RSA, jeunes demandeurs d’emploi sans qualification, personnes placées sous-main de justice. Les élèves suivent une formation de 12 semaines, une durée approuvée par l’expérience, pour apprendre le métier dans les conditions du réel. Après obtention d’un diplôme, ils bénéficient du réseau de l’école pour s’insérer dans le monde professionnel. Depuis 2012, plus de 90 % des stagiaires ont trouvé un emploi à l’issue de la formation.
Pour intégrer l’école «Cuisine Mode d’Emploi(s)», les candidats doivent être majeurs, français ou ayant un titre de séjour avec autorisation de travail, être impérativement inscrits à Pôle emploi, avoir un projet professionnel et manifester une profonde motivation.
Nicolas Richoffer

Sihame Ouzaid, 22 ans, de la Fontaine d'Ouche, termine sa formation

«Il y a très peu de théorie au cours de la formation»




«J'avais un BEP de Soins et Services à la Personne, et j'ai fait plein de petits travaux, comme du service, de la vente, de la plonge, etc. Puis je me suis retrouvée sans emploi et je me suis tournée vers la mission locale pour trouver une formation. Ils m'ont proposé la boulangerie et ça m'a tout de suite plu : je trouve que les horaires sont bien. On se lève tôt, c'est vrai, mais ce qui me plaît, c'est qu'on fini tôt. J'ai commencé ma formation le 5 mars et je vais terminer le 30 avril, puis enchaîner avec trois semaines de stage. Ce que j'ai apprécié dans cette formation, c'est qu'il y a très peu de théorie. On met la main à la pâte directement».