mercredi 19 juin 2019
Les conditions météorologiques actuelles sont favorables à la pollinisation des graminées, espèce fortement allergisante, explique Atmo.
Questions à...
A l’issue d’une saison régulière historique en Jeep Elite avec la 3ème place au classement pour la JDA Dijon Basket et à l’approche du premier tour des playoffs, l’entraîneur Laurent Legname fait le point avec Infos-Dijon sur la réussite de son équipe ainsi que ses forces pour poursuivre l’aventure. Entretien.
> Dijon > Dijon

DIJON : D’jazz dans la ville en images

25/05/2019 06:32Imprimer l’article
Des concerts avaient lieu ce vendredi soir dans quatre lieux du centre-ville.
Il y avait comme un parfum de fête de la musique dans le centre-ville de Dijon ce vendredi soir. C'était ni plus ni moins que la 30e édition de D'Jazz dans la ville, la première manifestation d’ampleur à «ouvrir» les festivités de l’été. Dans la nouvelle cour de Bar fraîchement réouverte avec le Musée des Beaux Arts dont elle constitue l'accès, ça ressemblait presque à un prolongement de l'inauguration festive du week-end dernier. Mais non : D'Jazz dans la ville s'ancre depuis 1990 dans quatre lieux emblématiques de la capitale régionale. Sans aucun doute, les Dijonnais y sont attachés, puisqu'ils étaient encore nombreux cette année à déambuler de scène en scène : place François Rude, cour de Flore, cour de Bar et place des Cordeliers.

Dans le cadre du Printemps de l'Europe, la cour de Flore accueillait cette année encore une série de concerts invitant au métissage en coopération avec la maison Rhénanie Palatinat. En première partie Sebastian Sternal , qui a, dans un deuxième temps,  proposé un duo avec Claudius Valket, avant que Greg Lamy quartet ne termine la soirée.

Place des Cordeliers, on a écouté le quartet Blue Biscuit et le franc-comtois Ropd Barthet et ses compagnons de route. Place François Rude, c'est le Quartet Little Treme puis les sept musiciens d'Anthracite jazz band qui se sont succédés sur scène. Enfin, la Cour de Bar recevait les étudiants du département jazz du CRR (Conservatoire à rayonnement Régional) de Dijon, sous le pseudonyme K, qui ont fait découvrir la musique au groove tellurique, avant que Earz Quintet n'envoute le public avec son jazz énergique.

Photos Nicolas Richoffer