jeudi 19 septembre 2019
Le mosaïste a ajouté Dijon à la longue liste des villes du monde qui hébergent ses oeuvres. Il en a fixé six sur des façades du centre-ville.
Découvrez notre carte Google pour retrouver les six oeuvres.
Questions à...
La conseillère métropolitaine déléguée à l’emploi témoigne de la volonté de la Métropole d’accompagner les acteurs du territoire pour favoriser la création d’emplois et «permettre un développement économique harmonieux et solidaire».
> Dijon > Dijon

DIJON : La fête de quartier Université défie la météo

08/09/2019 15:20Imprimer l’article
Les valeureux organisateurs de la fête de quartier Université ont bravé les caprices de la météo ce samedi après-midi. Le temps gris et humide n'a pas empêché les plus jeunes de s'amuser. C'était la dernière fête de quartier lancée par Alain Bonnin en tant que président de l'Université de Bourgogne.
Entre averses et rayons de soleil, la quatrième édition de la fête de quartier Université a eu lieu ce samedi 7 septembre 2019 sur l'esplanade Érasme. Elle était organisée par l'association des habitants du quartier université (AHQUD) avec le soutien de la Ville de Dijon et de l'Université de Bourgogne (lire le communiqué de présentation de la fête).

Plutôt que de se replier salle Multiplex, les organisateurs avaient décidé de braver la météo en restant à proximité de l'arrêt de tram pour faciliter l'accès à cet événement. Les habitants venus en famille ou entre amis ont pu faire le tour des stands et danser au son des animations musicales.

«Le campus est à vous»


Lors des discours de lancement, Alain Bonnin, président de l'Université de Bourgogne, a souligné le rayonnement de celle-ci : du label «refuge LPO» décerné par la Ligue de Protection des Oiseaux de Côte-d'Or pour les actions en faveur de la biodiversité jusqu'au au «très prestigieux» classement de Shanghai. Alain Bonnin a rappelé que cette fête portait aussi le message que l'université était ouverte sur la ville : «le campus est à vous».

L'uB compte cette année 34.000 inscrits, une augmentation de 8.000 étudiants en 8 ans, à moyens constants «sans dégrader la qualité de la formation des étudiants et sans dégrader notre recherche» (lire notre article sur la rentrée de l'uB). C'était le dernier lancement de cette fête de quartier pour Alain Bonnin dans ce cadre puisqu'il terminera son second mandat en mars 2020. Le professeur, spécialiste des gènes et de la muqueuse digestive, n'a pas évoqué d'éventuelles ambitions après cette présidence de l'université.

Une fête qui apporte «du sucré-salé» à la vie dans la ville


A ensuite pris la parole Benoît Bordat, conseiller municipal délégué au quartier Université. Étaient à ses côtés, Nuray Akpinar-Istiquam qui tient, elle aussi, des permanences municipales sur le quartier, et Lê-Chinh Avena, co-présidente suppléante de la commission de quartier. Membres de cette commission, les conseillers municipaux Joël Mekhantar et Stéphanie Modde assistaient aux discours. Du côté de l'opposition municipale, étaient présents Emmanuel Bichot et Laurent Bourguignat.

Benoît Bordat a salué l'implication des membres bénévoles de l'AHQUD et a insisté sur l'importance d'une fête comme celle-ci : «s'il n'y a pas de vivre-ensemble, de moments de partage, de moments festifs, de moments associatifs, il manque quelque chose de sucré et de salé dans cette vie dans la ville».

Une association active sur le quartier


L'association des habitants du quartier université à Dijon est présidée par Laurent Monnot qui a qualifié cette fête de «point d'orgue» des activités annuelles de l'AHQUD. L'association gère le jardin partagé des Argentières, organise aussi un troc-plantes, un vide-grenier ainsi qu'un Nouvel An intergénérationnel et interculturel à Latitude 21.

Laurent Monnot a pris avec philosophie les caprices de la météo en rappelant «que notre végétation a quand même bien besoin d'eau» après la sécheresse estivale. La soirée s'est poursuivie aux sons de la trompette de David Delarche, des chansons françaises du trio Jerko, du folk irlandais des Pieds Plats et, en final, du groupe Elyps pour réchauffer l'ambiance.

Jean-Christophe Tardivon