mardi 22 août 2017
Questions à...
L'emploi des seniors est une préoccupation pour Fabrice Rey, directeur de Créativ', le cluster emploi de Dijon métropole. Il revient pour Infos-Dijon sur une expérience menée début juillet et insiste : «l'opération sera améliorée et renouvelée, car les plus de 50 ans ne sont pas reçus en entretiens d'embauche et n'ont plus accès aux entreprises». Interview.
> Dijon > Dijon

DIJON : Le conseil municipal a voté pour la métropole

20/03/2017 20:09Imprimer l’article
C'est une demie-surprise.Les élus dijonnais ont adopté à une très large majorité le principe de la transformation de la communauté urbaine du Grand Dijon en métropole.
Le vote était formel. Mais il a été, comme au Grand Dijon le 7 mars dernier, objet de débat. En effet, le Grand Dijon s'apprête à devenir une métropole. Ce qui implique un validation par chacune des mairies qui font partie de l'agglomération. C'était le point n°1 à l'ordre du jour du Conseil municipal de Dijon.
Comme lors de la dernière session du Grand Dijon, le suspense était quasiment inexistant. Mais il a toute fois été l'occasion, pour élus d'opposition, de s'interroger.

Dijon était déjà métropole…en 1973


Premier élu de droite à prendre la parole pour répondre à François Rebsamen, Laurent Bourguignat, qui préside le nouveau groupe «l'Alternative», avec sa collègue Virginie Voisin-Vairelles. Soucieux, comme il l'a confié ce lundi à infos-dijon d'incarner une «opposition constructive», l'élu LR a indiqué d'emblée qu'il était «favorable à la métropole car ce statut est un marqueur. Il favorise l'attractivité et le rayonnement de Dijon dans la région Bourgogne - Franche-Comté, en France et en Europe. Aucun élu qui aime sincèrement Dijon ne peut s'opposer à ce qu'elle devienne une métropole». Une petite pique à l'égard de certains de ses collègues de droite qui n'aura échappé à personne…
Pourtant, il a pointé, «la question qui est posée est celle du cadre institutionnelle et non du contenu des politiques qui seront menées demain par la métropole».
Il a ensuite fait un petit rappel historique assez méconnu. «Dijon a déjà été une métropole. Une métropole d'équilibre. En 1973. Avec 12 autre villes de France. Grâce à Robert Poujade. Les métropoles d'équilibre avaient été créées à l'époque pour contrebalance le poids démographique et économique de la région parisienne».
François Rebsamen ne l'a pas contredit, en indiquant quant à lui, «c'est vrai, c'était en 1973, et à l'époque, personne ne s'en moquait».

«Monstre bureaucratique»


Le ton a été beaucoup moins doux du côté du groupe FN. En l'absence du président du groupe, Edouard canin, c'est Frédérika Desaubliaux qui a pris la parole pour une charge des plus violentes contre le principe même de métropole. «Nous voici ici pour être les bons élèves des métropoles, obéissants à la compétition libérale organisée. Tous les moyens vont désormais être concentrés sur la métropole», avant d'accuser «M. Rebsamen» de «récupérer la région Bourgogne - Franche-Comté via la métropole».
Puis, elle a tenté un parallèle entre «les problématiques rurales qui ne sont pas celles de la métropole» et les «écoquartiers» qu'elle a comparé à des «cages à poules».
«Nous ne voulons pas que Dijon deviennent un monstre bureaucratique et anti-démocratique».
«Les habitants des écoquartiers vont être contents que vous parliez de cages à poules. Sachez que 99% des Dijonnais sont heureux et fiers d'habiter à Dijon», a rétorqué François Rebsamen, un brin agacé.
La métropole a été largement adoptée avec 50 voix pour, deux votes contre (le FN) et trois absentions (le groupe d'Emmanuel Bichot).

Bruno Lédion
Photos : Nicolas Richoffer