lundi 27 mars 2017
Questions à...
Après l'avis favorable rendu par la commission nationale d’aménagement cinématographique (CNAC) pour ouvrir un complexe cinématographique dans la future cité de la gastronomie, François Deseille, adjoint en charge du projet qui accompagnait François Rebsamen à Paris, répond aux questions d'infos-dijon.
> Dijon > Dijon

DIJON : Le conseil municipal a voté pour la métropole

20/03/2017 20:09Imprimer l’article
C'est une demie-surprise.Les élus dijonnais ont adopté à une très large majorité le principe de la transformation de la communauté urbaine du Grand Dijon en métropole.
Le vote était formel. Mais il a été, comme au Grand Dijon le 7 mars dernier, objet de débat. En effet, le Grand Dijon s'apprête à devenir une métropole. Ce qui implique un validation par chacune des mairies qui font partie de l'agglomération. C'était le point n°1 à l'ordre du jour du Conseil municipal de Dijon.
Comme lors de la dernière session du Grand Dijon, le suspense était quasiment inexistant. Mais il a toute fois été l'occasion, pour élus d'opposition, de s'interroger.

Dijon était déjà métropole…en 1973


Premier élu de droite à prendre la parole pour répondre à François Rebsamen, Laurent Bourguignat, qui préside le nouveau groupe «l'Alternative», avec sa collègue Virginie Voisin-Vairelles. Soucieux, comme il l'a confié ce lundi à infos-dijon d'incarner une «opposition constructive», l'élu LR a indiqué d'emblée qu'il était «favorable à la métropole car ce statut est un marqueur. Il favorise l'attractivité et le rayonnement de Dijon dans la région Bourgogne - Franche-Comté, en France et en Europe. Aucun élu qui aime sincèrement Dijon ne peut s'opposer à ce qu'elle devienne une métropole». Une petite pique à l'égard de certains de ses collègues de droite qui n'aura échappé à personne…
Pourtant, il a pointé, «la question qui est posée est celle du cadre institutionnelle et non du contenu des politiques qui seront menées demain par la métropole».
Il a ensuite fait un petit rappel historique assez méconnu. «Dijon a déjà été une métropole. Une métropole d'équilibre. En 1973. Avec 12 autre villes de France. Grâce à Robert Poujade. Les métropoles d'équilibre avaient été créées à l'époque pour contrebalance le poids démographique et économique de la région parisienne».
François Rebsamen ne l'a pas contredit, en indiquant quant à lui, «c'est vrai, c'était en 1973, et à l'époque, personne ne s'en moquait».

«Monstre bureaucratique»


Le ton a été beaucoup moins doux du côté du groupe FN. En l'absence du président du groupe, Edouard canin, c'est Frédérika Desaubliaux qui a pris la parole pour une charge des plus violentes contre le principe même de métropole. «Nous voici ici pour être les bons élèves des métropoles, obéissants à la compétition libérale organisée. Tous les moyens vont désormais être concentrés sur la métropole», avant d'accuser «M. Rebsamen» de «récupérer la région Bourgogne - Franche-Comté via la métropole».
Puis, elle a tenté un parallèle entre «les problématiques rurales qui ne sont pas celles de la métropole» et les «écoquartiers» qu'elle a comparé à des «cages à poules».
«Nous ne voulons pas que Dijon deviennent un monstre bureaucratique et anti-démocratique».
«Les habitants des écoquartiers vont être contents que vous parliez de cages à poules. Sachez que 99% des Dijonnais sont heureux et fiers d'habiter à Dijon», a rétorqué François Rebsamen, un brin agacé.
La métropole a été largement adoptée avec 50 voix pour, deux votes contre (le FN) et trois absentions (le groupe d'Emmanuel Bichot).

Bruno Lédion
Photos : Nicolas Richoffer