mercredi 18 septembre 2019
Le mosaïste a ajouté Dijon à la longue liste des villes du monde qui hébergent ses oeuvres. Il en a fixé six sur des façades du centre-ville.
Découvrez notre carte Google pour retrouver les six oeuvres.
Questions à...
La conseillère métropolitaine déléguée à l’emploi témoigne de la volonté de la Métropole d’accompagner les acteurs du territoire pour favoriser la création d’emplois et «permettre un développement économique harmonieux et solidaire».
> Dijon > Dijon

DIJON : Le rock expérimental fait s’accorder Musique et Handicap à La Vapeur

13/06/2019 21:21Imprimer l’article
La «sortie de résidence» du collectif BrutPop ce jeudi en fin de journée a permis de proposer des instruments et du rock expérimental accessibles à tous, y compris aux personnes handicapées.
Dédié à la promotion de la musique expérimentale et des arts plastiques avec un public autiste ou en situation de handicap mental ou psychique, au développement d'un réseau entre les divers acteurs, au partage des pratiques et des questionnements qu'elles suscitent ainsi qu'à la recherche pour la conception de nouveaux instruments adaptés, le collectif de musiciens BrutPop est en résidence à La Vapeur jusqu’à ce vendredi. Ayant pris ses quartiers au sein de la structure artistique et culturelle le 3 juin, l’accueil en résidence touche à sa fin. La «sortie» de celle-ci ce jeudi en fin de journée a montré un travail productif, que le public s’est approprié concrètement.

Prise en mains facilitée et dynamique collective créée


Deux musiciens de BrutPop ont créé, avec une quinzaine de personnes accompagnées par l’IME Charles Poisot, l’Espace socioculturel Acodège et le SESSAD Aurore, deux kits de lutherie électriques - appelés Rock Minute - composé de quatre guitares à l’ergonomie simplifiée (une ou deux cordes, système de glissière pour la variation des notes).
La prise en mains est facilitée et ce jeudi, les explications données simplement ainsi que la mise à disposition du public amenaient à du rock expérimental entraînant, pour les personnes handicapées mais pas seulement. La dynamique collective et l’accessibilité de tous à produire de la musique s’exprimait dès les premiers sons et les premières notes.

«Cette idée que tout le monde peut faire de la musique»

et la partager


La Vapeur a réaffirmé à cette occasion que des actions culturelles sont mises en place en direction des personnes en situation de handicap par la scène de musiques actuelles. Elsa Girard, directrice adjointe de celle-ci, a aussi souligné que le projet a été mené de A à Z avec l’Espace socioculturel Acodège, du choix du collectif à la finalité musicale et sociale peut-on dire. Le projet a reçu le soutien de la DRAC Bourgogne-Franche-Comté et de l’Agence régionale de santé Bourgogne-Franche-Comté.
Chef de service à l’Acodège, Sandrine Thach-Monestier retient notamment l’esprit impulsé par le collectif lors de l’atelier s’étant déroulé en première semaine de résidence : «Il y avait vraiment cette idée que tout le monde peut faire de la musique sans être obligé d’être forcément dans un rendu artistique, sans objectif particulier. Chacun a exprimé ce qu’il a envie et nous voulions juste partager un bien-être».

«Il est intéressant d’ouvrir ce projet»


Quant à la finalité du projet : «Ce n’est pas de garder ces instruments pour nous. Il est intéressant d’ouvrir ce projet, de mettre à disposition les instruments aux encadrants, aux éducateurs, aux responsables de structures ayant simplement envie de se lancer dans cette musique expérimentale et accessible».
Les guitares pourront en effet être empruntées à La Vapeur à partir du mois de septembre par des professionnels du champ du handicap ou des artistes souhaitant mener des ateliers de pratique musicale.

Un «espace Snoezelen» mobile en vue


Lors de cette deuxième semaine de résidence, les deux musiciens de BrutPop, rejoints par une collaboratrice en service civique, ont travaillé sur un «chariot sensoriel» et «la manière de ressentir le son». Une sorte d’espace Snoezelen (stimulation des sens) mobile que le collectif entend à terme mettre à disposition des instituts médicaux-éducatifs notamment. Là aussi, il y a la volonté d’en faire un outil plus large. Les équipes des structures citées seront également invitées à apporter leurs réflexions sur cette médiation par le son.
Ce jeudi déjà, les instruments fabriqués ont fait leur effet et alimenté les discussions constructives, avec possibilité d’échanger autour d’un verre sur le parvis de La Vapeur puisque la présentation des créations étaient couplés au Vapéro (le prochain : jeudi 4 juillet à partir de 18h00).
Pour les plus plus mordus des instruments, petit bonus : le collectif propose les plans de ses créations pouvant être reproduites «chez soi», là encore pour rendre la musique expérimentale abordable. Les plans sont à retrouver en cliquant ici.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier