jeudi 14 novembre 2019
Experts du quotidien, les membres de l'association Envie d'aller plus loin avec mon handicap étudient l'accessibilité des événements ou des moyens de déplacement à Dijon. Après deux années de déboires, ils espèrent que les prochaines animations des Féeries de Noël seront réellement inclusives.
Questions à...
Depuis mars 2018, Sophie Harent occupe la direction du musée Magnin. À l'occasion d'un nouvel accrochage, elle explique pour Infos-Dijon comment elle donne un nouveau souffle à ce musée national.
> Dijon > Dijon

DIJON : Les 130 ans de la Tour Eiffel célébrés en hommage à son auteur

10/11/2019 11:13Imprimer l’article
L’association «Eiffel né à Dijon» a proposé en cette fin de semaine des animations autour des 130 ans de la Tour Eiffel. Une manière aussi de sensibiliser les Dijonnais en vue d’un projet plus marquant sur la vie et l'oeuvre Gustave Eiffel.
Fin mars 1889, avant l’ouverture de l’Exposition universelle à Paris, la Tour Eiffel était achevée. Encore aujourd’hui - et sans nul doute dans les années futures -, elle est LE monument de Paris et plus largement de la France.

Une exposition (ouverte ce dimanche 10 novembre jusqu’à 18 heures) et des conférences lui sont consacrées ce week-end à l’hôtel de Grandmont à Dijon (47 rue Monge). Michel Janin livre des explications techniques et pointues sur la réalisation (conférence proposée une nouvelle fois ce dimanche 10 novembre à 17 heures). Thérèse et Daniel Dubuisson vous parlent du dijonnais Gustave Eiffel (conférence à nouveau proposée ce dimanche 10 novembre à 15 heures).

Oui, Gustave Eiffel, car si la fameuse tour draine du monde par milliers, n’oublions pas qu’elle porte le nom de son auteur et que ce dernier est né à Dijon le 15 décembre 1832. C’est ce que tient à rappeler, à développer l’association «Eiffel né à Dijon».



Il y a la Tour Eiffel, mais il y a aussi Gustave Eiffel


«Quand on voit ce qu’il a fait de positif, toutes ses oeuvres, toutes ses réalisations (gare de l'Ouest à Budapest, viaduc Maria Pia au-dessus du Douro à Porto, participation à la Statue de la Liberté…) qui sont encore à ce jour utilisées, on trouve que Gustave Eiffel est fort peu à l’honneur dans sa ville natale...», constate Michèle Bransolle, présidente de l’association.

Elle poursuit : «Gustave était un génie et son ambition l’a mené dans le monde entier, mais c’était un vrai Dijonnais, avec un attachement pour sa ville natale. Il faut savoir que sa mère avait réussi à monter son affaire en négoce de charbon au bord du canal. Ce n'était pas rien. Gustave a quant à lui étudié à l’ancien collège Marcelle Pardé, s’est marié à Dijon avec une Dijonnaise et revenait à Dijon. Le pont réalisé dans son quartier a été dynamité en 1944 juste avant le départ des Allemands, mais n’oublions pas Gustave Eiffel est bien Dijonnais. Le scandale du canal de Panama (poursuites de Gustave Eiffel dans une affaire de corruption lié au coût du chantier) et sa brouille avec Dijon (échec aux élections sénatoriales de 1891, le quai Eiffel débaptisé suite à l’affaire du Panama…) ne doivent pas négliger son histoire avec Dijon».

C’est cette mémoire que l’association veut remettre au goût du jour. «Les 130 ans de la Tour Eiffel à Dijon» ont d’ailleurs été lancés jeudi soir par un dîner au restaurant «Le Gustave» au lycée Le Castel (jadis lieu d’habitation de Gustave Eiffel), en présence d’une arrière-arrière-petite-fille de l’illustre ingénieur.
Vendredi soir, au théâtre des Feuillants, c’est le spectacle d’Alexandre Delimoges «Gustave Eiffel en fer et contre tous» (prix du meilleur auteur au Festival d’Avignon 2018) qui a fait forte impression.

Un lieu dédié à Gustave Eiffel à Dijon ? L’association se mobilise


Ce week-end, à l’hôtel de Grandmont on l’a dit, se termine donc le premier événement mis en place par l’association «Eiffel né à Dijon».

Créée en février 2018 par un petit noyau de passionnés par l’empreinte laissée par Gustave Eiffel, celle-ci compte aujourd’hui 110 membres. «Arriver à 130 membres ce dimanche soir, ce serait un beau clin d’oeil à l’histoire, avec l’envie également de transmettre cet intérêt pour Gustave Eiffel aux plus jeunes», fait remarquer Michèle Bransolle. 110 adhérents en un an et demi, c'est le signe aussi que la démarche développée prend de l’ampleur. Elle conforte l’association dans la finalité poursuivie : travailler à l’ouverture à Dijon d’un lieu entièrement dédié à Gustave Eiffel, «plus qu’une stèle ou qu’une avenue». Aujourd'hui, on peut tout de même noter qu'à Dijon, une avenue, une école et un lycée portent son nom.

Symboliquement, l’association a coché l’année 2023 pour la concrétisation de son projet, l’année 2023 qui sera celle du centenaire de la mort de Gustave Eiffel (27 décembre 1923). «Nous serions la première ville à le faire», lance l’une des membres fondatrices de l’association, convaincue qu’un musée Gustave Eiffel aurait de quoi attirer de nombreux férus de son histoire ou bien des visiteurs plus larges, amenés à être éclairés sur l’histoire et le travail de l’auteur de la Tour Eiffel.
La première pièce du lieu (?) est une réalisation mécano donnée à l’association : une Tour Eiffel de plus de 4 mètres de haut.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier