jeudi 21 septembre 2017
Questions à...
L'emploi des seniors est une préoccupation pour Fabrice Rey, directeur de Créativ', le cluster emploi de Dijon métropole. Il revient pour Infos-Dijon sur une expérience menée début juillet et insiste : «l'opération sera améliorée et renouvelée, car les plus de 50 ans ne sont pas reçus en entretiens d'embauche et n'ont plus accès aux entreprises». Interview.
> Dijon > Dijon

DIJON METROPOLE : Plus de 160 élus réunis pour fixer le cap

09/09/2017 19:13Imprimer l’article
Le Président de Dijon Métropole, François Rebsamen, a invité ce samedi 9 septembre 2017, l’ensemble des élus municipaux des 24 communes a une matinée d’échange et de travail sur la vision et les enjeux de la métropole.
C'est en quelque sorte une «conférence métropolitaine» pour reprendre le terme de François Rebsamen, qui s'est déroulée ce samedi matin au siège de Dijon Métropole et qui avait pour objectif d’exposer les futures lignes directrices du projet métropolitain, cadre de réflexions et d’actions de Dijon Métropole. «L’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir mais de le rendre possible» disait Saint-Exupéry. «Tous ensemble» pourrait ajouter François Rebsamen, qui a tenu à insister sur l'importance de travailler «main dans la main» avec le Département notamment, mais aussi la Région, dans le soucis d'associer les communes et intercommunalités voisines.

Après Irma, une subvention de solidarité avec les Antilles


Cette conférence a débuté par un hommage de François Rebsamen aux Antilles françaises, durement touchées par l’ouragan Irma. Le Président de Dijon métropole a annoncé qu’il soumettrait fin septembre au vote du conseil communautaire une subvention de solidarité, pour venir en aide aux citoyens victimes de la catastrophe.

Après l’intervention de Martin Vannier, géographe et consultant sur la métropolisation, qui était invité à exposer la genèse des métropoles et à rappeler la vision et l’essence du fait métropolitain (qu’il a qualifié de «promesse»), les élus municipaux présents, plus de 160, ont pu échanger et partager leurs visions du futur projet métropolitain.

Caractériser l’identité de la métropole pour définir un plan d’action


Un état des lieux a été dressé par José Almeida, vice-président du projet métropolitain, permettant d’en identifier les futurs champs d’application. Il a été rappelé que Dijon métropole affiche une croissance démographique positive et est la plus dynamique de tout le Grand Est. La filière santé qui représente près de 6000 emplois sur le territoire métropolitain (11.000 salariés en région Bourgogne-Franche-Comté), le fort potentiel touristique et culturel de Dijon métropole, la filière numérique et les industries Agro-alimentaires (IAA), figureront parmi les axes forts du développement stratégique de Dijon métropole.

Des orientations stratégiques pour le projet métropolitain


«C’est notre responsabilité collective de rendre notre avenir possible et de préparer demain, et pour cela, nous devons agir dès aujourd’hui». C’est avec ces mots que François Rebsamen a ouvert le volet des orientations stratégiques, soulignant le dialogue engagé de manière constructive à la fois avec le département et la région. «Avec la région, nous signerons donc d’ici la fin de l’année ou début 2018 un contrat métropolitain et, avec le département, je propose à François Sauvadet que nous puissions délibérer, dès l’automne, sur les grandes lignes et les principes des transferts de compétences à venir.»

Transfert de compétences : l'accord est trouvé


Les deux présidents, de la Métropole et du Département, sont tombés d'accord : le Département gardera la compétence des collèges et transfèrera toutes les autres à la Métropole. «J'avais reçu une lettre de François Sauvadet et nous nous sommes rencontrés. Nous avons mutuellement manifesté la volonté de travailler main dans la main sur 8 des 9 compétences, dans l'intérêt également des territoires qui entourent la Métropole, avec qui nous devons nouer des liens». précise François Rebsamen.
En effet, si la métropole compte 260.000 habitants, elle rejailli sur un bassin d'emploi de plus de 400.000 habitants. Gestion de l'eau ou des déchets, développement, économique, ou encore tourisme sont autant de sujets sur lesquels les services et initiatives ne s'arrêtent pas aux frontières administratives de la Métropole.

Cinq axes fondamentaux


Pierre Pribetich, vice-président du projet métropolitain, a exposé le cadre stratégique du futur projet métropolitain aux 160 élus présents, composé de 5 axes fondamentaux :

- Renforcer les identités urbaines de Dijon métropole pour élaborer l’armature d’un réseau cristallin,
- Renforcer les filières existantes et émergentes du territoire (IAA, santé, numérique, tourisme...),
- Être au centre des alliances territoriales pour construire les promesses avec les différents acteurs institutionnels,
- Devenir un laboratoire de la ville de demain, multi-connectée, vers le monde mais aussi en intégrant les promesses de solidarité et d’échanges avec les citoyens,
- Créer une gouvernance fédératrice pour interagir toujours plus avec les acteurs du territoire au travers d’un nouveau pacte d’échange.

Dijon métropole écologique, sociale et solidaire


L’investissement de la métropole et ce depuis la création du contrat d’agglomération en 2001, en faveur de l’environnement, des politiques sociales et solidaires, s’intensifiera encore par ce projet métropolitain. La mise en place de travaux de rénovation dans le cadre de la transition énergétique et écologique, le renouvellement du matériel roulant du réseau de transport en commun, la protection des aires d’alimentation de captage, l’organisation d’un accueil social unique métropolitain, l’instauration de nouvelles politiques Insertion-emploi-compétences, toutes ces mesures seront intégrées à ce nouveau projet métropolitain, en coopération notamment avec la région Bourgogne-Franche-Comté et le département de Côte d’Or.

«Nous avons tous la même préoccupation» confirme Emmanuel Bichot au sortir de la réunion. «Mais pour l'instant, ce sont de grandes orientations, sans rien de concret. La Métropole est une page blanche qu'il faudra désormais remplir» ajoute le conseiller d'opposition.
Invité à déjeuner après la séance, à laquelle il n'a pas participé, Ludovic Rochette, président de la Communauté de communes Norge et Tille, parle d'un "dialogue ouvert et respectueux dans les deux sens". "Nous avons tous intérêt à ce que la Métropole marche car elle est drainante. Nous sommes dans un temps où on peut imaginer des relations de réciprocité. La concurrence entre les territoires ferait courir à tous un plus grand danger". A bons entendeurs.
N.R.