mercredi 18 septembre 2019
Le mosaïste a ajouté Dijon à la longue liste des villes du monde qui hébergent ses oeuvres. Il en a fixé six sur des façades du centre-ville.
Découvrez notre carte Google pour retrouver les six oeuvres.
Questions à...
La conseillère métropolitaine déléguée à l’emploi témoigne de la volonté de la Métropole d’accompagner les acteurs du territoire pour favoriser la création d’emplois et «permettre un développement économique harmonieux et solidaire».
> Dijon > Dijon

DIJON : On a débattu de l’alimentation du futur

14/06/2019 09:48Imprimer l’article
«Quel menu en 2049 ?», c’était le thème du forum qui s'est déroulé au Palais des Ducs ce jeudi soir.
La ville de Dijon et Dijon métropole, en partenariat avec L’Obs, proposaient ce jeudi soir une soirée débat sur le thème de l’alimentation du futur dans la salle des Etats du Palais des Ducs de Bourgogne. L'occasion d'échanger sur les besoins, les enjeux, mais aussi de déguster des produits qui feront le succès de cette agriculture du futur. «Quel menu en 2049 ?», c'était le thème des discussions.
Le projet journalistique «2049», à l’initiative du magazine L’Obs, se penche sur les scénarios envisageables pour l’avenir de l’humanité. Une réflexion est engagée à l’échelle nationale et des soirées rencontres, ouvertes au public et en présence de nombreux experts, sont organisées dans toute la France (Dijon, Paris, Rouen, Metz…).

Parmi les grands enjeux du 21e siècle, l’alimentation est sans doute l’un des plus importants défis que doit relever notre société contemporaine. Le modèle actuel, qui affiche clairement ses limites, oblige les experts à réfléchir à des solutions alternatives qui soulèvent parfois des interrogations : éthiques, avec par exemple l’émergence des viandes artificielles, environnementales, avec le modèle décrié de l’agriculture intensive.

La ville de Dijon et Dijon métropole sont identifiées comme des collectivités qui font de l’alimentation durable une priorité avec notamment le développement des filières locales et biologiques. Elles encouragent aussi l’agriculture en circuit court et luttent contre l’étalement urbain pour préserver les terres agricoles. Avec le projet TIGA, la métropole s’est fixée l’objectif d’atteindre l’autonomie alimentaire en 2030.
Un engagement en faveur d’un système pérenne en parfaite adéquation avec le mot d’ordre du forum L’Obs «2049» : «réinventons demain !».

Après le discours introductif de François Rebsamen, la première table-ronde portait sur «Quelle agriculture pour une alimentation saine et durable ?», avec la participation d’Antoine Couturier (chargé de mission Solagro), Gérard Ferrière (Directeur du jardin des sciences de Dijon), Ariane Voyatzakis (responsable du secteur agro-alimentaire de BPI France) et Vincent Lavier (Président de la Chambre d’Agriculture de Côte-d’Or).

«La Gastronomie du futur» a ensuite été discutée par Loïc Briand (Directeur de recherche au centre des sciences du goût et de l’alimentation à Dijon), Axel Dauchez (président de Make.org), Pierre Raffard (co-directeur du Food 2.0 LAB-Paris), Thomas Uhl (naturopathe, fondateur de la Pensée sauvage) et Nicolas Isnard (Chef cuisinier à l’Auberge de la Charme).

Photos Jean-Christophe Tardivon