jeudi 12 décembre 2019
L'événement «Clos et château scintillants» propose de nombreuses animations les 15 et 22 décembre à Vougeot. Au programme : visites guidées théâtralisées au rythme des contes de Noël de Bourgogne-Franche-Comté, des démonstrations et bien sûr des dégustations gourmandes.
Questions à...
À l'occasion des 70 ans de la fondation de la première communauté Emmaüs par l'abbé Pierre, Anne-Marie de Bailliencourt présente les évolutions de la communauté installée à Norges-la-Ville, en périphérie de Dijon.
> Dijon > Dijon

DIJON : Passage éclair du député européen RN Jordan Bardella

29/11/2019 03:28Imprimer l’article
Réforme des retraites, communautarisme, alternance à Emmanuel Macron... l'élu du parti de Marine Le Pen a rapidement balayé l'actualité nationale en venant à Dijon ce jeudi. Il a aussi évoqué la situation du conseiller régional Julien Odoul qui «garde la confiance du mouvement».
De passage à Dijon pour une «réunion beaujolais» privée, Jordan Bardella a donné une conférence de presse ce jeudi 28 novembre 2019. Jordan Bardella a mené la liste du Rassemblement National aux élections européennes de juin 2019. En plus de son activité de député européen, il se rend régulièrement dans différents départements afin d'évoquer les sujets d'actualité nationale avec les sympathisants. Le temps des véritables réunions de soutien en vue des élections municipales viendra en janvier prochain.

L'actualité est principalement «sociale» aux yeux de Jordan Bardella avec la préparation de la grève du 5 décembre concernant la réforme du système de retraites. L'occasion de critiquer l'action du président de la République. Selon lui, «l'acte deux» du quinquennat d'Emmanuel Macron «ressemble étrangement à l'acte I».



«Les syndicats n'ont pas le monopole de la contestation sociale»


La manifestation du 5 décembre devrait «dépasser le simple cadre des syndicats qui essaient de se refaire une santé». Des syndicats vus comme des organisations n'ayant pas «le monopole de la contestation sociale». Le député européen et conseiller régional d’Île-de-France envisage que ce seront «l'ensemble des professions et l'ensemble des Français qui vont s'opposer à cette réforme des retraites» du fait d'une «gronde sociale» devenant une «colère nationale» à l'égard de la politique d'Emmanuel Macron. Une politique résumée en inversant le slogan de Nicolas Sarkozy : «travailler plus pour gagner moins».

Au-delà de cette date, il songe déjà à «un référendum sur cette réforme des retraites» en cas d'éventuel blocage du pays. Le parti de Marine Le Pen défend «quarante annuités pleines» et «un départ à l'âge légal de 60 ans» avec «des régimes spéciaux qui se justifient». Une politique nataliste, une baisse de  la fiscalité, une relance de l'emploi et une fin des accords de libre-échange sont des approches encouragées par le RN plutôt que d'opter pour une réforme du financement de système de retraites par répartition.

«La mission de construire l'alternance à Macron»


«En arrivant en tête des élections européennes, les Français nous ont donné une mission, la mission de construire l'alternance à Macron» lance Jordan Bardella avec un œil sur les sondages «encourageants» pour l'élection présidentielle de 2022. «Le Rassemblement National est une grande force d'espoir et d'espérance pour des millions de gens» analyse celui qui a milité très tôt. Pour autant, aux élections européennes de juin 2019, les partis europhiles sont restés majoritaires face aux partis eurosceptiques avec respectivement 58% et 36% des suffrages (soit 50 et 29 députés européens).

Que ce soit la défense du protectionnisme ou le refus du communautarisme, Jordan Bardella considère que les thèmes du Front National puis du Rassemblement National se sont imposés, voyant là «une victoire idéologique». «Nos idées sont en train d'arriver au pouvoir partout en Europe, partout dans le monde».

Défendre «l'identité architecturale» de Dijon


Concernant les municipales, Jordan Bardella se garde bien de faire des pronostics. Il assume un «esprit d'ouverture» qui a évolué depuis le quinquennat précédent pour aller vers un rassemblement avec «des gens de la droite populaire». Dans certaines communes, ce seront des candidats «divers droite» ou «d'autres horizons politiques» qui se présenteront avec le soutien du RN. Il compte sur le bilan des communes gérées par un maire RN pour entraîner l'adhésion dans d'autres villes.

Pour Dijon, Damien Cantin, conseiller régional et tête de liste du Rassemblement National, met en avant la défense de «l'identité architecturale» en citant des cas de construction d'immeubles à la place de «maisons bourgeoises» dans le quartier Montchapet-Victor-Hugo. Il propose que la municipalité «préempte ce genre de biens». Dans la foulée de Jordan Bardella qui souhaite voir le rôle de la police municipale renforcé – allant de paire avec son armement – Damien Cantin dénonce à Dijon un nombre de policiers municipaux inférieur à celui de Besançon rapporté au nombre d'habitants.

«Mettre le sujet du communautarisme sur la table»


Dans la Bourgogne-Franche-Comté, le «socle d'élus locaux» a été malmené par le départ de Sophie Montel du groupe d'opposition RN au conseil régional. «Un grand soulagement» aux yeux de Sylvie Beaulieu, conseillère régionale et déléguée départementale pour la Côte-d'Or. Jordan Bardella ne sera pas candidat lors des municipales mais «sera probablement candidat aux élections régionales». Concernant la «réunion beaujolais», Julien Odoul est «excusé».

À propos de l'incident du 11 octobre dernier au conseil régional autour d'une accompagnatrice scolaire portant un foulard noir sur les cheveux (lire notre interview de Julien Odoul), Jordan Bardella rappelle qu'il n'aurait pas réagi «de cette manière» mais que cela a eu «le mérite de mettre le sujet du communautarisme clairement sur la table». De ce fait, Julien Odoul «garde la confiance du mouvement».

Sur la question des signes religieux ostentatoires, Jordan Bardella demande une «extension à l'ensemble de la sphère publique» de la loi sur les signes religieux dans les écoles publiques datant de 2004. Il souhaite aussi «donner aux chefs d'entreprise les outils juridiques pour pouvoir enrayer ces revendications communautaristes en entreprise».

Pour cette conférence de presse, le député européen était aussi accompagné de René Lioret, candidat aux municipales à Beaune, de Franck Gaillard et de Richard Ricciardetti, tous les deux conseillers régionaux dans le groupe d'opposition RN.

Jean-Christophe Tardivon


Élu à 20 ans conseiller régional d'Ile-de-France, Jordan Bardella est aussi député européen RN depuis juin 2019


René Lioret (candidat à Beaune), Sylvie Beaulieu (conseillère régionale et déléguée départementale), Jordan Bardella et Damien Cantin (conseiller régional et candidat à Dijon)