jeudi 17 octobre 2019
Le mosaïste a ajouté Dijon à la longue liste des villes du monde qui hébergent ses oeuvres. Il en a fixé six sur des façades du centre-ville.
Découvrez notre carte Google pour retrouver les six oeuvres.
Questions à...
La conseillère métropolitaine déléguée à l’emploi témoigne de la volonté de la Métropole d’accompagner les acteurs du territoire pour favoriser la création d’emplois et «permettre un développement économique harmonieux et solidaire».
> Dijon > Dijon

DIJON : Premières portes ouvertes à la gendarmerie

09/10/2019 17:45Imprimer l’article
Journée d'animations ce mercredi à la caserne Deflandre à Dijon. Des élèves de primaire et de collèges ont pu être sensibilisés à des questions de prévention ou encore s'informer sur les métiers de la gendarmerie.
Dans le cadre des Rencontres de la Sécurité ayant lieu partout en France du 9 au 12 octobre 2019 (retrouver le programme pour la Côte-d'Or), voilà les portes de la caserne de gendarmerie Deflandre à Dijon ouvertes en ce mercredi 9 octobre 2019. Durant les Rencontres de la sécurité 2019, 2.200 élèves de la Côte-d'Or seront sensibilisés aux questions de sécurité. Pour ces portes-ouvertes à Dijon, une centaine de personnes s'étaient inscrites ainsi que soixante-dix élèves de primaires et collèges.

«Se rapprocher de la population»


La capitaine Nadia Mostefa est directrice de cabinet du commandant de la région de gendarmerie de Bourgogne-Franche-Comté et directrice de la communication. Pour Infos-Dijon, elle explique la raison de ces toutes premières portes ouvertes : «dans le cadre des Rencontres de la Sécurité, la gendarmerie a vraiment voulu trouver une solution pour se rapprocher et des scolaires, et de la population». Il s'agit de «casser les préjugés, de chaque côté» comme le précise le général Thierry Cailloz.



Une initiative apparemment appréciée de la part des gendarmes : «mes collègues sont vraiment enchantés» s'enthousiasme Nadia Mostefa. «Échanger avec les gens dans un autre contexte que lors d'un contrôle de sécurité routière, c'est toujours favorable pour faire passer des messages de prévention». Si dresser un PV au bord de la route est une activité très visible, cela ne représenterait que 4% des missions des gendarmes. La gendarmerie fait appel à cent métiers différents. Nadia Mostefa ajoute que la gendarmerie recrute dans toute la France : en 2019, 10.000 postes sont accessibles avec des niveaux de formation variés, du brevet des collèges au bac+5.

Focus sur la prévention du harcèlement


Les participants à ces portes ouvertes découvrent plusieurs stands et animations. Un stand Information et recrutement mettant en avant les métiers support de la gendarmerie. Un atelier Prévention routière où il est possible de tester en marchant des lunettes simulant l'effet visuel lié à la consommation de deux ou quatre doses d'alcool. Un stand Police technique et scientifique de la gendarmerie pour expliquer ce qu'il faut faire en arrivant sur un cambriolage ou une scène de crime. Une démonstration de la technicité cynophile avec un exercice au mordant réalisé par un berger allemand et deux maîtres-chiens.

De plus, l'accent est mis sur la prévention du harcèlement scolaire avec un atelier animé par la Brigade de prévention juvénile de l'Yonne. «On a créé des groupes pour que les élèves eux-mêmes réfléchissent à différents cas concrets : savoir reconnaître un exemple de brimade simplement ou de harcèlement scolaire, échanger avec nous sur les réflexes à adopter et qui contacter» signale Nadia Mostefa. Si la BDPJ de l'Yonne est la seule bridage spécialisée sur ce thème en Bourgogne, les gendarmes de tous les départements sont formés à la prévention du harcèlement. Victimes ou témoins sont invités à contacter le numéro de téléphone 3020.

«Développer d'autres compétences en Éducation morale et civique»


Celia Neto est professeure d'histoire-géographie au collège Clos de Pouilly et professeure principale d'une classe de 4ème venue découvrir les gendarmes voisins du collège. Les élèves comprennent que le site regroupe avant tout des logements et n'est pas fait pour recueillir une plainte par exemple. De plus, l'enseignante «travaille déjà l'orientation et les élèves ne connaissent pas du tout toutes les spécificités liées à la gendarmerie». De ce fait, les élèves «ont bien apprécié tout ce qui est brigade scientifique». Les thématiques seront revues en classe par la suite.

Karine Karizmanic, enseignante de CE1-CE2 à l'école Monts des vignes, est fille de gendarme donc elle «trouve important de sensibiliser les enfants très jeunes à toutes les actions de sécurité, de prévention, de harcèlement avec des mots adaptés». L'enseignante a constaté que les élèves étaient particulièrement réceptifs au format des animations : «ce qui leur a plu, c'est que les ateliers soient participatifs et courts et qu'ils aient pu manipuler et tester de vrais outils de gendarmes» comme ceux de la brigade scientifique. La visite aura un prolongement pédagogique : «je vais réutiliser ce qu'ils ont fait aujourd'hui pour développer d'autres compétences en Éducation morale et civique, en respect des règles ou en prévention».

«Respectez-vous et respectez-nous»


Le général Thierry Cailloz commande de la région de gendarmerie Bourgogne-Franche-Comté. Dans un gymnase de la caserne, il accueille l'ensemble des trois classes pour une remise de prix des meilleurs poèmes et slogans inventés par les élèves durant la matinée. «On est là pour vous aider, on est là pour vous protéger, on est là pour entendre et écouter vos besoins» signale-t-il en préambule. Il délivre ce message : «respectez-vous, pour aimer les autres, et respectez-nous».

Pour sa part, le directeur de cabinet du préfet Frédéric Sampson salue l'organisation faite par les gendarmes et espère que puissent naître des vocations à la suite des découvertes effectuées par les élèves. Sont applaudis les poèmes de Julien en 4ème à Clos de Pouilly et de Dimitri en 3ème prépa-métiers à Hippolyte Fontaine. Le slogan anti-harcèlement de la jeune Ambrine de l'école Monts des vignes est aussi très apprécié : «embêter quelqu'un, ce n'est pas très malin, donne-lui plutôt la main».

Jean-Christophe Tardivon