jeudi 22 août 2019
Le mosaïste a ajouté Dijon à la longue liste des villes du monde qui hébergent ses oeuvres. Il en a fixé six sur des façades du centre-ville.
Découvrez notre carte Google pour retrouver les six oeuvres.
Questions à...
La conseillère métropolitaine déléguée à l’emploi témoigne de la volonté de la Métropole d’accompagner les acteurs du territoire pour favoriser la création d’emplois et «permettre un développement économique harmonieux et solidaire».
> Dijon > Dijon

DIJON : Savez-vous où a été servi le premier blanc-cassis ?

15/03/2019 19:57Imprimer l’article
C’est dans un bar du quartier Montchapet, en 1904, que le fameux «kir» de Dijon a été inventé. A l’origine du fameux cocktail : une erreur de serveuse… Une plaque commémore l'événement.
Le bar «Le Montchapet», au 42 de la rue du même nom, est désormais décoré d’une plaque commémorative originale. On peut y lire : «Ici fut inventé, en 1904, l’authentique blanc-cassis de Dijon».

En effet, il y a 115 ans, c’est ici que le «kir» a été inventé, accidentellement.
«Tout est parti d’une erreur, explique François Battault, président du syndicat des fabricants de cassis de Dijon. Le maire de l’époque, Henri Barabant, qui habitait juste au dessus du bar, venait chaque jour boire son verre de crème de cassis. A l’époque, on buvait la liqueur seule. L’une des serveuses du bar, par mégarde, a mélangé la crème de cassis avec un vin blanc aligoté. Malgré tout, le maire a tenu à goûter le mélange. Et là, ce fut la révélation : le blanc-cassis était né !».

Le cocktail se répand alors dans les bars dijonnais, puis à travers la France. En 1923, l’appellation «Cassis de Dijon» est créée. Aujourd’hui, 25 millions de bouteilles sont produites chaque année, dont 47% sont exportées à l’étranger. La crème de cassis est d’ailleurs la deuxième liqueur la plus vendue en France, juste derrière le "Get 27".

65 millions d’euros de chiffre d’affaires

Depuis 2013, le Cassis de Dijon bénéficie d’une Indication Géographique Protégée. «Actuellement, quatre maisons sont autorisées à produire de la crème de cassis de Dijon, rappelle Olivier Melis, directeur de la maison Lejay-Lagoute. Il s’agit de l’Héritier-Guyot, Edmond Briottet, Gabriel Boudier et Lejay-Lagoute. Cela représente 174 salariés, et un chiffre d’affaire annuel de 65 millions d’euros.»

Chaque année, entre 1500 et 2000 tonnes de cassis sont produites en Bourgogne-Franche-Comté. 75% de cette production sert à la fabrication de la crème de cassis.

"Kir" ou "blanc-cassis" ?

L'appellation «kir» est une marque déposée, propriété de Legay-Lagoute. En effet, en 1951, le chanoine Kir en personne écrit une lettre autorisant le fabricant dijonnais à utiliser son nom pour faire la promotion du blanc-cassis. En 1952, le terme « kir » est déposé à l'Institut national de la propriété industrielle.
Toutefois, le mot est présent dans le dictionnaire des noms communs depuis 1970, et fréquemment utilisé par les consommateurs pour désigner un blanc-cassis.

Charlotte Meunier