lundi 09 décembre 2019
L'événement «Clos et château scintillants» propose de nombreuses animations les 15 et 22 décembre à Vougeot. Au programme : visites guidées théâtralisées au rythme des contes de Noël de Bourgogne-Franche-Comté, des démonstrations et bien sûr des dégustations gourmandes.
Questions à...
Depuis mars 2018, Sophie Harent occupe la direction du musée Magnin. À l'occasion d'un nouvel accrochage, elle explique pour Infos-Dijon comment elle donne un nouveau souffle à ce musée national.
> Dijon > Dijon

DIJON : Sophie Claudel reçoit la croix de chevalier dans l'ordre national du Mérite

27/10/2019 14:11Imprimer l’article
Le maire de Dijon François Rebsamen a remis l'insigne à la directrice de l'ENSA Sophie Claudel ce samedi, saluant ainsi «le rayonnement de la femme de culture».
C'est un parcours professionnel riche et un engagement pour la culture qui est célébré ce samedi 26 octobre 2019 à l'Hôtel de Ville de Dijon. Sophie Claudel est actuellement directrice de l’École National Supérieure d'Art et de Design de Dijon qui accueille 200 étudiants.

Née à Dijon, Sophie Claudel est aussi très attachée à la commune de Velars-sur-Ouche (Côte-d'Or) puisque son père y fut adjoint au maire. Après un premier diplôme universitaire à Nancy, Sophie Claudel étudie le management culturel à Dijon et commence sa carrière au Consortium, le centre dijonnais d'art contemporain. Après un passage au département des spectacles vivants au Centre Pompidou à Paris, elle travaille aux Presses du réel aux côtés du regretté Xavier Douroux. Par la suite, Sophie Claudel devient attachée culturelle à l'ambassade de France à Londres, puis directrice du Consortium UK et de nouveau attachée culturelle, à New-York cette fois. 



«Vous avez 20 ans à Tel Aviv, 30 ans à Londres et 40 ans à New-York»


Face à ce parcours international, François Rebsamen souligne dans son éloge «le rayonnement de la femme de culture». «Vous avez 20 ans à Tel Aviv, 30 ans à Londres et 40 ans à New-York, j'espère que vous aurez 50 ans à Dijon» indique le premier édile puisque, depuis 2014, Sophie Claudel dirige l'ENSA. «Les liens avec l'étranger sont la colonne vertébrale de l'ENSA». En effet, des résidences d'artiste sont proposées aux États-Unis, notamment au Texas ou en Louisiane.

Citant La crise de la culture d'Hannah Arendt, François Rebsamen évoque la femme ou l'homme de culture comme quelqu'un «qui sait choisir ses compagnons parmi les hommes, les choses, les pensées dans le présent comme dans le passé».

Le maire de Dijon salue l'engagement de Sophie Claudel : «vous avez tout au long de votre – déjà – riche parcours professionnel initié, conçu et mené à bien des projets artistiques et culturels nationaux et internationaux aussi bien dans le secteur public que privé, dans le domaine des arts visuels et le spectacle vivant. Depuis 20 ans, vous mettez votre expertise au service de structures et de personnes, agissant dans des contextes complexes à paramètres multiples, aussi bien en France qu'à l'étranger. Votre dévouement au service public et au bien commun font de vous une personnalité culturelle à la carrière exemplaire et remarquable».

«Indissociable de la vie culturelle» de Dijon


Face à «celle qui est devenue une Dijonnaise de cœur et d'esprit, indissociable de la vie culturelle  de notre cité», François Rebsamen remet, au nom du président de la République, la croix de chevalier dans l'ordre national du Mérite.

Histoire de bousculer les conventions d'une telle cérémonie, Sophie Claudel a découpé sa vie «en quatre tranches» et invite les personnes présentes de se répartir devant elle dans la salle des États en quatre groupes afin de leur rendre hommage pour l'avoir accompagnée durant ce parcours.

C'est une façon décalée d'évoquer ses parents Angélique et Michel Claudel et sa famille, «sa grande copine Rachel» avec qui elle a fait «les 400 coups», Frédéric Bonnemaison alors nouveau prof qui «dégageait une aura absolument incroyable» et qu'elle retrouvera des années plus tard pour fonder un couple, Marie directrice du Festival d'Automne à qui elle espérait ressembler «quand elle serait grande», Nelson qui est hispanique-américain-cubain ou encore Xxavier qui est artiste à Dallas et «homme très élégant» (lire l'annonce de l'exposition en cours à Dijon).

La nouvelle gradée dans l'ordre du Mérite est alors chaleureusement applaudie par les participants tandis qu'elle occulte derrière des lunettes de soleil les effets de l'émotion.

Jean-Christophe Tardivon