jeudi 12 décembre 2019
L'événement «Clos et château scintillants» propose de nombreuses animations les 15 et 22 décembre à Vougeot. Au programme : visites guidées théâtralisées au rythme des contes de Noël de Bourgogne-Franche-Comté, des démonstrations et bien sûr des dégustations gourmandes.
Questions à...
À l'occasion des 70 ans de la fondation de la première communauté Emmaüs par l'abbé Pierre, Anne-Marie de Bailliencourt présente les évolutions de la communauté installée à Norges-la-Ville, en périphérie de Dijon.
> Dijon > Dijon

DIJON : Un pacanier planté au jardin Darcy en signe d’amitié franco-américaine

28/11/2019 16:43Imprimer l’article
La plantation symbolique s’est déroulée ce jeudi en fin de matinée.
En avril 2010, la Ville de Dijon avait participé à l’opération «Un pont pour la Liberté» en apposant une plaque en l’honneur de Thomas Jefferson sur la Porte Guillaume.
C’était ce jeudi en fin de matinée le point de départ d’une nouvelle opération devant marquer symboliquement l’amitié franco-américaine tout en rendant hommage à Charles de Vergennes - né à Dijon en décembre 1719 - pour sa participation à l’indépendance des Etats-Unis alors qu’il était ministre des affaires étrangères sous Louis XVI et signataire d’un traité d’alliance et de commerce en 1778, traité reconnaissant l’indépendance des Etats-Unis.

La plantation du pacanier fut quant à elle effectuée dans le jardin Darcy. Une plantation s’inscrivant dans une démarche impulsée en en 2017 par l’association «Les pacaniers de Jefferson», dans le cadre du centenaire de l’entrée en guerre des Etats-Unis en 1917. Le programme des plantations vise à rendre hommage aux volontaires américains, femmes et hommes, civils et militaires venus participer à ce combat pour la liberté, et pour être autant de témoins vivants d’espoirs de paix pour les générations futures.


Réalisé sous le parrainage de l’Académie d’Agriculture de France avec le soutien de l’Ambassade des États-Unis, ce programme bénéficie des labels français et américain du Centenaire de la Première Guerre mondiale. Les plantations sont réparties dans une quarantaine de sites associés au séjour de Thomas Jefferson en France, à l’épopée de La Fayette, à la participation des États-Unis dans la Première Guerre mondiale et à la libération de la France il y a 75 ans. Le programme est également ouvert à l’initiative de toute personne qui souhaite, en plantant un pacanier, s’associer à ce geste adressé au peuple américain.

Suite au geste symbolique à Dijon, l’événement s’est conclu par le partage du verre de l’amitié au Grand hôtel La Cloche.
«On a oeuvré ensemble pour des idées de liberté, d’égalité des droits. Nous devons souligner la constance de cette amitié à travers les siècles. Ce sont des liens humains enracinés dans notre histoire et dans notre chair. C’est une amitié solide qu’il faut continuer à porter», a déclaré le maire de Dijon François Rebsamen, notant que l’événement s’est également déroulé à l’occasion du tricentenaire de la naissance de Charles Gravier, comte de Vergennes mais aussi en insistant sur la symbolique de la plantation dans un jardin où chaque année, le 11 septembre, est commémorée la libération de Dijon (11 septembre 1944), sans oublier d'avoir une pensée pour les victimes des attentats du World Trade Center (11 septembre 2001).

Après les rappels historiques et instructifs de Bernard Dalisson, président de l’association «Les pacaniers de Jefferson», ayant profité de l'occasion pour souligner l'ancienneté de l'amitié évoquée devant passer outre les incertitudes actuelles, c’est le consul des Etats-Unis à Lyon, Christopher Crawford qui a évoqué cette longue et forte amitié, marquée notamment par l’entraide dans les conflits et autres moments éprouvants. Une amitié d'autant plus à célébrer en ce jour de Thanksgiving. Avec en fond des messages adressés aux générations futures.

Plusieurs élus municipaux avaient répondu présents pour l'événement. Des collégiens et étudiants américains (BSB, uB) à Dijon avaient été conviés pour ce geste. La tarte aux noix de pécan était très attendue à l'heure de l'apéritif.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier