mercredi 19 juin 2019
Les conditions météorologiques actuelles sont favorables à la pollinisation des graminées, espèce fortement allergisante, explique Atmo.
Questions à...
A l’issue d’une saison régulière historique en Jeep Elite avec la 3ème place au classement pour la JDA Dijon Basket et à l’approche du premier tour des playoffs, l’entraîneur Laurent Legname fait le point avec Infos-Dijon sur la réussite de son équipe ainsi que ses forces pour poursuivre l’aventure. Entretien.
> Dijon > Dijon

DIJON : Voilà 10 ans que l’AMACOD lutte contre toutes les discriminations

11/06/2019 16:29Imprimer l’article
L’anniversaire de l’Antenne Municipale et Associative de lutte Contre les Discriminations été célébré au Palais des Ducs. L’engagement des acteurs et partenaires du dispositif a été salué.
C’est dans la salle des Etats que l’ouverture de la soirée-anniversaire était prévue. Fondée en 2009, l’AMACOD a pour objectif de soutenir et d’accompagner tous les citoyens qui s’estiment victimes de discrimination. La commission extra-municipale de lutte contre les discriminations, présidée par l’adjoint au maire Christophe Berthier, définit les grands axes de lutte contre les discriminations dans tous les domaines (accès aux droits, emploi, logement, éducation, loisirs, culture…).
Le maire de Dijon quant à lui, François Rebsamen, a d’abord annoncé un double-anniversaire, les 10 ans de l’Antenne donc mais aussi le partenariat étroit liant la Ville de Dijon et la Ligue de l’enseignement 21 pour l’animation de cette antenne. Deux démarches qui durent, que le maire de Dijon a soulignées pour dire que «l’AMACOD n’a jamais ménagé ses efforts», dans la proximité, dans l’écoute, dans le traitement personnalisé des cas.

«Vous défendez une vision de la société

où chacun a sa place, où chacun a des droits…»


Contre «la discrimination qui ronge les fondements de notre vivre-ensemble et de notre République», François Rebsamen a insisté sur l’engagement de l’AMACOD «pour une société ouverte, solidaire et tolérante». Et en encourageant à ne «jamais cesser de lutter contre les discriminations, un travail au quotidien», en s'adressant aux acteurs et partenaires de l’Antenne, élus municipaux mais aussi représentants d’associations, d’institutions et d’entreprises, le maire de Dijon a lancé : «Vous défendez une vision de la société où chacun a sa place, où chacun a des droits… Ces valeurs, vous leur donnez un sens, elles sont celles de la justice sociale. Notre devoir est d’encourager cet investissement».
Depuis l’ouverture de l’AMACOD, l’association est intervenue auprès de plus de 12 000 jeunes pour prôner la tolérance, la laïcité et le vivre-ensemble. Ses missions : accueillir, écouter, informer sur les droits, accompagner les victimes tout au long de leurs démarches, recourir à une médiation lorsque cela est possible, orienter vers des avocats ou des associations… Des campagnes de sensibilisation sont menées chaque année pour former et informer les entreprises, les établissements d’enseignement, en organisant des groupes de travail sur la discrimination.
La pluralité des actions menées par l’AMACOD a été déterminant dans l’obtention - par la Ville de Dijon - du double label Diversité-Egalité professionnelle femmes-hommes délivré par l’Afnor en 2018. C’est la première fois qu’une collectivité territoriale était doublement labellisée en France.
Une distinction sur laquelle François Rebsamen est revenu, en évoquant par ailleurs le taux de travailleurs handicapés dans les effectifs de la Ville de Dijon (8,29 % en 2017).

Une marraine, des prix, des festivités

 
Marraine de l’événement à l’invitation de la cinéaste dijonnaise Touria Benzari, en l'occurrence impliquée dans le dispositif de l’AMACOD, l’actrice et réalisatrice Bunny Godillot a insisté sur la place des femmes, notamment celles de plus 50 ans, dans ses projets cinématographiques. A Dijon, elle a elle aussi salué la démarche de l’ACAMOD, dont la soirée-anniversaire a été rythmée par les comédiens de la LISA 21 (Ligue d’improvisation de Saint-Apollinaire) sans oublier le chanteur Daniel Fernandez, le collectif Les D’Ukes, la chorale du collège Edouard Herriot de Chenôve et plusieurs beat-boxeurs. Des prix ont été remis, entrecoupés de ces talents. L’anniversaire a été ponctué autour du partage du verre de l’amitié.

Photos : Alix Berthier