mercredi 25 avril 2018
Infos-Dijon a demandé aux manifestantes et manifestants qui le souhaitaient d'adresser un message ou une question au Président de la République, Emmanuel Macron.
Questions à...
Ce mardi, la Région et l'Etat présentaient le Plan d’investissement dans les compétences 2018-2022 et sa phase d’amorçage 2018. Un plan qui entre dans le cadre de la réforme de la formation professionnelle annoncée par le gouvernement et qui propulse le budget de la formation en position de plus gros budget du Conseil Régional. La vice-présidente en charge de la formation professionnelle nous livre son regard sur le projet gouvernemental, ses inquiétudes aussi, et plaide pour un changement complet de la façon de penser la formation. Interview.
> Dijon > Dijon

DIJON : «Voter, voter blanc, ou s'abstenir» en discussion passionnée à la Maison-Phare

21/04/2017 07:11Imprimer l’article
Un «ciné voisins-voisines» sur le thème du vote était organisé ce jeudi soir au Club Agora de la Maison Phare à la Fontaine d'Ouche.
Les «cafés voisins-voisines» sont des discussions-débats à thème organisées chaque mois à la Maison-Phare de la Fontaine d'Ouche. Chaque fois, la discussion, amicale et pédagogique, s'appuie sur un média, tel un livre ou un film, qui permet de poser les bases du thème et de donner à chacun des pistes pour engager la discussion.
Ce jeudi, ce ciné voisins-voisines avait pour thème «Voter, voter blanc ou s'abstenir ?» et était coorganisé par la Maison-Phare et l'UDMJC 21, l'Union départementale des MJC de Côte-d'Or. La séance a débuté par la projection d'un court-métrage de Jeanne Paturle et Cécile Rousset datant de 2006, «Je suis une voix». Il s'agit d'un film d'animation d'une douzaine de minutes qui donne la parole à deux anonymes, Martine et Arnaud, qui parlent d'eux et de leur rapport à la politique et à l'engagement.
Passée cette projection, ce sont Mathieu Depoil, directeur de la Maison-Phare, et Karine Feuillet, représentant l'UDMJC 21, qui ont lancé et mené la discussion, passionnée mais apolitique, entre la dizaine de participants. Ici, il n'était pas question de trouver son candidat pour le premier tour de l'élection présidentielle ce dimanche, mais d'échanger sur les clés de compréhension de ce que représentent le vote, le vote blanc, le vote «utile» ou l'abstention. Les échanges ont duré près de deux heures.

Phrases entendues et morceaux choisis :


- «Aujourd'hui, il faut faire plus important qu'avant quand on parle de politique. En public, on peut dire des choses qui blessent notre voisin sans même avoir des avis extrêmes. Je préfère en parler en privé désormais».
- «Nous sommes indécis car, à notre âge, on a connu plusieurs élections et on a pu voir que les hommes politiques ne respectent pas le contrat qu'on leur a donné».
- «Il faut aller voter ne serait-ce que parce que dans certains pays, le droit de vote n'existe pas».
- «Est-ce qu'on ne s'est pas dessaisis de la chose politique en l'abandonnant à des personnes qui l'ont professionnalisée ?»
- «Le vote utile… Qu'est-ce que c'est ? Cela dépend du point de vue qu'on a. Pour certains, le vote utile, c'est Mélenchon, Macron ou Fillon pour éviter Le Pen. Pour d'autres, c'est Le Pen pour éviter Macron».
- «Le problème, c'est aussi que les sondages faussent le jeu. Déjà en 2002, c'est à cause d'eux, qui prévoyaient le duel Chirac Jospin au second tour, que personne ne s'est méfié et que Le Pen est arrivé au second tour».
- «J'aimerais que les candidats, après avoir dit ce qu'ils veulent faire, expliquent comment ils comptent le faire».
- «La politique, c'est devenu un show télévisuel».
- «Est-ce que le politique a encore du pouvoir aujourd'hui ? Est-ce que ce ne sont pas plutôt les entreprises qui ont tous les pouvoirs ?»
- «Voter utile, ça ne sert qu'à reconduire les mêmes, toujours et encore».
Nicolas Richoffer