jeudi 12 décembre 2019
L'événement «Clos et château scintillants» propose de nombreuses animations les 15 et 22 décembre à Vougeot. Au programme : visites guidées théâtralisées au rythme des contes de Noël de Bourgogne-Franche-Comté, des démonstrations et bien sûr des dégustations gourmandes.
Questions à...
À l'occasion des 70 ans de la fondation de la première communauté Emmaüs par l'abbé Pierre, Anne-Marie de Bailliencourt présente les évolutions de la communauté installée à Norges-la-Ville, en périphérie de Dijon.
> Dijon > Dijon

EN BREF : François Rebsamen mettra fin à l'urbanisation sur les Lentillères

25/11/2019 19:07Imprimer l’article
L'annonce du maire de Dijon concerne l'occupation illégale du «Quartier libre des Lentillères». La seconde phase de l'urbanisation sur le triangle des Lentillères sera stoppée et un système de jardin partagé sera mis en place.
Si le maire PS de Dijon François Rebsamen est «contre l'occupation illégale de terres», il entend néanmoins mettre fin à l'urbanisation du triangle de dix hectares des Lentillères. Un dispositif proche de celui qui a été mis en place lors de l'évacuation de la Zone À Défendre à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) sera instauré. L'annonce a été faite lors de la conférence de presse précédant le conseil municipal de ce lundi 25 novembre 2019.

Le Quartier libre des Lentillères a récemment célébré ses dix ans d'installation illégale sur le site (lire notre article). Une nouvelle orientation est donc à envisager pour les personnes qui cultivent les terres maraîchères et animent le site. Cette annonce est donc un test pour celles et ceux qui se revendiquent du mouvement anarchiste.



François Rebsamen proposera «que la Ville cède à bail pour des jardins partagés ou du petit maraîchage pour ceux qui voudront bien s'inscrire dans cette démarche républicaine».

Nathalie Koenders, première adjointe au maire, a suggéré que le collège des Lentillères voisin du site devienne «un collège expérimental» avec un approvisionnement en provenance du site des Lentillères.

Concrètement, au 1er janvier, un registre d'inscription devrait être mis à disposition pour aller vers un système de jardins partagés proche de celui actuellement mis en place rue Guy-de-Maupassant. Ensuite, pour les personnes qui ne s'inscriraient pas, François Rebsamen précise : «je demanderai l'expulsion».

Jean-Christophe Tardivon

Retrouver notre article sur le conseil municipal du 25 novembre 2019