jeudi 17 octobre 2019
Le mosaïste a ajouté Dijon à la longue liste des villes du monde qui hébergent ses oeuvres. Il en a fixé six sur des façades du centre-ville.
Découvrez notre carte Google pour retrouver les six oeuvres.
Questions à...
La conseillère métropolitaine déléguée à l’emploi témoigne de la volonté de la Métropole d’accompagner les acteurs du territoire pour favoriser la création d’emplois et «permettre un développement économique harmonieux et solidaire».
> Dijon > Dijon

HLM : «Conjuguer l'urgence sociale et l'urgence climatique» pour Grand Dijon Habitat

03/10/2019 16:57Imprimer l’article
À Dijon, des travaux d'éco-réhabilitation et de résidentialisation ont rajeuni les Coteaux des Marcs d'Or. Le bailleur social espère une meilleure attractivité de ces logements sociaux et une baisse des charges de chauffage pour les locataires. L'inauguration a eu lieu ce jeudi matin.
Entretenir le patrimoine du bailleur social, investir au profit d'un territoire et «incarner une certaine ambition du lien social», tels sont les objectifs du bailleur social Grand Dijon Habitat, représenté par son président, Hamid El Hassouni, pour cette inauguration du 3 octobre 2019. Huit résidences du quartier des Marcs d'or – soit 340 appartements – ont connu une «éco-réhabilation».

L'étiquette énergétique passe de C à B


L'éco-réhabilitation consiste en des travaux à l'intérieur et sur l'enveloppe des bâtiments pour améliorer l'isolation et atteindre le niveau bâtiment basse consommation rénovation permettant ainsi pour les résidences des Coteaux des Marcs d'Or de passer de l'étiquette énergétique C à B. À l'intérieur des logements, les tableaux électriques ont été refaits, des prises de courant ont été ajoutées, les bouches de ventilation ont été changées. Concernant l'enveloppe du bâti, le bardage a été refait ainsi que l'étanchéité des toits. Des plaques viennent recouvrir les balcons existants ; plaques d'autant plus ajourées que l'on monte dans les étages.



Parallèlement, une amélioration de la résidentialisation a été effectuée afin de rendre les logements plus attractifs. Dans les parties communes, les locaux à usage collectif ont été revus (vélos, poussettes...). À l'extérieur, l'étanchéité des parkings et les sous-sols ont été refaits. Le tour des résidence a été clos de barrières et portails.

Le tout représente un investissement de 7,5 millions d'euros. Il est financé par un emprunt de 5 millions d'euros auprès de la Caisse des Dépôts, par la mobilisation de 760.000 euros de fonds propres de Grand Dijon Habitat ainsi que par des subventions de 678.000 euros de Dijon métropole et de 620.000 euros de la Région.

«Conjuguer l'urgence sociale et l'urgence climatique»


Le chantier a duré de 2017 à l'été 2019, ce qui fait dire à Hamid El Hassouni (président de Grand Dijon Habitat) que «le temps des habitants n'est pas le temps de projets». En effet, les habitants ont parfois exprimé leur impatience. Devant les agents et administrateurs du bailleur social, entouré de quelques habitants, Hamid El Hassouni lance que «le jeu en vaut la chandelle». Pour autant, Hamid El Hassouni remercie les locataires de leur compréhension et félicite les entreprises, dont Bouygues, pour leur intervention en site occupé.

L'éco-réhabilitation vise à «conjuguer l'urgence sociale et l'urgence climatique» en permettant «aux locataires de mieux maîtriser l'évolution de leurs charges» et en réduisant «l'empreinte énergétique des bâtiments» selon le président de Grand Dijon Habitat. «L'essentiel est de préserver le pouvoir d'achat de nos locataires et de préserver la planète». Même s'il est encore trop tôt pour le confirmer, selon les simulations des techniciens du bailleur social, la baisse de charges induite par ces travaux pourrait représenter 800 euros par an pour un foyer. Les loyers n'augmenteront pas. «Aujourd'hui, les résidences des coteaux des Marcs d'Or ont de nouveau fière allure» selon Hamid El Hassouni. Il voit là un investissement qui «alimente le cercle vertueux de l'économie locale» et qui évite «la délocalisation d'entreprise».

«Le travail de Dijon sur le logement social»


Pour sa part, Pierre Pribetich (vice-président PS de Dijon métropole) souhaite agir en ayant en tête «la lutte contre le réchauffement climatique (…) et aussi une façon de diminuer les charges en termes de chauffage et d'améliorer la qualité des logements». Pour cela, la métropole se veut «facilitatrice de la mutation des résidences des quartiers». Surtout dans ce quartier des Marcs d'Or qui date des années 1970 et qui s'est développé en lien avec le quartier du Belvédère à Talant, autour de la réalisation du lac Kir.

De son côté, Océane Charret-Godard (vice-présidente PS du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté) alerte sur le fait de ne pas séparer «les femmes et les hommes» de «la nature» : «on fait partie d'un tout, d'un système, tout cela est interdépendant». «On peut avoir un développement économique d'un territoire (…) tout en étant très respectueux des femmes, des hommes et de l'environnement et de la nature». Soit un triptyque économie-social-écologie que souligne l'élue socialiste.

Christophe Marot (secrétaire général de la préfecture de Côte-d'Or) conclut les discours de l'inauguration en saluant «tout le travail de Dijon sur le logement social» puisque Dijon respecte la loi Solidarité Renouvellement Urbain avec 20% de logements sociaux. Au niveau national, le gouvernement prévoit chaque année d'accompagner la rénovation de 120.000 logements sociaux.

Jean-Christophe Tardivon