jeudi 25 avril 2019
Moins d’un mois avant la grande réouverture, le 17 mai prochain, voici un aperçu du musée des Beaux-Arts de Dijon, en travaux depuis février 2016.
Questions à...
Après l’affaire Christophe Dettinger, sur laquelle il revient largement pour Infos-Dijon, l’avocat dijonnais Jean-Philippe Morel représentera aussi l’association «Gendarmes et Citoyens» dans l’affaire de la caserne de Dijon et plaidera pour des policiers victimes en décembre dans le cadre du mouvement des gilets jaunes. Interview.
> Dijon > Dijon

JOURNALISME : Des étudiants vous emmènent vers le «Travailler autrement»

13/02/2019 22:46Imprimer l’article
Les étudiants de master 2 Médias & Création numérique à l’université de Bourgogne ont sorti ce mercredi le deuxième numéro de la revue R45. «Travailler autrement», c'est de cette thématique qu’ils ont partis pour explorer des initiatives et alternatives engagées à Dijon et plus largement en Côte-d’Or. Un gros travail mené de A à Z.
R45 n’est pas un code secret à découvrir en ouvrant la revue du même nom. R45, c’est tout simplement la salle dans laquelle le projet s’est lancé et la revue a été conçue, en l'occurrence par 16 étudiants du master 2 Médias & Création numérique.
Pour la deuxième année, l’équipe pédagogique de la formation les a sollicités pour la création d’une revue, cette fois-ci sur la thématique «Travailler autrement». Un projet que les étudiants devaient mener entièrement, autrement dit de la conception jusqu’à la valorisation du support créé, en passant par la recherche d’annonceurs publicitaires jusqu’au démarchage d’un imprimeur pour l’édition de la revue.
La thématique leur avait été donnée dès le mois de juillet 2018 pour qu’ils puissent proposer des sujets, et les premiers échanges telles des conférences de rédaction avaient été engagés fin août, chaque semaine.

Une revue de 120 pages très fournies


D’après une maquette signée Guillaume Malvoisin, sur laquelle les porteurs du projet ont eu leur mot à dire, « R45 #2 », imprimée par Estimprim à Autechaux dans le Doubs, a été présentée officiellement ce mercredi, le jour de sa sortie. Et le travail a été visiblement très productif de la part de la promotion actuelle du master, ayant assuré la réalisation en trois groupes : radio, photos et presse écrite.
Le résultat est une revue de 120 pages très fournies en reportages, dans cinq grandes rubriques : Innover ; Restaurer ; Cultiver ; Partager ; Réparer. Le contenu de qualité restera à l’appréciation de chacun des lecteurs, mais ce deuxième numéro de la revue vient en quelque sorte confirmer les bienfaits d’un tel projet pour les étudiants, ayant cette année produit un numéro encore plus étoffé que celui qu'avait édité leurs prédécesseurs en février 2018. Avec même une nouveauté sur cette édition 2019 puisque plusieurs reportages sont agrémentés de suppléments audio accessibles suivant le principe du QR Code.
« C’est très enrichissant comme travail. Ça nous confronte au terrain même si j’ai l’occasion d’écrire pour d’autres types de presse. Ça reste un très bel exercice, très formateur, qui nous montre d’autres aspects comme le marketing par exemple, sur lequel j’appréhendais un peu. C’est un projet qui mérite de perdurer », nous a livré Militine Guinet, étudiante enthousiaste à la librairie Gibert Joseph ce mercredi après-midi, à l’heure de la fameuse sortie évoquée.
C’est en fait une journée-événement ce 13 février 2019 que les étudiants avaient concoctée pour marquer le coup, également à l’Atheneum à la mi-journée et à la brasserie La Comédie en fin de journée. L’occasion pour eux de remercier les contributeurs à ce deuxième numéro mais aussi de mettre en avant certains producteurs ou bien acteurs du territoire, dont les activités sont à retrouver dans les pages de la revue.

Beaucoup à lire, et à voir


Sous la houlette notamment d’Eric Heilmann, directeur de la publication, et de Frédéric Joly, rédacteur en chef, ce sont des initiatives engagées, dans la santé, dans l’agriculture, dans l’éducation, entre autres domaines et démarches, qu’ils sont allés explorer sur le terrain pour nous les expliquer et nous les montrer, dans une approche journalistique évidemment, avec beaucoup à lire mais aussi pas mal de photos à voir.
Le tout est vendu à un prix de 3,5 euros. Dans la poursuite de la promotion de la revue, les étudiants annoncent qu’ils communiqueront plus précisément les points de vente où trouver « R45 #2 » sur leur page Facebook (la consulter en cliquant ici). Une version numérique pourra être commandée prochainement.
A Dijon, la revue est disponible dans plusieurs librairies, dont Gibert Joseph, Grangier et «La fleur qui pousse à l’intérieur». Elle sera aussi diffusée à Beaune et à Semur-en-Auxois.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier