mercredi 21 août 2019
Le mosaïste a ajouté Dijon à la longue liste des villes du monde qui hébergent ses oeuvres. Il en a fixé six sur des façades du centre-ville.
Découvrez notre carte Google pour retrouver les six oeuvres.
Questions à...
La conseillère métropolitaine déléguée à l’emploi témoigne de la volonté de la Métropole d’accompagner les acteurs du territoire pour favoriser la création d’emplois et «permettre un développement économique harmonieux et solidaire».
> Dijon > Dijon

LAURENT BOURGUIGNAT : «Dijon ne s’habituera pas aux black-blocs»

08/06/2019 22:49Imprimer l’article
Le Président de Dijon Ensemble «refuse toute indulgence» après les violences en marge de l’acte 30 des Gilets Jaunes.

Communiqué de Laurent Bourguignat, Président de Dijon Ensemble :

Nous exprimons notre vive inquiétude face aux violences commises par des groupuscules anarchistes en marge des manifestations de «gilets jaunes» à Dijon.

Nous condamnons la présence de black-blocks, vêtus de noir, cagoulés, qui viennent non pour «manifester» mais pour «casser».

Nous réaffirmons notre plein soutien aux forces de Police, de Gendarmerie, de Police Municipale.

Nous disons notre gratitude aux agents municipaux qui, de semaine en semaine, remettent en état les rues et équipements publics saccagés.

Nous apportons notre soutien aux commerçants Dijonnais. Le Conseil municipal a voté à l’unanimité des mesures de soutien. La fédération «Shop in Dijon» a élaboré un plan de relance que nous souhaitons voir accompagné par l’État et les collectivités.

Cette violence fait ressurgir des souvenirs douloureux. De la razzia dans le centre-ville en novembre 2014, après l’affaire du barrage de Sivens, à l’opposition à la loi travail en mars 2016 qui a donné lieu à des affrontements, notre ville est régulièrement la cible des anarchistes.

Les black-blocs bénéficient de relais locaux dans les espaces autogérés, ce qui explique leur présence régulière à Dijon. C’est bien pourquoi nous sommes en totale opposition avec l’aménagement (1.6 millions d’euros) et la mise à disposition aux frais du contribuable d’un local municipal aux squatteurs des Tanneries.

Ça suffit ! Nous refusons toute indulgence. La réputation de notre ville est en jeu. Le désordre n’a pas sa place à Dijon. Il est temps de rétablir l’ordre républicain.

Laurent BOURGUIGNAT, Président de Dijon Ensemble, Conseiller municipal de Dijon, Virginie VOISIN-VAIRELLES, Conseillère municipale de Dijon, Yves BONNIAU (finances), Marie-Hélène GOMIS (Projet, économie), Christophe SIMON (Projet, sécurité), Corinne SPELLAT (Projet, famille), Henri-Bénigne de VREGILLE (Projet, culture et centre-ville)