mercredi 11 décembre 2019
L'événement «Clos et château scintillants» propose de nombreuses animations les 15 et 22 décembre à Vougeot. Au programme : visites guidées théâtralisées au rythme des contes de Noël de Bourgogne-Franche-Comté, des démonstrations et bien sûr des dégustations gourmandes.
Questions à...
Depuis mars 2018, Sophie Harent occupe la direction du musée Magnin. À l'occasion d'un nouvel accrochage, elle explique pour Infos-Dijon comment elle donne un nouveau souffle à ce musée national.
> Dijon > Dijon

LOGEMENT SOCIAL : Habellis a 100 ans

13/11/2019 13:24Imprimer l’article
Le bailleur social privé fait le point et entend poursuivre la belle aventure.
100 ans, «c’est celui du bel âge pour Habellis». Marcel Elias, président du conseil d’administration, n’en oublie pas les hommes à l’origine : Etienne Boursot, docteur en médecine, Abel Delaborde, pharmacien et Georges Chevignard, banquier.
C’est le 30 juin 1919 que ces trois-là ont créé la SA des habitations pour familles nombreuses de Dijon, avec un capital de 400.000 francs à l’époque, répartis en 4.000 actions de 100 francs, dont 1.000 actions détenues par la Ville de Dijon et 100 actions du CCAS.

Depuis, ça s’est développé évidemment. Le 11 mars 1954, la SA deviendra le Foyer dijonnais et élargira son action sociale peut-on dire (production de logements pour les jeunes travailleurs). Habellis aujourd’hui, c’est le résultat de la fusion, entérinée le 1er octobre 2018 entre Villéo et Logivie. Appartenant au Groupe ActionLogement, l’entreprise sociale pour l’habitat (ESH), dont la directrice générale est Béatrice Gaulard, «construit, loue, rénove et assure la gestion de logements collectifs et individuels en Bourgogne».
Marcel Elias affirme notamment en ce sens : «Habellis, c’est traiter du logement et de l’humain. C’est avec passion et conviction que nous avons traversé toutes ces années». Reconstruire la ville sur la ville, traiter l’existant en le valorisant, faire du neuf, en tenant compte de la diversité du territoire et en s’adaptant au plus près des collectivités, ce sont des axes majeurs soulignés par Habellis et ses partenaires.



D’après des chiffres arrêtés au 31 décembre 2018, 13.404 logements et équivalents sont gérés par Habellis (sur les départements de la Côte-d’Or, la Saône-et-Loire et la Nièvre), dont 5.311 en Côte-d’Or.
Maire de Dijon et président de Dijon Métropole, François Rebsamen salue l’évolution d’Habellis, de même que le partenariat entretenu avec les collectivités. «Le logement est au coeur de la vie quotidienne de nos concitoyens, et c’est grâce aux logements à loyers modérés qu’on peut avancer», est-il convaincu. En lançant : «Il faut encore dynamiser l’effort en logements sociaux. Nous avons rattrapé le déficit pour atteindre la barre des 20% fin 2018. Sur l’année dernière, 1.880 logements ont été autorisés et 755 logement mis en services, dont 211 avec les bailleurs sociaux du territoire. Ces 211 logements ont permis de loger 589 personnes dont 112 enfants».

Avec notamment une volonté de renforcer l’accession à la propriété, avec toujours comme fil rouge une mission sociale, c’est vers l’avenir que se tournent Habellis et ses partenaires.
Le centenaire est l’occasion de remercier les clients, dont le centenaire Jean Larché pour lequel Habellis met en avant une démarche - permettre de vivre le plus longtemps possible en autonomie -, mais aussi de saluer les salariés de l’entreprise (152 collaborateurs, 1.885 nouveaux clients en 2018, 2,68% de vacance commerciale, 75,8 millions d’euros de chiffre d’affaires).

Le 7 novembre dernier, au Palais des Congrès à Dijon, le bailleur social avait convié le sociologue Jean Viard et l’entrepreneur Philippe Bloch pour parler d’un monde qui évolue à vitesse grand V et d’une certaine immédiateté à satisfaire dans les préoccupations des habitants. Tout cela avec une dose de positivisme et d’optimisme.
Les représentants du Groupe ActionLogement, dont son président Bruno Arcadipane, ont loué la présence territoriale de l’ESH Habellis, dans une dynamique aussi de «développer le logement au service de l’emploi».

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier