dimanche 17 novembre 2019
Experts du quotidien, les membres de l'association Envie d'aller plus loin avec mon handicap étudient l'accessibilité des événements ou des moyens de déplacement à Dijon. Après deux années de déboires, ils espèrent que les prochaines animations des Féeries de Noël seront réellement inclusives.
Questions à...
Depuis mars 2018, Sophie Harent occupe la direction du musée Magnin. À l'occasion d'un nouvel accrochage, elle explique pour Infos-Dijon comment elle donne un nouveau souffle à ce musée national.
> Dijon > Dijon

MUNICIPALES : À Dijon, Laurent Bourguignat fait équipe avec Emmanuel Bichot

05/11/2019 09:11Imprimer l’article
Le chef de file de Libres! annonce ce mardi rejoindre le candidat des Républicains pour les prochaines élections à Dijon. Les groupes s'étaient séparés au sein du conseil municipal. Dorénavant, ils «font équipe» en vue des échéances de mars 2020.
Les différents mouvements politiques sont actuellement en négociation pour former des coalitions en vue des élections municipales de mars 2020. Officiellement en campagne depuis le 4 septembre 2019 (lire notre article), Emmanuel Bichot, candidat investi par les Républicains et soutenu par le Nouveau Centre, avait tendu la main à Laurent Bourguignat par la voix du député Rémi Delatte afin qu'il le rejoigne au sein d'Agir pour Dijon. Laurent Bourguignat, président de Dijon ensemble et désigné chef de file de Libres!, le parti de droite modérée fondé par Valérie Pécresse, semblait vouloir tracer son propre chemin (lire notre interview).



Ce mardi 5 novembre 2019, Laurent Bourguignat annonce qu'il fait équipe avec Emmanuel Bichot. Les deux leaders d'une droite qui avait explosé dans l'opposition à la majorité conduite par le maire PS de Dijon François Rebsamen vont former une coalition qui veut peser face à un bloc centriste qui est né de la coalition LREM-UDI-Pour Dijon menée par Sylvain Comparot (lire notre article).

Ancien membre des Républicains, Laurent Bourguignat s'était rapproché de Valérie Pécresse qui avait elle-même claqué la porte du parti fondé par Nicolas Sarkozy en 2015 et qui succédait à l'UMP (Union pour un Mouvement Populaire).

«Nous allons additionner nos forces»


L'annonce s'est faite par un communiqué matinal. Les deux hommes indiquent qu'ils «ont décidé d’unir leurs forces pour constituer la seule véritable alternative à 20 ans de gestion du maire sortant à Dijon». Ils précisent que c'est Emmanuel Bichot qui «conduira ce rassemblement qui pourrait encore s’élargir dans les jours et les semaines à venir». Laurent Bourguignat «y apportera à la fois son expérience d’élu de terrain et le soutien de «Libres !», le mouvement de Valérie Pécresse». Emmanuel Bichot et Laurent Bourguignat considèrent avoir fait le choix «de l’union pour additionner nos forces et nos complémentarités. Ensemble, nous proposerons un véritable changement aux Dijonnais en mars prochain».

Le communiqué précise que l'équipe de Dijon ensemble a validé ce choix le dimanche 3 novembre 2019. Une équipe dont Virginie Voisin-Vairelles s'était séparée peu de temps avant pour rejoindre Sylvain Comparot (lire le communiqué).

Laurent Bourguignat signale : «Je fais un choix de responsabilité. On ne peut pas gagner seul. Il faut jouer collectif. Je fais aussi le choix de la fidélité à ma famille politique. Avec Emmanuel, nous avons beaucoup parlé ces dernières semaines. Des heures de discussion sur notre vision de l’avenir de Dijon, nos projets pour la ville, parfois même sur nos différences. A l’évidence, ma sensibilité et mes idées seront respectées. Nous sommes complémentaires et nous allons additionner nos forces.»

Tandis qu'Emmanuel Bichot indique : «Je salue le travail réalisé par Laurent Bourguignat et son équipe pour préparer les prochaines élections municipales. Nous avons beaucoup échangé pour aboutir à une très large convergence dans nos projets mais aussi sur la méthode. Nous avons une ambition commune, celle de répondre à la forte aspiration de changement des Dijonnais dans cette période de fin de règne. Les Dijonnais attendent plus de transparence, plus de concertation, plus de proximité. Ils souhaitent que les priorités municipales répondent à leurs préoccupations quotidiennes».

Les deux hommes remercient ceux qui ont encouragé et accompagné ce rapprochement, notamment François Xavier Dugourd, président les Républicains de Côte-d’Or, Rémi Delatte, député de la Côte-d’Or, et Bernard Depierre, député honoraire.

L'union contre le plan local d'urbanisme


Le point d'accord le plus évident entre les deux Dijonnais concerne la critique du PLUi-HD, chacun rivalisant de sévérité pour déconstruire ce plan local d'urbanisme porté par Dijon métropole et qui sera soumis au vote le 9 décembre prochain (retrouver le le débat proposé par Laurent Bourguignat et retrouver les critiques d'Emmanuel Bichot).

L'autre point d'accord tourne sans doute autour du rôle que le parti Agir-la droite constructive a joué pour le rapprochement des deux protagonistes. En effet, dans chaque équipe respective, certains membres avaient adhéré au parti présidé par Franck Riester et fondé en 2017 en scission des Républicains. Franck Riester est actuellement ministre de la Culture.

Les résultats des dernières élections ont certainement joué dans ce rapprochement. Aux européennes de juin 2019, la liste Renaissance soutenue par Emmanuel Macron a rassemblé 25,56% des suffrages à Dijon tandis que la liste d'Union de la droite et du centre soutenue par les Républicains n'atteignait pas le seuil symbolique des 10% (9,07% des suffrages). Un seuil qui comptera puisque, aux élections municipales, il faut dépasser les 10% pour se maintenir au second tour.

Jean-Christophe Tardivon


Emmanuel Bichot (candidat des Républicains) et Laurent Bourguignat (chef de file de Libres!) (image d'archives)