lundi 09 décembre 2019
L'événement «Clos et château scintillants» propose de nombreuses animations les 15 et 22 décembre à Vougeot. Au programme : visites guidées théâtralisées au rythme des contes de Noël de Bourgogne-Franche-Comté, des démonstrations et bien sûr des dégustations gourmandes.
Questions à...
Depuis mars 2018, Sophie Harent occupe la direction du musée Magnin. À l'occasion d'un nouvel accrochage, elle explique pour Infos-Dijon comment elle donne un nouveau souffle à ce musée national.
> Dijon > Dijon

MUNICIPALES : Stéphanie Modde veut passer à «l’écologie à grande foulée» à Dijon

03/12/2019 19:20Imprimer l’article
A l'occasion de la COP 25 qui se déroule à Madrid, la candidate aux municipales à Dijon considère que «la politique des petits pas ou d'une écologie des déclarations n'est plus possible».
Communiqué de Stéphanie Modde du 3 décembre 2019 :

COP 25 : pour Stéphanie MODDE, l’occasion de passer à « l’écologie à grande foulée plutôt que d’en rester à la politique des petits pas »

La COP25, qui se tient du 2 au 13 décembre à Madrid, a une responsabilité particulière alors que le climat s'emballe et la biodiversité s'effondre : créer les conditions d'un sursaut pour lutter contre les inégalités sociales et le dérèglement climatique qui sont étroitement liés.

De l’adoption en 1992 à Rio de la convention internationale sur le climat à la COP 24 qui s'est achevée en 2018 avec l'adoption d'un manuel de 150 pages pour l'application de l'accord de Paris (2015), en passant par le protocole de Kyoto (1997), les grands raouts internationaux pour sauver la planète des changements climatiques se suivent et se ressemblent. Le grand sursaut que l’on attend ne vient jamais.



A Madrid les 196 pays qui ont signé l'accord de Paris, devront reconnaître leur échec : on se dirige vers un réchauffement de +3 degré de la planète d'ici la fin de siècle.

Alors que le GIEC, Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, le rappelle et le démontre à longueurs de rapports, la politique des petits pas ou d'une écologie des déclarations n'est plus possible. Pour agir localement  nous avons besoin d'orientations ambitieuses mais surtout de mesures concrètes pour protéger les populations et sauver nos milieux de vie.

Nous nous associons ainsi  au mouvement climatique qui fixe 4 chantiers prioritaires : augmentation drastique des objectifs de réduction de co2, protection sérieuse des populations les plus exposées, apporter des réponses aux pays qui sont les moins responsables du dérèglement et définir des règles de fonctionnement du marché carbone.

Au-delà de cette exigence d'action globale, les territoires ont aussi une forte responsabilité en matière d'adaptation climatique et d'amélioration du quotidien des habitants.

Candidats écologistes aux élections municipales, nous porterons une mesure phare : des budgets climatiques et sociaux pour que chaque euros dépensé servent à accompagner le changement des modes de vie de toutes et tous pour vivre mieux.