jeudi 12 décembre 2019
L'événement «Clos et château scintillants» propose de nombreuses animations les 15 et 22 décembre à Vougeot. Au programme : visites guidées théâtralisées au rythme des contes de Noël de Bourgogne-Franche-Comté, des démonstrations et bien sûr des dégustations gourmandes.
Questions à...
À l'occasion des 70 ans de la fondation de la première communauté Emmaüs par l'abbé Pierre, Anne-Marie de Bailliencourt présente les évolutions de la communauté installée à Norges-la-Ville, en périphérie de Dijon.
> Dijon > Dijon

NUITS D'ORIENT : Orpheus XXI ou la musique pour la vie et la dignité

28/11/2019 09:07Imprimer l’article
Avant un concert d'Orpheus XXI samedi au Grand Théâtre, les directeurs artistiques ont rencontré les enfants de l'Orchestre des quartiers ce mercredi au conservatoire de Dijon. Orpheus XXI est un orchestre constitué par Jordi Savall pour favoriser l'intégration professionnelle de musiciens réfugiés.
Dans la mythologie grecque, Orphée était le maître des musiciens qui, par son chant et son jeu, pouvait réconcilier les hommes en conflit. Les musiciens de l'Ensemble Orpheus XXI ont été réunis par Jordi Savall afin d'exprimer le langage universel de la musique. Pour partager leur passion avec le public dijonnais, ces musiciens seront sur la scène du Grand Théâtre samedi 30 novembre 2019.

«La beauté de musiques à la fois anciennes et très actuelles»


Jordi Savall est Ambassadeur de l'Union européenne pour un dialogue interculturel. Musicien baroque, sa passion pour la viole de gambe l'a amené à collaborer avec le réalisateur Alain Corneau pour «Tous les matins du monde», film qui a connu un grand succès en 1991.



L'histoire de l'orchestre Orpheus remonte à avril 2016, lorsque Jordi Savall se rend dans la «jungle» de Calais et donne un concert improvisé en compagnie de musiciens réfugiés rencontrés sur place. Fin 2017, il décide de créer un orchestre de musiciens réfugiés et immigrés pour les aider à retrouver une vie artistique en Europe. Les musiciens viennent par exemple de Syrie, du Bengladesh, du Kurdistan, d'Arménie...

Comme le dit Jordi Savall, «l’un des plus tragiques défauts de l’être humain est sa grande capacité d’amnésie, c’est pourquoi nous voulons vous proposer ce 'concert contre l’oubli',  convaincus  que  grâce à l’engagement et l’art de tous ces musiciens, la force de l’émotion et de la beauté de ces musiques à la fois anciennes et très actuelles, nous rendra - comme le chant d’Orphée - plus sensibles et plus généreusement solidaires».

Des extraits de répertoires traditionnels du Proche-Orient


Au Grand Théâtre, l’orchestre sera compose de sept musiciens, parmi lesquels la grande chanteuse et joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun et le joueur de nay Moslem Rahal, tous deux directeurs artistiques de l’Ensemble. Ces deux musiciens, accompagnés de Maemon Rahal, ont rencontré les jeunes de l'Orchestre des quartiers au conservatoire de Dijon ce mercredi 27 novembre 2019.

Pour Infos-Dijon, Manon Grandjean, musicienne à l'Orchestre Dijon Bourgogne et professeure de violon, a expliqué le principe de cette rencontre : «l'Orchestre des quartiers est ancré à la Fontaine-d'Ouche, dans le centre social, dans un quartier plein de mixité avec une grande richesse culturelle et des croisements culturels de tous types donc l'intérêt de rencontrer un ensemble comme Orpheus XXI, c'est de permettre à des enfants qui ont peu d'accès dans l'ensemble à des concerts de faire la découverte de ce groupe de musiciens qui se rapproche de ce mélange de culture que les jeunes peuvent vivre au quotidien».

En préambule de la rencontre, Anne Le Gouguec, la manager de l'Ensemble, a présenté la démarche d'Orpheus XXI aux enfants expliquant que le répertoire du concert au Grand Théâtre a été construit en commun, chaque musicien proposant un morceau correspondant à son arrière-plan culturel. Lors du concert, les morceaux seront extraits notamment des répertoires traditionnels soufi, yézidi ou encore palestinien.

Avant de faire participer les enfants, les trois musiciens professionnels ont expliqué comment ils avaient dû apprendre à travailler ensemble. Si les échanges verbalisés se sont faits en français et en arabe, les enfants montrant une grande curiosité pour l'histoire des musiciens et l'essai des instruments, tous ont été charmés par le langage de la musique au gré du oud, du nay et des percussions.

Jean-Christophe Tardivon

Orpheus XXI - «Musique pour la vie et la dignité»
Samedi 30 novembre 2019 à 20h
Grand Théâtre de Dijon
Tarif unique : 10 euros
Durée : une heure