jeudi 21 septembre 2017
Questions à...
L'emploi des seniors est une préoccupation pour Fabrice Rey, directeur de Créativ', le cluster emploi de Dijon métropole. Il revient pour Infos-Dijon sur une expérience menée début juillet et insiste : «l'opération sera améliorée et renouvelée, car les plus de 50 ans ne sont pas reçus en entretiens d'embauche et n'ont plus accès aux entreprises». Interview.
> Dijon > Dijon

RYTHMES SCOLAIRES : Anne Dillenseger répond à Laurent Bourguignat

12/09/2017 03:07Imprimer l’article
L'adjointe de François Rebsamen en charge de l'éducation considère que la démarche de Laurent Bourguignat de lancer une consultation sur les rythmes scolaires à Dijon est une initiative «d'opportunisme politicien» et rappelle que la Ville s'est donné un an pour décider ou non d'un retour à la semaine de quatre jours.
Communiqué d'Anne Dillenseger, adjointe au maire de Dijon en charge de l'éducation :

En pleine rentrée scolaire, alors que toute la communauté éducative, les parents et la ville de Dijon étaient mobilisés pour une rentrée réussie, j’ai lu avec beaucoup d’étonnement que Monsieur Bourguignat entendait lancer une consultation sur les rythmes scolaires.

A quel titre et dans quel but, si ce n’est dans un esprit polémique ? Quel est le sens de cette démarche ? Est-elle vraiment responsable de la part d’un conseiller municipal d’opposition au moment même du démarrage de l’année scolaire. Je l’incite vivement, sur un sujet de cette importance, à ne pas tomber dans l’opportunisme politicien.

Dès le mois de juin et avant les congés scolaires, en tant qu’adjointe en charge de l’éducation, j’ai rassuré tous les parents d’élèves sur le fait qu’aucune décision ne serait prise dans la précipitation sur un sujet aussi essentiel pour les enfants et pour l’organisation des familles. Dès lors, il a été annoncé qu’aucune modification n’interviendrait pour l’année scolaire 2017-2018, consacrée au contraire à l’évaluation et à la concertation.

Pourquoi tenter de créer de la polémique au moment-même où notre préoccupation unique est celle de la rentrée en cours ? Si Monsieur Bourguignat souligne que 131 villes du département sont revenues à la semaine de 4 jours, il omet totalement de préciser que… 573 communes ont quant à elles choisi au contraire d’effectuer la rentrée scolaire sans aucune modification, soit 78% des écoles de l’académie de Dijon selon le recensement de l’Education Nationale. Et c’est aussi la décision d’une majorité de grandes villes et métropoles.

Dès 2013, la Ville de Dijon a fait le choix de mettre en œuvre la semaine de 4,5 jours avec un seul objectif : favoriser les apprentissages pour la réussite scolaire de tous les élèves.

Aujourd'hui, elle est fière de travailler en collaboration avec l'Education nationale sur la continuité des temps scolaires et périscolaires avec le Projet éducatif de territoire ou le parcours citoyen signé avec le Rectorat et la direction académique le jour-même de la rentrée à l'école élémentaire Colette.

Fière d'offrir des activités de qualité aux enfants avant, pendant, et après la classe, animées par du personnel qualifié dans le cadre du Projet éducatif global.

Fière de permettre aux enseignants dijonnais de disposer d'une matinée supplémentaire dédiée aux apprentissages, pour répondre aux rythmes des enfants.

La Ville de Dijon ne prendra pas de décision seule. Dans le calme et non dans la polémique, elle profitera de l'année scolaire qui débute, pour organiser une évaluation des rythmes scolaires et mettre autour de la table les parents d'élèves, l'Education nationale, le personnel municipal et les partenaires, pour évoquer sans tabou, mais de la manière la plus objective, l'organisation des rythmes scolaires à Dijon, avec pour seul impératif : l’intérêt des enfants.

Cliquez ici pour lire le communiqué de Laurent Bourguignat du 06 septembre