jeudi 14 novembre 2019
Experts du quotidien, les membres de l'association Envie d'aller plus loin avec mon handicap étudient l'accessibilité des événements ou des moyens de déplacement à Dijon. Après deux années de déboires, ils espèrent que les prochaines animations des Féeries de Noël seront réellement inclusives.
Questions à...
Depuis mars 2018, Sophie Harent occupe la direction du musée Magnin. À l'occasion d'un nouvel accrochage, elle explique pour Infos-Dijon comment elle donne un nouveau souffle à ce musée national.
> Dijon > Dijon

SANTE : Un programme de soutien pour les aidants en psychiatrie

05/11/2019 09:04Imprimer l’article
C’est la «Psychiatrie à coeur ouvert» que lance le professeur du CHU Dijon Bourgogne, Jean-Christophe Chauvet-Gelinier, avec le soutien de ses équipes de la psychiatrie adulte, de l’Unafam et de la ville de Dijon. L’idée est de proposer régulièrement un espace de paroles aux aidants en psychiatrie. Premier rendez-vous le 14 novembre.
PACO, pour « Psychiatrie à cœur ouvert », est une initiative originale du Pr Jean-Christophe Chauvet-Gelinier, chef du service de Psychiatrie adulte du CHU Dijon Bourgogne, et de ses équipes, organisée avec le soutien de l’Unafam (Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques) et de la Mairie de Dijon. Son principe ? Proposer tous les deux mois aux aidants en psychiatrie un espace de paroles et d’échange ouvert, en dehors des murs de l’hôpital.

Décloisonner la psychiatrie, la rendre plus lisible dans la société


Aujourd’hui, si divers programmes à destination des aidants en psychiatrie existent, ils se structurent essentiellement autour de pathologies identifiées (schizophrénie, troubles bipolaires...) dans un but d’accompagnement. Aux côtés de ces propositions, PACO s’affiche comme une initiative plus informelle mais aussi volontairement plus ouverte, quelle que soit la pathologie mentale concernée.


L’objectif est de créer un espace de paroles permettant d’aborder la discipline médicale et les maux afférents de manière très large, ainsi que de permettre aux aidants de s’exprimer et d’échanger sur leur vécu. « La prise en compte des aidants en psychiatrie est tout à fait récente. Au CHU, notre service a toujours été ouvert aux proches. Depuis les années 2000, nous proposons ainsi une visite toutes les semaines, qui permet aux familles de rencontrer un médecin sans rendez-vous », précise le Pr Jean-Christophe Chauvet-Gelinier. PACO s’inscrit dans la continuité de cette démarche.

Le choix a été fait de proposer ces rencontres en dehors des murs de l’hôpital pour afficher l’esprit d’ouverture de cette initiative. Si celle-ci elle s’adresse en premier lieu aux aidants, elle est en effet accessible à tout un chacun. Il s’agit également de développer le lien entre la ville et l’hôpital. Enfin, cette démarche contribue à déstigmatiser la psychiatrie, la décloisonner, la rendre plus abordable et lisible pour les aidants en particulier et le grand public en général.

Ainsi, derrière l’acronyme PACO (Psychiatrie à cœur ouvert) se révèle une seconde signification :
- Partager.
- Accueillir l’aidant.
- Comprendre la maladie.
- Ouvrir les portes de la psychiatrie à la société.

Chaque rencontre sera l’occasion d’aborder une thématique particulière. Un spécialiste du CHU Dijon Bourgogne, psychiatre accompagné éventuellement d’un professionnel paramédical, sera présent pour un court temps de présentation. S’ensuivra un espace d’échange libre et ouvert, en lien ou non avec la thématique dédiée.

Les rendez-vous se tiendront tous les deux mois, hors période estivale, de 18h à 20h à la salle des Chantalistes (26, avenue Eiffel à Dijon), comme suit :
- Jeudi 14 novembre 2019.
- Jeudi 16 janvier 2020.
- Jeudi 12 mars 2020.
- Jeudi 14 mai 2020.
- Jeudi 17 septembre 2020.
- Jeudi 19 novembre 2020.

Pour la première édition, un éclairage sera fait sur PACO mais également sur le rôle de l’aidant en psychiatrie aujourd’hui. Diverses thématiques sont d’ores et déjà envisagées pour les rendez-vous suivants : la dépression, la psychoéducation, les psychothérapies, l’hypnose, les traitements, les soins sans consentement et le bouleversement du rapport aidants/aidés, l’anorexie mentale...
Pour ce programme, le CHU Dijon Bourgogne bénéficie du soutien de la Ville de Dijon et de l’Unafam.
        
Communiqué du CHU Dijon Bourgogne