mardi 25 septembre 2018
La soirée de présentation de la nouvelle JDA, résultat de la fusion entre la JDA (Basket masculin) et le CDB (Hand féminin), s'est déroulée ce mardi soir au Palais des Sports de Dijon.
Questions à...
Durant deux jours, les start-ups françaises du secteur de l'alimentation et de la gastronomie sont réunies au Palais des Congrès de Dijon, dans le cadre de la deuxième édition du salon Food Use Tech, la référence FoodTech en France. Comment se portent-elles ? Pourquoi ce salon ? Pourquoi  à Dijon ? Le Dijonnais Xavier Boidevézi, secrétaire national de l'écosystème Foodtech, explique tout.
> Dijon > Dijon

UNIVERSITE DE BOURGOGNE : L’agilité développée dans les réflexions à l’ESIREM

14/09/2018 21:51Imprimer l’article
L’agilité, dans les réflexions et la résolution des problèmes, est la clé de la réussite à l’ESIREM… C’était en tout cas le sens d’une journée organisée à l’Ecole d’ingénieurs.
L’ESIREM souhaitait mettre l’accent sur la pratique avec comme démarche l’innovation dans la réflexion et les méthodes de travail de ses étudiants, dans une volonté de «former des ingénieurs agiles» comme l’entend l’Ecole.
Celle-ci explique : «Les méthodes dites agiles sont des groupes de pratiques de pilotage et de réalisation de projets. Elles ont pour origine le manifeste Agile, rédigé en 2001 (pour le développement agile de solutions), qui consacre le terme d'agile pour référencer de multiples méthodes existantes.  Considérée comme une vraie innovation sociale et managériale, l'agilité permet de conjuguer concrètement performance et bien vivre au travail».
La première édition de la journée Agilité à l’ESIREM ce jeudi avait ainsi pour intérêt de confronter les étudiants, avec enseignants et entrepreneurs, à des problématiques pouvant être rencontrées en entreprise, qu’ils devaient résoudre selon ce qu’on appelle les outils de l’agilité. Les ateliers étaient suivis de débriefing visant à réfléchir à l’apport et à la valeur des outils utilisés. Cela en les utilisant notamment sur des cas répétés, mais selon différentes contraintes posées.

L’agilité pour trouver des solutions dynamiques


L’agilité fut travaillée et développée lors de cette journée par des jeux dits agiles. Prônant cette manière de réfléchir et d’innover au sein de l’association Agile Toulouse depuis une dizaine d’années, Cyrille François nous a donné un exemple du déroulé des ateliers : «Autour d’un jeu de cartes memory, au lieu de continuer à jouer, les étudiants se sont arrêtés pour dire quand ils se trompaient. Ça paraît simple comme ça mais reconnaître ses erreurs peut être un grand pas à faire en entreprise... C’est aussi une question d’apprendre des erreurs des autres et être plus efficace collectivement. Le jeu a donc amené une meilleure communication dans l’équipe, un meilleur esprit d'équipe. C’est ça être agile, trouver des solutions dynamiques et s’adapter au changement».
Les partenaires de cette première consacrée à l’agilité à l’ESIREM étaient Informatique Banque Populaire, Bourgogne-Franche-Comté Numérique et donc Agile Toulouse. L’Ecole d’ingénieurs organisatrice pouvait aussi compter sur une quinzaine de professionnels pour aborder avec les étudiants des méthodes telles que le scrum, le feedback ou la gamification.

«Une pression positive»


Parmi les 55 étudiants engagés dans cette journée - accueillis jeudi matin par Alexandre Fournier, vice-président de l’uB délégué au numérique -, Léonard Géhin nous a livré son bilan : «Je pensais à une journée trop théorique, franchement chiante… Mais du coup on a fait pas mal d’applications et c’était vraiment intéressant. J’ai appris des choses dans la gestion de projets et je pense que ça va me servir par la suite, notamment pour me fixer des deadlines. C’est une pression positive».
Pour les étudiants concernés - en 4ème année Informatique-Electronique -, l’agilité représente un des modules de leur année d'études.

Alix Berthier