dimanche 21 avril 2019
Une opération de grutage est effectuée en ce milieu de semaine du côté de la place de la Libération.
Questions à...
Après l’affaire Christophe Dettinger, sur laquelle il revient largement pour Infos-Dijon, l’avocat dijonnais Jean-Philippe Morel représentera aussi l’association «Gendarmes et Citoyens» dans l’affaire de la caserne de Dijon et plaidera pour des policiers victimes en décembre dans le cadre du mouvement des gilets jaunes. Interview.
> Dijon > Dijon

VIOLENCES LORS DE LA MANIFESTATION A DIJON : «On n’est plus dans la règle du jeu républicain», déclare le préfet

01/12/2018 19:22Imprimer l’article
Le préfet de Côte-d'Or et de Bourgogne-Franche-Comté, Bernard Schmeltz, a réagi ce samedi pour Infos-Dijon.
Le préfet, Bernard Schmeltz, a réagi pour Infos-Dijon aux violences qui ont eu lieu tout l’après-midi rue de la préfecture à Dijon.
«Je condamne fermement ces violences. D’emblée, la manifestation, dont le point de rendez-vous était la place de la République, a été prise en mains par des individus extrêmement violents, décidés à en découdre avec les forces de l’ordre et à placer la préfecture en état de siège. Nous ne sommes pas passés loin de conséquences extrêmement graves, notamment au 28 rue de la préfecture où une habitation a presque pris feu. Les policiers et les gendarmes ont fait face avec calme et maîtrise. Là, on est sorti du cadre de la République».
A 18h30, trois interpellations avaient eu lieu dans le centre-ville de Dijon, mais d’autres interpellations devaient être enregistrées.
Et le préfet de conclure : «On n’est plus dans la règle du jeu républicain, dans laquelle toutes les contestations peuvent s’exprimer».

Propos recueillis
par Nicolas Richoffer