mardi 25 juillet 2017
Questions à...
L'emploi des seniors est une préoccupation pour Fabrice Rey, directeur de Créativ', le cluster emploi de Dijon métropole. Il revient pour Infos-Dijon sur une expérience menée début juillet et insiste : «l'opération sera améliorée et renouvelée, car les plus de 50 ans ne sont pas reçus en entretiens d'embauche et n'ont plus accès aux entreprises». Interview.
> Economie > Economie

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE : Les travaux publics veulent que l'aménagement du territoire soit un enjeu de la présidentielle

13/02/2017 22:11Imprimer l’article
A quelques semaines de présidentielle, la Fédération nationale des travaux publics va rencontrer les candidats à la présidentielle. Vincent Martin, président de la Fédération de Bourgogne - Franche-Comté a souhaité revenir sur les grandes problématiques régionales, en Côte-d'Or mais aussi dans le Grand Dijon, alors qu'un début de reprise se fait sentir.
Le secteur souffre depuis le début de la terrible crise de 2008. Il a fallu attendre 2017 pour enregistrer un début timide de reprise. Alors que se profile l'enjeu majeur qu'est la présidentielle, le monde des travaux publics veut se faire entendre. Et continuera de le faire, une fois le nouveau ou la nouvelle présidente sera désigné(e) par les Français.
Alors que la Fédération nationale des travaux publics recevra le 23 février l'ensemble des candidats à la présidentielle au Carrousel du Louvres, lors d'une manifestation intitulée le Forum des Travaux publics, Vincent Martin, qui dirige la fédération de Bourgogne - Franche-Comté a papoté des éclairages locaux sur cette problématique à la fois nationale et très locale.
Avec notamment un rappel important, «le secteur du BTP représenté 7% du PIB Bourguignon». Même si la crise est passée par là, «le secteur des Travaux publics dégageait 1,3 milliards d'euros de chiffres d'affaires en 2015, contre 2,2 milliards en 2008, soit une perte de 900 millions d'euros».
La baisse des dotations aux collectivités, mais aussi, selon Vincent Martin, «de fortes instabilités institutionnelles», citant l'exemple de «la loi NOTRe» (la réforme territoriale, ndlr).
Pourtant, quelques signes vont dans le bon sens d'une sorte de reprise, «durant 2016, le secteur des travaux publics a affiché des signes d'inflexion de l'activité avec + 3,6% de janvier à novembre 2016, marquant l'arrêt d'une chute interrompue de l'activité». Le responsable parle aujourd'hui d'un «secteur convalescent».

«2017, année charnière»


Pour le patron de la célèbre entreprise familiale dijonnaise, la présidentielle qui sera suivie des législatives jouera forcément un rôle clé pour une poursuite de la crise ou de la reprise, «au-delà de 2017, c'est la dynamique de l'investissement public local, et de la commande publique en général qui déterminera l'avenir du secteur des Travaux publics ces cinq prochaines années», prévient Vincent Martin. C'est pourquoi il estime, «l'année 2017 en tant qu'année d'élections présidentielles et législatives sera, à ce titre, une année charnière».
Aux candidats à la présidentielle, sa fédération demandera de signer une charte sur quatre points, lancer un plan d'investissement sur les réseaux, se doter d'une gouvernance pour les infrastructures, rétablir la confiance entre l'Etat et les collectivités locales et enfin, accélérer les procédures.
Vincent Martin n'a d'ailleurs pas manqué de rappeler les grands chantiers qui pourraient se faire a court et moyen terme sur le territoire national, «un million de km de réseaux d'eau potable», en parallèle avec un autre chiffre, «le préservation de la ressource en eau est un enjeu majeur, un litre d'eau sur cinq est actuellement perdu en raison des fuites». Le domaine électrique est également à revoir, comme la gaz ou encore celui de la fibre optique, «20 milliards d'euros seront investis au niveau national dans le plan France Très Haut Débit (THD) avec l'objectif de couvrir 100% du territoire français en 2022, avec cette conclusion choc mais bien réelle, «notre crédo consiste toujours à dire qu'il coûte plus cher d'attendre que d'entreprendre».

Des «élus courageux»


Ce que demande surtout Vncent Martin, ce sont des «élus  courageux». Il a salué notamment des collectivités locales, et donc leur présidence, comme la Région Bourgogne - Franche-Comté dirigée par Marie-Guite Dufay pour les «travaux de mise en oeuvre du schéma régional d'aménagement du territoire (SRADDET)».
Mais aussi le déploiement de la fibre voulu par exemple par François Sauvadet et le département de la Côte-d'OR (ainsi que du Jura et de Saône-et-Loire, ndlr).
Ou encore François Rebsamen et le Grand Dijon, lui aussi engagé dans le développement de la fibre dans l'agglomération.
Peut-être qu'un de ses élus locaux mais connus au plan national pourrait faire avance le rêve de Vincent Martin, partagé avec sa fédération nationale, celui de créer un ministère des Travaux publics voire un ministère de l'Aménagement du territoire?
La réponse à cette question devrait voir le jour (ou pas), dès cette «année charnière»…

Bruno Lédion
Photos : Nicolas Richoffer


Vincent Martin, président de la FRTP BFC

Jean-Pierre Dauge, secrétaire général

Claire Paris, responsable du développement économique