jeudi 14 novembre 2019
Experts du quotidien, les membres de l'association Envie d'aller plus loin avec mon handicap étudient l'accessibilité des événements ou des moyens de déplacement à Dijon. Après deux années de déboires, ils espèrent que les prochaines animations des Féeries de Noël seront réellement inclusives.
Questions à...
Depuis mars 2018, Sophie Harent occupe la direction du musée Magnin. À l'occasion d'un nouvel accrochage, elle explique pour Infos-Dijon comment elle donne un nouveau souffle à ce musée national.
> Economie > Economie

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ : Marie-Guite Dufay à Sochaux pour soutenir le projet PSA 2022

27/06/2019 03:20Imprimer l’article
Peugeot et Sochaux : l'histoire commune va continuer. Ce mercredi, tandis que PSA procédait aux essais de la future ligne de presse Grand Gabarit dans l'atelier d'emboutissage de son site de Sochaux, c'est le message qu'est venue porter la présidente du conseil régional. L'objectif sera d'en faire «l'usine PSA la plus performante d'Europe».
Le groupe PSA a engagé un important projet de transformation de son site industriel historique, baptisé «Sochaux 2022». La mise en service d’une nouvelle ligne de presse grand gabarit de plus de 2000 tonnes en constitue la première étape.
L’occasion pour la Région, le Pays de Montbéliard Agglomération et la Caisse des Dépôts de marquer leur soutien à cet important projet de transformation, en présence de Joël Mathurin, préfet du Doubs.



Pour Marie-Guite Dufay, la présidente du conseil régional, «c'est une révolution à laquelle on assiste. On pose une première pierre aujourd'hui, et elle pèse 2000 tonnes». Et de s'adresser au directeur du site : «Les collectivités sont derrière vous. Ce n'est pas simple pour les collectivités de rassembler 25 millions d'euros». Ce jeudi, une aide directe de 7 millions d'euros sera voté en assemblée plénière.

«Plan stratégique Sochaux 2022»


Le groupe PSA a lancé un vaste programme d’investissements industriels pour que ses sites de production français restent compétitifs à moyen terme sur un marché mondialisé. Après les sites de Rennes et de Mulhouse, le groupe lance un programme d’investissements ambitieux sur le site de Sochaux dans le cadre du «Plan stratégique Sochaux 2022». Pour un budget global de 200 millions d’euros, cet investissement permettra de rendre la ligne de production compatible avec tout type de motorisation : essence, hybride, hydrogène ou électrique.

Les deux caractéristiques principales de cet investissement majeur sont :
- Un seul flux de production contre deux aujourd’hui, une production compactée sur 300.000 m² de bâtiments contre 725.000 m² ;
- Un compactage du site de 55 ha. Aujourd’hui le site s’étend sur environ 200 ha au cœur de l’agglomération de Montbéliard. PSA a sollicité la Région et le Pays de Montbéliard Agglomération pour une aide de 25 millions d’euros.

L’accompagnement au titre de l’innovation


Le projet Sochaux 2022 propose de faire du site de Sochaux l’usine la plus performante de la zone «High Cost», l'Europe, afin d’être plus compétitive au sein du groupe PSA. Ce projet s’inscrit dans la continuité des réalisations opérées à Rennes et Mulhouse. La Région propose un accompagnement à ce titre de 7,1 millions d’euros.

L’accompagnement du territoire


PSA demande aux collectivités locales de racheter une partie de son foncier et de son immobilier. C’est la SEM immobilière PMIE qui est maître d’ouvrage de cette opération. Les négociations sont en cours. A ce titre, la Région pourra abonder la SEM pour un montant supplémentaire de 2 millions d’euros. La Région proposera au vote un protocole à signer avec PSA et Pays de Montbéliard Agglomération pour conditionner l’acquisition définitive.

Ce protocole engagera PSA autour de deux points centraux, que Marie-Guite Dufay a bien rappelé au directeur du site lors de son allocution :
- Une «contrepartie sociale» afin que PSA s’engage dans «une démarche de sécurisation professionnelle des salariés».
- Un engagement de PSA pour s’impliquer dans «des démarches qui conduiront à l’implantation d’entreprises dans les espaces dont elle n’aura plus l’usage en 2022», en encourageant la relocalisation sur site de ses sous-traitants ou de toutes autres activités qui inscriraient ses nouveaux processus de production dans le futur schéma d’aménagement du site, sur le modèle de l’aménagement de la zone Nord.
N.R. et A.B.
Photos Nicolas Richoffer et Alain Bollery