dimanche 17 novembre 2019
Experts du quotidien, les membres de l'association Envie d'aller plus loin avec mon handicap étudient l'accessibilité des événements ou des moyens de déplacement à Dijon. Après deux années de déboires, ils espèrent que les prochaines animations des Féeries de Noël seront réellement inclusives.
Questions à...
Depuis mars 2018, Sophie Harent occupe la direction du musée Magnin. À l'occasion d'un nouvel accrochage, elle explique pour Infos-Dijon comment elle donne un nouveau souffle à ce musée national.
> Economie > Economie

CHEVIGNY-SAINT-SAUVEUR : Un nouveau centre de tri Suez pour les déchets d'activités économiques

25/10/2019 06:12Imprimer l’article
Suez se veut «acteur engagé de l'économie circulaire». Son centre de tri Reval a été inauguré ce jeudi. Dédié aux professionnels mais aussi aux artisans et aux associations, il inclut un «comptoir à métaux» qui achète les déchets métalliques valorisables.
À leur échelle, les entreprises sont elles aussi soumises à une obligation légale de tri des déchets d'activité inscrite dans la loi Transition énergétique du 1er juillet 2016. On appelle cela le «tri obligatoire des cinq flux» pour plastiques, métal, bois, verre ainsi que papier et carton. Les entreprises produisant plus de 1.100 litres de déchets par semaine doivent les collecter sous forme de grands sacs plastiques et les apporter à un centre de tri.






Les petites entreprises, les artisans, les microentrepreneurs et même les associations sont aussi incités à pratiquer un tri de ce type. À Chevigny-Saint-Sauveur (Côte-d'Or), en périphérie de Dijon, ces déchets peuvent être acheminés au centre de tri Reval qui intègre un nouveau «comptoir à métaux».

Pour les professionnels du bassin dijonnais


Avec ce centre de tri Reval, Suez Recyclage & Valorisation entend permettre à tous les professionnels du bassin dijonnais de disposer «d’un outil performant pour valoriser leurs papiers, cartons et plastiques». Les associations peuvent également venir valoriser ces déchets en vrac, carton ou sac pour peu que cela représente plus de 60 kg.

Le site s’appuie sur un broyeur dédié au traitement des plastiques durs. Grâce à cette spécificité, les matières plastiques sont transformées en fins copeaux, stockés dans des «big bags» puis revendus à des plasturgistes. Suez Recyclage & Valorisation voit là «une démarche vertueuse qui participe au réemploi de ce matériau dans différentes filières de recyclage».

L'équipement du centre de tri va du broyeur au biodéconditionneur. Suez est installé depuis 15 sur le site qui a vu un bâtiment supplémentaire être ajouté en 2017, allant ainsi dans le sens d'une spécialisation sur le recyclage initiée il y a 5 ans.

Un comptoir pour vendre ses déchets métalliques


Le centre de tri vient d'ouvrir un nouveau service de proximité pour accueillir les métaux ferreux et non ferreux. Le fonctionnement se veut simple afin que cela ne prenne «pas plus d'une demi-heure aux artisans» selon le chef de centre Dimitri Vuillermet. Chaque objet est pesé. Le prix d’achat des métaux est proposé en fonction de 2 critères : le poids et la nature du métal (par exemple : 100 euros pour une tonne de fonte).

Le producteur repart aussitôt avec un chèque ou un bon «rachat matières» et s’assure ainsi de la valorisation de ses métaux dans un cadre légal. Les prix d’achat seront revus chaque semaine, en fonction du cours des métaux. Un minimum de 10 kg est demandé pour les clients particuliers. Les déchets ultimes apportés sur le site sont, eux, facturés.

Une dizaine d’employés travaillent au quotidien sur le site de Chevigny-Saint-Sauveur dont six experts  de Suez ayant suivi une formation dédiée au rachat des principaux métaux dans la filiale Suez Recyclage & Valorisation Yonne Métaux. Seize caméras et des détecteurs d'intrusion contribuent à la sécurité du site.

«On crée de la valeur en triant des déchets»


L'inauguration a eu lieu ce jeudi 24 octobre 2019 en présence de Guillaume Ruet (maire de Chevigny-Saint-Sauveur) et de Nicolas Bourny (maire de Magny-sur-Tille). Guillaume Ruet s'est félicité du développement de ce centre de tri à proximité de la zone industrielle «Excellence 2000», «territoire économique très attractif», où sont installées «des entreprises de très haut niveau» comme Jtekt, «un des plus gros employeurs de Dijon métropole», ou encore Urgo. Sur la commune, les entreprises côtoient de l'habitat car, pour le maire, «il est important que des entreprises et du logement cohabitent» dans un cadre «d'urbanisme à taille humaine».

«La diversité des écosystèmes présents sur notre territoire challenge chaque jour notre capacité d'innovation dans la recherche et le déploiement de solutions pour protéger la nature durablement» selon Isabelle Gillot, chef des ventes des activités entreprises et valorisation en Bourgogne-Franche-Comté. Suez agit «pour accompagner ses clients dans le passage d'un modèle linéaire qui surconsomme les ressources à une économie circulaire qui les recycle et les valorise».

Isabelle Gillot a prévenu les entreprises : «nous allons devenir plus exigeants pour que le tri à la source soit plus réussi techniquement» car «ici, on crée de la valeur en triant des déchets». Il faut s'attendre aussi à une augmentation des coûts de traitement afin de permettre à Suez d'investir dans des unités de valorisation comme ce centre de tri et de fermer des centres d'enfouissement.

«Suez est un acteur engagé de l'économie circulaire»


Pour Hervé Dez (directeur Suez Recyclage & Valorisation en Bourgogne-Franche-Comté, pour l’activité «services aux entreprises»), «Suez est un acteur engagé de l'économie circulaire» pour «améliorer le niveau de recyclage en France». En 2018, 54% des déchets ont été recyclés. Cette année-là, sur toute la France, Suez a géré 21 millions de tonnes de déchets.

Concernant la Bourgogne-Franche-Comté, en 2018, Suez a traité 123.000 tonnes de déchets industriels. Ont été valorisés 35.000 tonnes de papier et carton, 8.000 tonnes de plastique, 15.000 tonnes de bois, 32.000 tonnes de métaux, 7.000 tonnes de biodéchets, 10.000 tonnes de déchets verts, 25.000 tonnes de déchets spéciaux, 10.000 de déchets incinérables. Tout cela face à 220.000 tonnes de déchets ultimes encore destinés à l'enfouissement.

Jean-Christophe Tardivon