mardi 15 octobre 2019
Le mosaïste a ajouté Dijon à la longue liste des villes du monde qui hébergent ses oeuvres. Il en a fixé six sur des façades du centre-ville.
Découvrez notre carte Google pour retrouver les six oeuvres.
Questions à...
La conseillère métropolitaine déléguée à l’emploi témoigne de la volonté de la Métropole d’accompagner les acteurs du territoire pour favoriser la création d’emplois et «permettre un développement économique harmonieux et solidaire».
> Economie > Economie

ECONOMIE : La Chambre de Métiers et de l’Artisanat Interdépartementale a fixé son cap pour les cinq ans à venir

21/06/2017 18:59Imprimer l’article
Le président, Emmanuel Poyen, a défini les axes d'actions avec les élus de la CMAI au cours de l'assemblée générale.
Les élus de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat Interdépartementale (CMAI) étaient réunis en assemblée générale à Dijon lundi 19 juin, l. Sous la présidence d’Emmanuel Poyen, ils ont défini les axes d’actions à mener pour les cinq prochaines années au service des artisans et des apprentis de Bourgogne :

Maintenir la proximité avec les artisans dans un environnement profondément modifié et dans un contexte budgétaire contraint
- Développer une relation de proximité, et accompagner les territoires dans leur développement économique
- S’articuler avec la Chambre Régionale de Métiers et de l’Artisanat de Bourgogne Franche-Comté



Intégrer de nouveaux enjeux dans l’offre de service aux entreprises artisanales
- Permettre aux artisans de réussir leur transition numérique
- Assurer la transformation digitale de la CMAI Bourgogne d’ici la fin de la mandature
- Accompagner plus et mieux
- Obtenir un label de reconnaissance qualité pour les services

Densifier notre offre de service aux entreprises artisanales
- Soutenir l’apprentissage et l’emploi artisanal
- Création Reprise : Adapter l’accompagnement aux nouveaux profils d’entrepreneurs
- Accompagner le développement des entreprises dans la conquête de nouveaux marchés

Lors de son discours introductif, Emmanuel Poyen est notamment revenu sur les attentes de l’artisanat suite à la mise en place d’un nouveau gouvernement.

Le discours d’Emmanuel Poyen, Président de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat Interdépartementale :


Mes Chers collègues,

Après l’Assemblée Générale de la Chambre Régionale à laquelle certains d’entre vous ont participé ce matin, nous sommes maintenant réunis pour notre Assemblée Générale de Chambre Interdépartementale.

C’est la première réunion que nous tenons, après celle d’installation en Novembre.
Aussi sera-t- elle consacrée majoritairement à des aspects institutionnels et réglementaires.

Pour autant, nous allons vous soumettre dans quelques instants le projet de mandature que le Bureau a préparé, et je souhaiterais dans mes propos évoqués divers sujets qui, je n’en doute pas, amèneront des prises de paroles.

J’aimerais dire tout d’abord quelques mots sur la conjoncture économique.

Alors que les politiques et la presse nationale font état d’une amélioration du climat des affaires, on ne peut pas reprendre cette affirmation pour l’artisanat.

Oui, cela va moins mal qu’au début de cette décennie, mais peut-on se satisfaire aujourd’hui d’un maintien du chiffre d’affaire, quand nous en avons perdu 5 à 15 % ces dernières années ?

On a l’habitude de dire que les années électorales ne sont pas favorables aux entreprises, les ménages, et les collectivités territoriales étant à cette période plutôt attentistes.

Je crains, mes chers collègues, que 2017 ne fasse pas exception à cette règle.

Alors, les élections parlons-en !

Un nouveau Président de la République, un nouveau gouvernement, une nouvelle assemblée.

Il ne m’appartient pas d’en faire le commentaire, nous en prenons acte, mais le réseau des Chambres de Métiers et de l’Artisanat doit aussi porter et exprimer des propositions.

C’est pourquoi notre tête de réseau, sous l’impulsion de son Président Bernard STALTER, a pris l’initiative de lancer cette campagne Camile LARTISAN pour interpeller toutes les personnes ou mouvements politiques qui ont souhaité se porter candidat.

Pour les législatives, un questionnaire à destination des candidats a été produit.
Je souhaite vous en rappeler les thématiques :

1. Rénover l’apprentissage, sa pédagogie, son financement, et son cadre légal
2. Soutenir l’emploi qualifié dans les entreprises artisanales
3. Simplifier la validation des acquis de l’expérience pour la rendre plus opérante et moins académique
4. Assainir la concurrence en alignant les charges sociales et fiscales des artisans sur celles des micro-sociaux
5. Rétablir le juste équilibre entre les acteurs économiques et réformer le statut des travailleurs détachés
6. Suspendre la taxation des bénéfices réinvestis
7. Créer un statut juridique unique, de l’entreprise individuelle, basé sur l’EIRL, afin de garantir une séparation systématique des patrimoines professionnel et personnel de l’entrepreneur dès la création de son entreprise
8. Une protection sociale juste et efficace pour les travailleurs indépendants
9. Appliquer par défaut le statut des conjoints collaborateur
10. Valoriser l’innovation en révisant les critères de soutien de l’innovation et en les adaptant aux entreprises artisanales
11. Accompagner les entreprises artisanales dans l’accès aux outils de l’économie numérique et sécuriser l’environnement de ces nouveaux usages
12. Conforter le réseau des chambres de métiers et de l’artisanat

Et maintenant, quels résultats ?
Mis à part la Côte d’or où les candidats ont accepté de participer à une rencontre afin d’échanger sur ces sujets, on ne peut pas dire que l’artisanat a passionné nos prétendants bourguignons puisque nous n’avons reçues que 8 réponses.

Alors que des modifications considérables dans le Code du Travail, les qualifications professionnelles sont annoncées par le Président de la République et son Gouvernement, cette absence d’intérêt de la part des futurs députés reste inquiétante et démontre le travail qu’il nous faut accomplir.

Quelques mots pour terminer sur la vie de notre compagnie consulaire depuis notre installation.

Le Bureau, la commission des Affaires Générales, et la Commission Communication se sont réunis à de multiples reprises afin d’engager les actions au bénéfice des artisans dans les 4 départements.

La proximité reste une valeur essentielle de notre compagnie.

Je sais aussi que vous attendez avec impatience la réunion des commissions Création Reprise Transmission, Développement économique et des territoires, et celle relative à la Formation.
Je vous rassure, c’est en cours.

Je voudrais revenir également sur une action à laquelle vous avez pour la moitié d’entre vous participé.

Il s’agit de la formation menée avec Monsieur CONDOU afin de nous préparer à représenter l’artisanat dans les territoires.

Votre adhésion à cette action et les retours que vous nous en avez faits font de cette opération un succès.
Notre attention sur ce dossier est forte et je souhaite avec vous structurer notre présence auprès des Établissements Publics de Coopération Intercommunale.

C’est pourquoi, j’ai demandé aux présidents de délégation d’établir la liste nominative de nos représentants par territoire.

Il vous appartient, avec les services qui sont à votre disposition, de porter la parole de l’artisanat et d’engager des actions concrètes de développement du secteur dans chacun de ces territoires.

Enfin, à la demande de nos partenaires financiers que sont l’Etat, le Conseil régional, l’Ademe, plusieurs dossiers ont été menés en concertation avec nos collègues Francs Comtois.

Voilà en quelques mots les propos que je souhaitais tenir devant vous.
Nous allons poursuivre notre ordre du jour avec l’examen du projet de mandature.
Je vous remercie de votre attention.



Emmanuel Poyen, président de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat Interdépartementale


En tribune, de gauche à droite : Alfredo Morais trésorier de la CMAI, Dominique Degois secrétaire général, Emmanuel Poyen président de la CMAI et de la délégation Nièvre, Régis Penneçot président de la délégation Côte-d’Or et Jean-François Lemaitre président de la délégation Yonne