vendredi 22 mars 2019
Avec notre vidéo de la manifestation.
Youth for climate Dijon a réussi à mobiliser environ 2000 lycéens et étudiants dijonnais à l'occasion de la grève et marche pour le climat ce 15 mars, suite à l'appel de Greta Thunberg.
Questions à...
Après l’affaire Christophe Dettinger, sur laquelle il revient largement pour Infos-Dijon, l’avocat dijonnais Jean-Philippe Morel représentera aussi l’association «Gendarmes et Citoyens» dans l’affaire de la caserne de Dijon et plaidera pour des policiers victimes en décembre dans le cadre du mouvement des gilets jaunes. Interview.
> Economie > Economie

GILETS JAUNES : «Certains commerçants de la galerie de Fontaine-les-Dijon assurent avoir divisé par trois leur chiffre d’affaires»

24/11/2018 10:34Imprimer l’article
L’association Q37, qui regroupe les chefs d’entreprise qui dépendent de la sortie 37 de la Lino, s’interroge «sur le sens que ce mouvement peut avoir s’il pénalise directement une population qui est elle-même fragilisée»…
Communiqué de l'association Q37 :

L’association Q37 regroupe les chefs d’entreprise d’un secteur économique important, qui dépend de la sortie 37 de la Lino et rassemble en un seul territoire désormais cohérent plusieurs centaines d’entreprises, à cheval sur les communes d’Ahuy, Fontaine-lès-Dijon et Dijon. Son rôle premier est de fédérer cet univers et de lui construire une véritable identité propre à son épanouissement dans le temps : un nom pour le secteur, une signalétique homogène, l’anticipation des PLU.

Le contexte actuel nous conduit cependant à alerter les pouvoirs publics et les autorités locales sur les conséquences du mouvement des Gilets jaunes, durablement installé autour du rond-point qui se situe devant le Géant Casino de Fontaine-lès-Dijon. Sans remettre en cause ni juger les motivations de ce mouvement, il est difficile de taire les conséquences économiques que celui-ci peut avoir sur le quotidien des commerces et de leurs salariés proches.

Certains commerçants de la galerie assurent avoir divisé par trois leur chiffre d’affaires à époque comparable. Ce qui affecte non seulement l’équilibre des commerces, mais fragilise les emplois qui en dépendent, notamment à une période où les primes de fin d’année arrondissent les fins de mois.

Cette baisse de fréquentation est liée au barrage installé à l’entrée même du parking et à des grandes perturbations dans la circulation des bus. Manifester est un droit, certes, mais comment ne pas s’interroger sur le sens que ce mouvement peut avoir s’il pénalise directement une population qui est elle-même fragilisée ? Comment aussi ne pas s’interroger sur le fait que rien ne semble fait pour au moins respecter la libre circulation des personnes qui travaillent ou participent à l’économie du secteur ?

 
?>