dimanche 22 avril 2018
VIDEO - Le général Olivier Kim, commandant de la région de gendarmerie de Bourgogne-Franche-Comté, présidait ce mercredi matin la cérémonie hommage au colonel Arnaud Beltrame, décédé la semaine dernière à Trèbes (Aude) dans l'exercice de ses fonctions.
Questions à...
Ce mardi, la Région et l'Etat présentaient le Plan d’investissement dans les compétences 2018-2022 et sa phase d’amorçage 2018. Un plan qui entre dans le cadre de la réforme de la formation professionnelle annoncée par le gouvernement et qui propulse le budget de la formation en position de plus gros budget du Conseil Régional. La vice-présidente en charge de la formation professionnelle nous livre son regard sur le projet gouvernemental, ses inquiétudes aussi, et plaide pour un changement complet de la façon de penser la formation. Interview.
> Ecouter, lire, voir > Ecouter, lire, voir

CINEMA : Michel Boujenah « la Bourgogne est une région qui compte beaucoup pour moi »

28/12/2016 06:22Imprimer l’article
De passage à Dijon pour la promotion de son film «Le cœur en braille» à l'affiche dès ce mercredi, Michel Boujenah a répondu aux  questions d'Infos-Dijon. 
«Le Cœur en Braille», adapté du roman à succès de Pascal Ruter est un film dans la lignée d’Intouchables et de La Famille Bélier.  
Le réalisateur Michel Boujenah s’attaque à un sujet très fort : celui d’une jeune violoncelliste qui apprend qu’elle est atteinte d’une maladie dégénérative de la vue.

C'est un film pour lequel il faut préparer ses mouchoirs en papier ?
«Oui, enfin non. Enfin je suis content que vous me disiez que vous avez versé votre larme. J'ai donc réussi à vous toucher. Mais vous savez il s'agit d'une amitié indéfectible qui va naître de ce duo, prêt à tout pour faire front face au reste du monde. Alors oui on peut être ému quand le petit Victor tombe amoureux de Marie sans savoir qu'elle perd la vue. On peut aussi avoir les yeux rougis quand Marie refuse l'amour de Victor une fois son secret révélé.»

Mais c'est aussi un film plein d'espoir et d'amour…
«Bien sûr. Le pacte conclu entre les deux adolescents est un message d'amour et d'espoir. Le petit Victor va aider Marie à cacher son état afin qu'elle puisse passer le concours d'entrée au conservatoire. Et tout ça à l'insu de leurs parents et surtout face à la réticence du père de Marie qui ne s'est jamais vraiment occupé de sa fille et qui prend des décisions arbitraires. Ça c'est de l'amour entre ces deux jeunes enfants».

Le choix de Charles Berling et Pascal Elbé. Une évidence pour vous ?
«C'est ma troupe. On se connait depuis des années. On a souvent travaillé ensemble, ce sont mes camarades de travail. Il n'y a pas d'ambiguïté entres nous. On se parle. On se dispute. On s'explique. Et on s'aime.»

La Bourgogne est une région que vous connaissez bien ?

«Je suis arrivé en France de Tunisie, j'avais 11 ans. Et j'ai tout de suite rencontré un bourguignon. Je suis venu assez rapidement chez ses grands-parents ici en week end. J'ai adoré la région. Et depuis dans tout mes spectacles je mets un bourguignon en avant, je parle de la Bourgogne. Je me suis fait des amis en Côte d'Or et aussi dans la région d'Auxerre. La Bourgogne est une région qui compte beaucoup pour moi».

Norbert Banchet

« Le cœur en braille ». Un film réalisé par Michel Boujenah, avec Charles Berling, Florence Guérin, Pascal Elbé, Alix Vaillot, Jean-Stan du Pac. 
A voir dès ce mercredi au cinéma Le Darcy à Dijon