dimanche 22 juillet 2018
Au Zénith et dans les Jardins du Département pour la demi-finale France-Belgique, au Zénith pour la finale France-Croatie, les Dijonnais ont vibré pour les Bleus. Notre rétrospective en deux vidéos.
Questions à...
A l'occasion de la reprise de l'entraînement, Olivier Dall'Oglio, entraîneur du DFCO, fait le point sur l'équipe, les mouvements et les objectifs pour la saison 2018/2019 de Ligue 1. Vidéo.
> Ecouter, lire, voir > Ecouter, lire, voir

DIJON : L'émouvante remise du prix de l'édition poétique de la ville à Charlotte Dubost

18/03/2018 16:21Imprimer l’article
La jeune fille de 22 ans, dont les textes ont été plébiscités par le public de lecteurs, a apporté un vent de fraîcheur à ce prix décerné par la Ville de Dijon et l'association Les poètes de l’amitié» depuis 17 ans.
C'était une première, et elle a offert une belle surprise aux organisateurs du 17ème prix de l’édition poétique de la ville de Dijon : cette année, après que le jury ait départagé tous les candidats pour dégager trois finalistes, c'est le public qui a désigné le vainqueur en lisant et votant sur le site de la bibliothèque municipale de Dijon, du 03 novembre au 14 décembre derniers.
En l'occurrence, c'était une gagnante, puisque 168 internautes ont plébiscité la poésie de Charlotte Dubost, une jeune étudiante de 22 ans. Un vrai choix de fond puisque les textes étaient proposés anonymement. C'est ainsi que la cérémonie de remise du prix, qui s'est déroulée ce samedi après-midi à la médiathèque Champollion, a connu un vent de fraîcheur sans précédent.

Le recueil édité à 500 exemplaires


L'œuvre, intitulée «Viva citée», a été éditée à 500 exemplaires, et préfacée par le lauréat de l’année précédente, Laurent Bayart. Charlotte Dubost a pu en vendre (au prix de 10 euros, qui lui revenaient intégralement) et les dédicacer, dès la fin de la remise des prix. Auparavant, c'est à un moment plein d'émotion, mêlant poésie et musique, auquel chacun a pu assister.
C'est Stephen Blanchard, président fondateur des Poètes de l'Amitié, qui a ouvert et dirigé la cérémonie, louant les qualités de la lauréate. Lionel Bard, conseiller municipal délégué notamment à la lecture publique, rappelait d'abord que ce prix venait clore la 20e édition du Printemps des Poètes.
Et de confirmer qu'il s'agit bien d'un plébiscite, puisque «57% des votants ont porté leur choix sur le recueil "Trouvez le titre vous-même", jeu auquel l'auteur s'est elle-même prêtée puisqu'elle a retenu la proposition "Viva Citée"».

Charlotte Dubost, «aussi fraîche que créative, aussi tonique que complète et atypique»


Lionel Bard s'est ensuite arrêté sur la personnalité de Charlotte Dubost, «aussi fraîche que créative, aussi tonique que complète et atypique», et sur son parcours : Charlotte Dubost est en effet une étudiante en ingénierie de l'école Centrale, titulaire d'un Master 1 en médiation culturelle effectué à l'université de Paris III Sorbonne Nouvelle, ayant déjà conduit un projet de solidarité internationale au Cambodge pour une ONG, participé au développement d'un dispositif de rééducation à la marche ou encore effectué un road trip solitaire en Asie de l'Est, à seulement 22 ans. C'est donc un être complet au sens que pouvait défendre Erasme en son temps, dont la trajectoire, synthèse des sciences et des arts, est à elle seule un appel à tout essayer, tout goûter, tout risquer, qui se retrouve tout naturellement dans les vers qu'elle compose».

«Sa poésie est fluide, ludique et sensorielle»


Dans son recueil, «Charlotte décrypte avec pertinence et impertinence tous les diktats d’une société aux codes bien établis» explique Stephen Blanchard. «Sa poésie est fluide, ludique et sensorielle et nous invite à ses circonvolutions poétiques qui redonnent du souffle à notre âme et nous éloignent de cette banalité qui sclérose nos velléités d’aventure. Sa poésie se nourrit sans nul doute de son vécu et de ses rencontres tout en se passionnant pour les arts de la scène».

Durant une heure ce samedi, Charlotte et le public ont pu écouter les membres des Poètes de l'Amitié donner lectures de plusieurs poèmes et vers, et, surprise, le pianiste et chef d’orchestre Merwan Djane interpréter pour la première fois quelques œuvres de cette jeune lauréate qu'il a lui-même mis en musique.

«J'ai refusé d'assassiner mes émotions»


En conclusion de cette remise de prix, Charlotte Dubost, la voix chevrotante, les yeux embués et le sourire lumineux, a remercié tout le monde, et s'est dite «très touchée par ces chansons». «Enregistrez-les et vendez-les» s'est elle amusée, avant de saluer la démarche des Poètes de l'Amitié, d'«offrir à chacun une chance énorme, la possibilité d'être édité».
Elle s'est aussi tournée vers sa famille, présente, confessant à son grand-père : «c'est pour toi que je suis allée vers l'édition : c'est parce que je voulais t'offrir un vrai livre». Et de se livrer : «beaucoup de textes ont été écrits quand j'ai refusé d'assassiner mes émotions» avant de lire quelques vers à l'attention de sa sœur, très émue elle-aussi.
Nicolas Richoffer
Photos N.R.