jeudi 19 septembre 2019
Le mosaïste a ajouté Dijon à la longue liste des villes du monde qui hébergent ses oeuvres. Il en a fixé six sur des façades du centre-ville.
Découvrez notre carte Google pour retrouver les six oeuvres.
Questions à...
La conseillère métropolitaine déléguée à l’emploi témoigne de la volonté de la Métropole d’accompagner les acteurs du territoire pour favoriser la création d’emplois et «permettre un développement économique harmonieux et solidaire».
> Ecouter, lire, voir > Ecouter, lire, voir

DIJON : L’exposition de Yan Pei-Ming prolongée jusqu’au 28 octobre

12/09/2019 10:00Imprimer l’article
Le maire de Dijon François Rebsamen l’annonce. Une séance de dédicaces est programmée au musée des Beaux-Arts le 21 septembre.
Communiqué de François Rebsamen :

4 mois après la réouverture du musée des Beaux-Arts de Dijon, le succès est au rendez-vous. Plus de 165 000 visiteurs ont découvert ce joyau métamorphosé après de longues années de travaux.

L’exposition inaugurale, « L’Homme qui pleure », de l’artiste international Yan Pei-Ming accompagne cette réussite saluée par la critique. A ma demande, il a accepté la prolongation de son exposition d’un mois, jusqu’au 28 octobre 2019. Les visiteurs pourront ainsi voir et revoir gratuitement ses peintures qui traitent des émotions et de la révolte ressenties face à la brutalité du monde et sa douleur après des drames intimes et familiaux.

Cette prolongation sera marquée par une séance de dédicaces du catalogue de l’exposition par Yan Pei-Ming le samedi 21 septembre à 15h00 au musée des Beaux-Arts de Dijon.

Venant de Dijon et de sa métropole, de France, de Belgique, d’Allemagne, des Etats-Unis, d’Australie ou de Chine, petits et grands ont eu l’occasion d’explorer gratuitement les prestigieux parcours de notre musée, ouvert sur la ville et ouvert sur le monde. Au-delà de l’attrait artistique et architectural incontestable que le musée des Beaux-Arts représente, il est aussi un puissant facteur de développement économique et touristique pour Dijon. Notre ville, notre sens de la culture, notre savoir-vivre attirent, brillent et rayonnent loin.

Photo d’archives : Nicolas Richoffer