lundi 10 décembre 2018
Questions à...
Le préfet de Côte-d'Or et de Bourgogne-Franche-Comté, Bernard Schmeltz, a réagi ce samedi pour Infos-Dijon.
> Ecouter, lire, voir > Ecouter, lire, voir

DIJON : La délicate opération de réaccrochage du plafond de Pierre-Paul Prud'hon au musée des Beaux Arts

04/12/2018 16:49Imprimer l’article
Après trois ans d'exil pour cause de travaux, la peinture de plus de 40m2 a été remise à sa place ce mardi matin. Une opération assez rare et risquée pour cette oeuvre particulièrement fragile.
Une oeuvre d'art n'est jamais autant en danger que quand on la déplace. Alors quand il est question de manipuler une toile de 8,12 mètres par 4,08 mètres, aucune précaution n'est superflue. «La Glorification de la Bourgogne, Allégorie à la gloire des Condé» a ainsi été hissée ce mardi matin jusqu'au plafond de la salle des statues du Musée des Beaux-Arts de Dijon, sa place originelle. Elle en avait été retirée il y a trois ans dans le cadre des travaux de rénovation du musée.

Le plafond avait été préalablement suspendu par douze cables à environ deux mètres de hauteur. «C'est la toute fin de l'opération» explique Françoise Auger-Feige, co-mandataire de l'opération de restauration. «Cette manoeuvre est particulièrement délicate car l'oeuvre est très fragile». Et très lourde… L'ensemble pèse en effet quelque 260 kilos. «Il ne doit pas y avoir de vrille sur un axe ou un autre durant la montée».

Alors il a fallu faire silence, pour que la communication entre Christian Morin, qui dirigeait l'opération depuis la salle, et les douze employés chargés d'actionner les manivelles des treuils depuis le plafond, passe bien. Dans la salle, quelques journalistes, mais aussi des employés et responsables du musée, et trois élus, le maire, François Rebsamen, sa première adjointe, Nathalie Koenders, et l'adjointe à la culture, Christine Martin, étaient venus assister à l'événement.

C'est avec un mélange d'excitation, de trac et d'admiration que tout ce petit monde a progressivement levé les yeux jusqu'au plafond. Il a fallu un petit quart d'heure pour emmener la toile jusqu'au plafond. La toile sera ensuite solidement fixée, puis un cadre lui sera posé. Et chacun pourra l'admirer dès le 17 mai 2019, jour de la réouverture complète du musée.
N.R.
Photos Nicolas Richoffer


 
?>