vendredi 16 novembre 2018
L'Agence Régionale de Santé a présenté ce vendredi Inga, une étudiante de 23 ans qui devient ambassadrice de la vaccination dans le cadre de la campagne massive lancée ce début octobre. 2.900 jeunes ont déjà été vaccinés sur les quelque 40.000 ciblés.
Questions à...
Le secrétaire de la section de Dijon du Parti Socialiste revient sur sa fidélité à Ségolène Royal et explique pourquoi elle serait selon lui une bonne candidate pour «rassembler la gauche», notamment au regard de son engagement pour la transition écologique, et de sa force de caractère au service d'«idées justes».
> Ecouter, lire, voir > Ecouter, lire, voir

DIJON : La «fiche technique un peu dégénérée» de Bault inaugurée

15/10/2018 10:57Imprimer l’article
«Ouvriers, véhicules et excavatrices», peinte de vendredi à dimanche par l'artiste, occupera le M.U.R. durant trois mois. Une oeuvre qui fourmille de symboles, à fouiller sans modération.
«Digital Modern» a fait son temps. L'oeuvre de Speedy Graphito, la première réalisée sur le M.U.R. de Dijon, inaugurée le 08 juillet dernier, a été remplacée ce week-end par «Ouvriers, véhicules et excavatrices», de l'artiste Bault. Cette nouvelle oeuvre restera elle-aussi trois mois à l'angle de la rue Jean-Jacques Rousseau et de la rue d'Assas.
Le vernissage, après trois jours de réalisation, a eu lieu ce dimanche soir.

L'occasion pour Christine Martin, adjointe au maire en charge de la culture, de remercier Bault «d'être venu à Dijon pour nous offrir son joli bestiaire fantasmagorique». L'élue, qui a suivi durant trois jours la réalisation de la fresque, a brièvement pris la parole devant les nombreux participants à cette inauguration, au cours de laquelle l'artiste a préféré rester discret, mais ouvert à toutes les discussions, photographiant l'événement comme s'il en était un témoin extérieur.
«Voir un artiste au travail, c'est un cadeau» a conclu l'adjointe. «L'art doit s'offrir et se partager. Longue vie au M.U.R. !»

Se jouer des codes de l'art traditionnel


Diplômé des Arts décoratifs de Strasbourg, Bault se sert de sa connaissance académique afin de se jouer des codes de l’art traditionnel. Il produit des créatures hybrides sorties de son imagination : monstres unijambistes, bipèdes menaçants, mammifères à quatre yeux, cinq bras et dix pattes.
Sur toile comme sur mur, Bault porte un art instinctif dénué d’idées préconçues, une représentation du monde unique et en constante évolution. Il donne vie à des toiles aux lectures multiples et au fort impact visuel, où la bestiole n’est peut-être finalement qu’une représentation plus ludique de l’humain et de ses multiples personnalités.

«Il y a quelques mois, j'avais dessiné sur un tambour pour une exposition une sorte de généalogie d'ouvriers et d'excavatrices» raconte Bault à Infos-Dijon. «J'aimais bien cette confrontation hybride, de personnages, de grosses machines, de végétaux, etc.»

«Pas de message frontal, qui s'impose au public»


Alors cette oeuvre dijonnaise éphémère, nommée «Ouvriers, véhicules et excavatrices», en est une suite logique, un prolongement. «C'est une sorte de fiche technique un peu dégénérée» poursuit l'artiste. Cette «fresque ludique» est composée de multiples symboles africains, de masques haïtiens, de clochers, et «de beaucoup de fumées aussi, en écho aux problématiques contemporaines». Mais pas de message abrupt : «il y a des choses à aller chercher» dans cette oeuvre, «mais pas de message frontal, qui s'impose au public». Peinte au pinceau, cette fresque se veut aussi «une référence à l'art naïf, à l'art brut, à l'art des fous».

Pour rappel, le M.U.R est un musée en plein air, une galerie ouverte à tous qui se métamorphose directement sous les yeux des passants. Tous les trois mois, un artiste invité prend possession de cette surface d’exposition afin d’y réaliser une œuvre éphémère et inédite, une création réalisée en toute liberté qui est le fruit de techniques artistiques variées. Ce projet est porté par l’association Zutique Productions ainsi qu’un collectif d’artistes dijonnais composé d’RNST, Bretzel Film, Vizualistic et les Éditions Inencadrables, en collaboration avec la Ville de Dijon.
Nicolas Richoffer
Photos N.R.