samedi 29 avril 2017
Questions à...
Dans une interview accordée à infos-dijon, la présidente de la Région Bourgogne - Franche-Comté donne sa vision de la future métropole dijonnaise et relève notamment, «il n’y a surtout pas un problème de concurrence entre la région et la future métropole».
> Ecouter, lire, voir > Ecouter, lire, voir

DIJON : On a testé la consultation des archives de l'Ina et du web disponibles à la bibliothèque municipale

07/04/2017 04:17Imprimer l’article
Et comme on est un peu chauvins, on a tapé «Dijon» dans le moteur de recherche.
La promesse est alléchante pour tous ceux qui aiment fouiller dans les vieilleries de la télévision, de la radio, du cinéma et même du Web : il est aujourd’hui possible, depuis la bibliothèque municipale de Dijon, d’accéder aux fonds d’archives de l’audiovisuel français de l’Ina (Institut national de l’audiovisuel) et de l’internet français de la Bibliothèque nationale de France. Alors nous ne saurions dire si c'est la curiosité de voir les pépites que l'on peut y trouver, où tout simplement l'idée d'aller passer un après-midi à la bibliothèque pour regarder des films sans ouvrir un seul bouquin, mais on a décidé de tester le dispositif.

Des archives introuvables sur Internet


Première étape, s'inscrire en bonne et due forme. L'inscription et l'accréditation (dans le cadre du dépôt légal pour lequel la bibliothèque municipale est dépositaire) sont simples, rapides et gratuites. Prévoyez juste une pièce d'identité et un justificatif de domicile de moins de trois mois.
Après ça, ont vous remet un casque et une souris, et c'est toute l'histoire des archives audiovisuelles et d'Internet, ou presque, qui s'ouvre à vous sur des ordinateurs dédiés. Et si vous êtes un habitué du site ina.fr ou du compte Youtube de l'institution, pas la peine de faire les malins : ici, c'est une «mine d'informations inaccessibles sur Internet» qui est désormais disponible. Il s'agit de consulter «l’Inathèque», les archives de l’Ina, cet institut qui a notamment pour mission de conserver l’intégralité du patrimoine télévisé et radiophonique français, et il faut donc, pour les consulter, se rendre dans certaines bibliothèques comme celle de Dijon.

Des milliers d'archives sur Dijon


Les utilisateurs peuvent trouver leur bonheur parmi 15 millions d’heures enregistrées sur 120 chaînes de radio et de télévision, 14 000 sites web consacrés à l’audiovisuel et 34 000 films, dont plus de 7 000 films numérisés par le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), et même revoir des sites internet disparus, avec l’accès aux archives du web de la Bibliothèque nationale de France.
Autant dire que devant une telle masse de documents disponibles, il nous a fallu faire un choix pour tester le dispositif. Alors on a tapé «Dijon» dans le moteur de recherche. Et là, si les chiffres sont évidemment moins impressionnants, ils ont de quoi vous faire passer des jours et des jours scotchés à votre écran de la bibliothèque.
Pour le simple mot-clé «Dijon», nous avons obtenu 9289 documents issus de la télévision nationale, 132045 de la télé régionale, 3577 de la télé satellite, 904 publicités et 10962 extraits issus de la radio.

Pétain, Auriol, Stalingrad et les fêtes de la vigne


Dans la catégorie «TV Natio», le plus ancien extrait de notre recherche date du 13 juin 1941. Ce sont les fêtes de la gymnastique et de l'athlétisme a? Dijon, en présence de Monsieur Borotra, commissaire général aux sports, racontées dans les actualités françaises. En deux clics, on se fait encoller une fiche descriptive du document en pdf par mail. Les captures d'écran sont impossibles, mais tous les renseignements concernant l'extrait sont récupérables et compilables facilement. Et puis on a commencé à remonter la liste : Les fêtes de la vigne de 1941, un voyage du Maréchal Pétain à Nancy, Epinal et Dijon, le 02 juin 1944, le Président Auriol dans la Cité des Ducs le 20 mai 1948, des images du jumelage entre Stalingrad et Dijon le 14 avril 1959, etc. La liste est longue et passionnante.
Sur le poste d'à coté, la BNF met à disposition les archives de l'Internet. Là aussi, les références sont pléthore. Et le droit à l'oubli un mythe auquel on ne croit plus après quelques clics. Les sites disparus ne le sont pas tous ici… Tiens, on a même retrouvé quelques pages de l'ancienne version d'Infos-Dijon, telles que vous ne la verrez plus jamais ici, sur le vrai web vivant. Pour ceux qui ne connaissaient pas, on vous laisse le soin d'aller jeter un coup d'œil à la bibliothèque. C'est facile, c'est gratuit, et c'est un trésor pour tous les amateurs et nostalgiques de ce que furent la télé ou Internet et qu'ils ne seront plus.
Nicolas Richoffer

Conditions d’accès à ces nouvelles ressources :


À tous ceux qui ont des recherches professionnelles, scolaires/universitaires ou personnelles à mener.
À partir de 13 ans (avec autorisation parentale pour les 13-18 ans).
Après inscription (gratuite) à la bibliothèque et accréditation dans le cadre du dépôt légal pour lequel la bibliothèque municipale est dépositaire depuis 1943.
À la bibliothèque patrimoniale et d’étude – 3 rue de l’École de droit
Mardi – jeudi – vendredi de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 18h30
Mercredi – samedi de 9h30 à 18h30


Des ateliers spécifiques pour découvrir les fonds d’archives de l’Ina et de la Bibliothèque nationale de France seront proposés :
-le samedi 8 avril à 9 h 30
-le mardi 9 mai à 19 h
-le lundi 12 juin à 14 h 30

À noter que dans le cadre de cette présentation des nouvelles ressources, en raison de l’atelier spécifique et de l’inauguration qui suivra, la communication et le prêt de livres ne seront pas assurés à la bibliothèque patrimoniale et d’étude le samedi 8 avril de 9 h 30 à 12 h 30.
Tous ces services reprendront à partir de 12 h 30.


Exemples des fiches Pdf descriptives des extraits télé récupérables facilement par email :