vendredi 22 juin 2018
Questions à...
Le tourisme est en pleine mutation en France. Pour éclairer les enjeux de ce secteur, Infos-Dijon a interrogé Sladana Zivkovic, la présidente du nouvel office de tourisme de Dijon Métropole. Elle nous parle modernisation des visites, développement du numérique, ouverture des commerces le dimanche et tourisme vert.
> Ecouter, lire, voir > Ecouter, lire, voir

DIJON : «Portraits d'écocitoyens», bien plus qu'une simple exposition

28/05/2018 16:37Imprimer l’article
«Portraits d'ecocitoyens», présentée jusqu'au 8 juin au Conseil Régional, est le fruit d'un travail sociétal et transversal mené par des étudiants du lycée agricole de Quetigny.
Dix portraits de femmes et d'hommes impliqués et engagés, à leur façon et dans leur domaine, c'est le principe de l'exposition présentée jusqu'au 8 juin au conseil régional, 17, boulevard de la Trémouille à Dijon.
Et si cette exposition, en soi, est déjà la présentation d'une philosophie de la vie, de la solidarité et de la responsabilité de chacun devant les grands défis de notre temps, elle est aussi, en coulisse, le fruit d'une démarche collective.

«A travers ce projet, il y a une démarche de transmission» expliquait ainsi Océane Charret-Godard, vice-présidente du Conseil Régional, lors du vernissage. «L'avoir faite est déjà un acte militant, pour une économie plus juste et plus vertueuse. Je suis optimiste, mais je le deviens encore plus quand je vois tous ces lieux et ces gens qui permettent de sauver la vie. La solidarité n'est pas un supplément d'âme mais une manière de travailler et de décider».

Sixième extinction de masse


Citant l'institut de veille sanitaire, selon lequel «un enfant sur deux aujourd'hui n'est plus connecté à la nature», Océane Charret-Godard rappelait devant la trentaine de personnes présentes qu'«on est en train d'attaquer la sixième extinction de masse, celle de l'humanité. La cinquième, c'était les dinosaures». Et si il en reste tout de même quelques-uns en ces murs d'institution politique, le sujet ne prête pas à plus de plaisanteries.
«Quand le dernier arbre aura été abattu, quand la dernière rivière aura été empoisonnée, quand le dernier poisson aura été péché, alors on saura que l'argent ne se mange pas». La phrase de Geronimo, citée par la vice-présidente, date d'une époque où il y avait bien moins urgence qu'aujourd'hui pour l'environnement.

Un travail pédagogique


Pierre Mathis, directeur du lycée, l'EPLEFPA de Quetigny et Plombières-les-Dijon, se réjouit ainsi de voir «un travail pédagogique qui débouche, pour les élèves, sur quelque chose de concret. C'est rare en milieu scolaire. Cette exposition est représentative de ce qu'est l'enseignement que nous dispensons sur deux points : l'enseignement culturel et l'environnement. Nous formons les élèves à être respectueux de l'environnement. La faire circuler mettra en avant leur travail et les personnes qu'ils y présentent».

Et elle circule cette exposition. Elle a déjà été présentée à la MJC des Bourroches notamment, ainsi que dans des établissements scolaires.
Elle a été réalisée l'an dernier par les étudiants du BTS Aménagements paysagers, alors qu'ils étaient en première année. Encadrés par leurs enseignants Sandrine Hily (éducation socio-culturelle) et Pierre Codaccionni (biologie et écologie), les étudiants ont été guidés par Jean-Christophe Tardivon, auteur photographe. Mais ils ont tout réalisé eux-même : de la préparation des interviews aux photographies. Pour un résultat qui nous en apprend autant sur eux que sur l'écocitoyenneté.
N.R.

Mathilde Dubois, étudiante en BTS Aménagements paysagers

«Le but était d'abord l'échange et le contact»




«C'est quelque chose de très instructif pour nous. On s'est tous épanouis dans la construction de ces panneaux. Nous avons démarché pour prendre les rendez-vous, préparé les interviews, les avons menées et pris les photos, puis nous avons rédigé et mis en page et monté les panneaux. Le but pour nous était d'abord l'échange et le contact, et l'apprentissage de techniques, et c'était pour les personnes rencontrées un moyen d'avoir un peu de visibilité. En ça, c'était un vrai échange.
Personnellement, j'ai trouvé que le plus difficile était de trouver les bonnes questions, d'échanger et de vaincre la timidité.»

Photos Nicolas Richoffer